☰ Menu eFinancialCareers

Banque internationale à Luxembourg (BIL) prévoit 75 embauches en 2012

BIL

À l’occasion de son assemblée générale extraordinaire, la banque luxembourgeoise a dévoilé sa nouvelle dénomination, à savoir Banque internationale à Luxembourg ou BIL, qui était son appellation d’origine. Depuis l’annonce de son rachat par Precision Capital, représentant du Qatar et futur actionnaire à 90 %, l’établissement luxembourgeois n’a eu de cesse d’embaucher, portant ses effectifs à 2 115 personnes à la fin février. Outre la réintégration récente de 23 personnes du groupe Dexia, « 52 recrutements ont été effectués en 2011 et nous tablons sur 75 recrutements en 2012. 15 ont déjà effectués entre janvier et février », indique le président du comité de direction François Pauly (Paperjam.lu).

Un nouveau départ donc pour l’ex-filiale de Dexia. De l’aveu de la direction, ce changement est un véritable soulagement pour les employés de la banque, qui peuvent désormais se tourner vers l’avenir et « vendre » plus aisément un nom qui n’est pas entaché par une histoire qui a mal terminé. « Depuis que nous avons annoncé que nous allions redevenir la BIL, nous avons même reçu des candidatures spontanées, ce qui prouve bien qu’on a retrouvé la confiance du public », se félicite François Pauly (Le Quotidien.lu).

Un enthousiasme qui s’explique notamment du fait qu’en se séparant du groupe Dexia, la banque a pu rapatrier au Luxembourg son centre décisionnel et est donc de nouveau maître de son destin, d’autant plus que son nouvel actionnaire qatari ne semble pas vouloir interférer dans sa politique. À noter toutefois que la BIL reste encore, pour le moment, liée à Dexia. Et ce, au moins jusque l’été pour des raisons juridiques. Ce qui n’empêche pas la direction d’assurer que « la page Dexia est tournée mentalement, même si ce n’est pas encore le cas techniquement » (L’Essentiel.lu).

Cap sur l’international

La BIL a donc toute liberté d’agir en misant sur ses quatre métiers principaux : la banque de détail, la banque privée, la banque commerciale et les marchés financiers. Pas question apparemment de mettre l’accent sur telle ou telle de ses activités en délaissant les autres. « La crise prouvé que les banques bien diversifiées résistent mieux que les autres. Nous voulons continuer à nous développer à l’international », poursuit François Pauly.

Au niveau de la banque de détail, la BIL a l’ambition de passer de la troisième à la deuxième place des banques dans le pays. Pour ce faire, elle compte notamment investir 3 millions d’euros par an pour densifier son réseau de 40 agences et le faire se rapprocher des clients. Une stratégie de proximité qui sera aussi utilisée dans la branche dédiée aux entreprises.

La banque privée, spécialisée dans la planification et la gestion de patrimoine, est également au cœur de la stratégie de la BIL, qui acceptera désormais des clients à partir de 250 000 euros contre un million auparavant et leur proposera des offres de produits fiscalement transparents. Pour faire prospérer la gestion de fortune, la banque va compter s’appuyer sur ses bureaux au Luxembourg mais aussi en Suisse à Singapour, au Danemark et au Moyen-Orient.

C’est donc sur une expertise internationale bien plus que sur un secret bancaire luxembourgeois en perte de vitesse que la BIL se base pour croître. A ce titre, la BIL ne refuse pas l’idée de passer de statut actuel de banque indépendante à celui un jour prochain de maison mère d’un groupe qu’elle pourrait constituer.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici