☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : La banque, c’est pour les brutes

En 26 ans de carrière dans les services financiers, j’ai eu plus que ma part de rencontres de dictateurs et de tyrans mais aussi de managers carrément immatures et manquant d’assurance. Beaucoup d’entre eux sont arrivés à ce niveau simplement grâce à leurs contacts ou à leur ancienneté, la politesse et la confiance n’étant pas des valeurs refuges !

Personnellement, je travaille pour vivre, mais beaucoup de mes collègues vivent pour travailler. Pensez-vous vraiment avoir besoin de nouer une étroite relation sociale et amicale avec votre manager pour vous assurer de recevoir la rémunération optimale ? Ou pouvez-vous garder votre indépendance et votre respectabilité intactes, et atteindre le sommet sur la seule base de votre performance et de vos compétences techniques ? Ou suis-je simplement quelqu’un d’aigri et cynique qui aurait passé trop de temps à La City ?

Je ne peux pas me plaindre. J’ai fait du mieux que j’ai pu. J’ai eu une carrière couronnée de succès, évité les postes de management, et gagné mes galons grâce à un bilan P&L positif. Toutefois, j’ai eu moins de succès pour éviter certains des terribles managers qui officient à La City. L’un d’entre eux, qui comptait parmi la collection de supérieurs ineptes, s’est comporté en vrai tyran. Il m’a exclu de toutes les discussions d’affaires et réunions de bureau, en dépit de ma réussite professionnelle. Je ne peux que supposer que c’est parce que je ne rentrais pas dans le moule du collègue idéal : je n’avais pas la bonne origine ethnique, ni ne partageais les centres d’intérêt de mes collègues.

La plupart des gens ont peur de porter plainte en interne lorsqu’ils sont étiquetés négativement. La crainte de perdre un bonus discrétionnaire y est pour beaucoup. C’est pourquoi nous nous retrouvons dans un monde où règne la loi de la jungle, une culture perverse et néfaste dans laquelle la plupart des brimades et coups bas prospèrent. Faut-il espérer s’en sortir avec un minimum de dignité, ou bien avons-nous vendu notre âme au plus offrant en échange d’une vie de luxe, d’écoles privées, d’une assurance-vie et de la possibilité de regarder les autres de la tête aux pieds ?

* L’auteur est un trader fixed income dans une banque européenne.

commentaires (13)

Comments
  1. Perso je n’ai pas vu de difference en industrie ou assurance.
    On rencontre partout ce type de personnage, arrives a un poste de responsabilite on ne sait comment.

  2. Je n’ai que 6 ans de carriere, mais je croyais avoir tout vu en tant que broker en France … la Suisse c est encore pire. Le milieu bancaire est un ramassis d incompetents ou finalement la politique est plus importante que les performances. Ici en Suisse les gens ne font pas d etude, on retrouve donc des personnes intellectuellement deficientes a tous les niveaux.

  3. il y a des chefs cons partout, c’est vrai mais dans la banque ajoutez
    – l’activité fictive. on ne traite que des chiffres sur des écrans pour optimiser sa fonction “BONUS”
    – la culture de l’opportunisme
    – la culture du gogo, refilont nos merdes aux naifs
    – la culture de la manip comptable, du “coup”
    – les rémunération incitatives
    – l’authentique vent que représente 50% des postes
    – la réelle complexité de la finance, normes comptables, modèle quantitatifs, systèmes informatiques … Excessifs, arrogants, incompris, et prétendument “infaillibles”
    – les mensonges authentiques qu’ils représentent
    – “l’élitisme” dans le recrutement. prenons les plus ambitieux !! les plus pipoteurs !! remercions l’ENSEIGNEMENT des grandes écoles ou fac style Harvard
    choississont ceux qui ne doutent jamais de leur supériorité !!

    il y a une qté impressionante d’imposteurs, c’est hallucinant !!!! cela développe *nécessairement* une mentalité de brutes qui dépasse tous les autres secteurs

    merde, la finance aujourd’hui, c’est la mafia !

    à Londres, désormais, on coupe les postes des traders en 2h et on les racompagne à la sortie avec vigile de peur qu’il deviennenent brutaux ou volent d

  4. la finance c’est une mafia, beaucoup de poudre aux yeux. on y prend les ambitieux et les plus aveuglés pour qu’ils perpetuent un mouvement de vol collectif
    important qu’ils soient des brutes sans cervelle

  5. Il est vrai que l’on retrouve des incompétents dans tous les secteurs
    mais je pense que la Finance remporte la palme d’or du nombre de managers ou responsables incompétents et crétins , le pire c’est que leur incompétence peut avoir des conséquences fâcheuses pour l’entreprise par la prise de mauvaises décisions et donc une augmentation du risque de pertes financières parfois.

    C’est pourquoi on a cette crise de subprimes.

  6. Je confirme une très remarquable corrélation d’ attitudes abjectes, entre le domaine bancaire et celui de la hiérarchie d’une grande assurance par le nom, Venitienne à l’ origine, méprisantes des personnes qui ont pris la peine de passer les examens, tels de rouges crabes aux pinces d’or pareils aux saint-bernard lhermittes n’hésitant pas de jouer des coudes en douce et des pinces en public pour grimper plus haut juste parce qu’ils se prennent pour des purs sangs, aux crignères rasées, crâneurs dans l’ inutilité et plus fiers et sauvages que des lions ailés, ils visent tous le sommet du groupe mais face aux personnes de savoir et de connaissances n’ ont que les performances des ânes avançant en mangeant les carottes volées à leur subalternes plus discrets et travailleurs, restés dans l’ ombre, moins fort en gueule et plus effacés !
    Tels de petits démons fourbes, manipulés eux mêmes, pantins d’opérettes aux yeux de leurs directeurs qui croient se revoir en plus jeunes en train de déléguer aux nouveaux venus toutes les tâches les plus dures, mais qui ne loupent aucune réunion où il faut se montrer pour parader, toiser et inférioriser tous leurs conccurents mieux instruits et éduqués.

  7. Cher Anonyme qui a rencontré des patrons tyrans ou abrutis,

    je souscris à 100%! La finance de marché m’a nourri et abimé pendant 20 ans de brokerage sur actions.

    LEs managers sont souvent incompétents et seulement portés la par leur chiffre réalisé (quasi toujours par copinage).
    Donc aucun mérite sur le CA généré et encore moins sur les galons gagnés…

    PAr conséquent, des abrutis egoistes et inhumains, seulement interessés par leur fric, se retrouvent propulsés a la tete de desk ou pire, d’une salle de marches entière. Ce qui est grave n’est pas qu’ils soient souvent incompétents, mais qu’ils croient avoir LA verité et qu’ils pensent etre là “au mérite”.

    Ces managers (j’en ai subi un qui était menteur, fourbe, qui encourageait la “leche”, qui cachait ses incompétences en les mettant sur le dos des autres, qui transgressait les regles ouvertement) ont le pouvoir de vie et de mort puisqu’ils distribuent les Bonus (fin fevrier de chaque année en général). C’est horrible à vivre et il faut que ça change!

    Alors vive la crise, que ces mecs immondes degagent au plus vite, afin que les collaborateurs qui se crevent à la tache vivent enfin normalement leur métier.

  8. Malheureusement dans BCP Dinstitutions à paris on rencontre des managers incompetents ( pour ma part les pires que j’ai vu c des femmes) qui ont fait des ecole de merde et son incompetents o maximum qui font des horaires enormes seulement pour montrer une image de qq”un qui travaille
    mais malheureusement ils font rien que les bas coups et le pipo

    meme avec la crise ces cons sont la en tete je pense pas que ca va changer le systeme encourage ce genre d’incompetent leche pompe

    Fo que ca change et tout le monde geule!!!ca tend à etre l’esclavage moderne ou les gens venden leur ame pour l’argent….

  9. en finance, les managers ne distribuent pas les bonus en fonction de la compétence du collaborateur mais par la performance de lèche de leurs subordonnés.
    Je suis écoeurée de voir que tout le monde sait comment ça se passe mais que personne ne fait rien (par exemple les Ressources Humaines).
    Il faudrait changer la loi des bonus car celle que nous connaissons découragent les meilleurs éléments.
    Et la conséquence de tout ceci: c’est la crise que nous vivons en ce moment: une crise de confiance.

  10. Bonjour,

    Je suis halluciné, vous découvrez la vie en entreprise ?
    C’est ainsi que se passe le monde du travail, ce n’est pas un monde de fées et de clochettes. Allez travailler dans l’industrie, c’est pire !
    En 8 ans d’expérience en Risk Management en Banque (au sens large), j’ai essuyé menaces, coups bas, mise sur la touche, proposition de poste pour faire tomber le patron de la structure (proposition à laquelle j’ai refusée de répondre); hé bien oui c’est dur, mais ma devise est celle-ci :
    éthique, professionnalisme, se faire respecter (on ne me marche pas dessus), et loi du talion (un coup rendu pour un coup donné).

    A cela j’ajoute : ne pas tout donner/miser au travail et ainsi avoir une vie personnelle (famille, culture, loisirs) épanouie car c’est LA priorité …

  11. Le problème en France est que les français croient qu’il y a une correlation entre capacités mathématiques et fils à papa et le management ; Il y a plutôt une correlation négative!
    Un geek ne sait pas manager tout simplement et un fils à papa est trop égoïste.

  12. ca fait du bien de lire de tels commentaires sur le monde de la finance. Je suis 100% d’accord avec ce que j’ai pu lire jusqu’a l’instant. Fier de vouloir faire du bon travail (de qualité), je me suis battu et j’ai évite de rentrer dans tous jeux politiques sournois et j’en ai paye le prix capital : je me suis fait dégage. dur dur…. J’espère pouvoir me revendre sur la base de mes compétences, mais clairement les bonus c est pas pour les meilleurs. Les chefs veulent des lèches culs pas super bons qu’ils pourront toujours flinguer sur la base de leurs compétences s’ils commencent a poser problèmes. Je préférai travailler dans un milieu plus sain quitte a gagner un peu moins, car au final la sante mentale conditionne vraiment la réussite. Je pense qu’il faut chercher l épanouissement avant la réussite qui n’est qu’une conséquence directe quand on est bien la ou on est. Courage a vous tous

  13. c’est clair garder sa santé mentale, c’est aussi important que (bien) gagner sa vie mais on oublie cela sur le chemin.
    cela permet de garder sa femme, avoir du temps libre, elever correctement ses enfants, consacrer du temps à ses passions.
    le pouvoir et l’argent corrompent … on peut aller loin sur ce chemin. Neron a bien brulé rome … wait&see ;)

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici