☰ Menu eFinancialCareers

L’industrie des fonds luxembourgeois menacée par Dublin ?

Dublin financial centre

Les dernières statistiques de l’European Fund and Asset Management Association (Efama) contiennent peu d’éléments rassurants. Si le Grand-Duché reste le leader de l’industrie européenne, sa part de marché recule tandis que celle de Dublin progresse sensiblement. Par la voix de son président, Marc Saluzzi, l’Association luxembourgeoise des fonds d’investissement se plaint d’être soumise à des contraintes règlementaires de plus en plus lourdes. “Nous devons faire preuve d’une attention de tous les instants pour nous assurer qu’aucune de ces réglementations ne mette notre produit fonds en danger“, indique t-il (Paperjam.lu).

La proportion de fonds luxembourgeois dans l’industrie européenne (Ucits et non Ucits) est tombée en un an de 27,4% à 26,5 %, celle de l’Irlande progresse en revanche de 12 % à 13,3%. L’encours des fonds luxembourgeois a reculé de 4,7 % par rapport à 2010 alors que le stock irlandais affiche un gain de 9,6 %. Pour les seuls fonds Ucits, le Luxembourg a mieux résisté, se situant encore à 31,2 % de part de marché, contre 31,4 % à fin 2010. Mais dans le même temps, Dublin fait un bond en avant, en passant de 12,7 % à 14,6% (Investment Europe). Si Dublin devance le Luxembourg dans les statistiques, ce pas si surprenant. “Il est vrai que l’industrie s’est un peu concentrée sur l’Irlande, car ce type de produit a toujours eu tendance à aller dans un environnement anglo-saxon dont il est, du reste, originaire“, note Rafik Fischer, Managing Director de la division Global Investor Services chez KBL.

Attirance réciproque

En dépit de leurs tailles différentes, Dublin et Luxembourg n’en constituent pas moins deux centres financiers d’envergure, qui se disputent âprement les compétences disponibles sur le marché. La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si les professionnels vont suivre les mouvements de capitaux. D’autant plus que le phénomène n’est pas récent. “Nous assistons à la venue de nombreux candidats qui, après avoir passé une bonne partie de leur carrière à Luxembourg, décident de la poursuivre ici à Dublin“, confirmait déjà il y a quelques années Lorraine Shine, directrice du bureau irlandais du cabinet de recrutement Fast. Il s’agit tout autant de ressortissants irlandais vivant au Luxembourg et désireux de retourner au pays que des personnes originaires d’autres pays européens qui désirent acquérir de l’expérience dans un environnement international anglophone.

Car l’évolution d’une carrière dans les services financiers en Irlande peut être assez rapide et les personnes qui sont prêtes à travailler dur et à s’impliquer peuvent évoluer très rapidement. De plus, les formations supplémentaires sont aussi très fortement encouragées en Irlande. Certes, le Luxembourg a toujours attiré les employés de Dublin en raison de salaires particulièrement attractifs, mais aujourd’hui les écarts salariaux s’estompent. Une étude publiée l’an dernier par UBS montre ainsi que Dublin ne situe plus qu’à quelques encablures de la place financière luxembourgeoise en terme de salaire moyen, niveau moyen des prix et pouvoir d’achat domestique.

Funds Accounting Manager – Dublin

1 à 3 ans d’expérience : €38-45k (2011) / €40-45k (2012)

3 à 5 ans d’expérience : €46-55k (2011) / €48-55k (2012

+ de 5 ans d’expérience : €56-70 (2011) / €60-75 (2012)

Fund Accountant – Dublin

1 à 3 ans d’expérience : €27-35k (2011) / €28-35k (2012)

3 à 5 ans d’expérience : €36-48k (2011) / €35-45k (2012)

+ de 5 ans d’expérience : €49-75 (2011) / €45-55 (2012)

Source : Robert Walters – Salary Survey 2012

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici