☰ Menu eFinancialCareers

TEMOIGNAGE : Je suis chanceuse !

Promue au retour d’un congé maternité ? Oui, cela existe en banque d’affaires ! C’est ce qui est arrivée à Claire*. Voici son témoignage. Edifiant.

Travailler en banque d’investissement et être mère de deux (très !) jeunes enfants constituent un sacré défi ! Une gymnastique de tous les jours qui requiert organisation et combativité. Quoi qu’il en soit, j’estime être chanceuse. J’ai eu deux congés maternité très rapprochés et j’ai travaillé un peu moins d’une année scolaire entre les deux. Et je n’ai été ni saquée, ni discriminée. J’ai touché mes bonus au prorata de ma présence au bureau. Un traitement disons… fair. Surtout, à mon retour, j’ai été promue responsable de mon secteur d’activité. J’ai avec mon boss une qualité de dialogue qui a surement fait la différence ainsi que des collègues compréhensifs voire bienveillants. Et, avant toutes choses, j’avais fait mes preuves avant.

Aujourd’hui, on m’attend aussi au tournant. Tout n’est pas rose. Je ne me bats pas avec les mêmes armes que les hommes. Mes supérieurs vont partir du principe que je suis moins disponible et donc me proposeront moins d’opportunités. Ce qui, d’ailleurs, dans l’immédiat n’est pas faux. Il est difficile pour moi de faire plus de deux déplacements à l’étranger par mois. Je dois quitter le bureau chaque jour à 18h30 pour récupérer mes enfants. Or pour se faire bien voir et se positionner, il faut montrer que tu ne comptes pas ton temps. Une culture très franco-française qui valorise les employés qui restent (très) tard. Du coup, même si tu abats le même boulot qu’un homme, tu as toujours cette étiquette de mère de famille. Il ne faut pas oublier que ce secteur est très masculin, très compétitif, et où la pression des clients et de la hiérarchie est élevée.

Je crois que les mentalités dans la banque de finance évoluent positivement. Il y a de plus en plus de femmes qui arrivent à des postes de direction mais c’est encore trop souvent au prix de leur vie privée. Si je veux progresser rapidement, c’est possible. Mais je ne vois plus mes enfants de la semaine. Or là, je suis plutôt en train de réfléchir à un 4/5e pour quelques mois. Une vraie prise de risque pour ma carrière .

* Le nom a été changé

commentaires (18)

Comments
  1. Deux commentaires à ce sujet:

    Le premier sur le rapport enfants-carrière
    Sans vouloir paraître trop “réac”, la prise de risque se situe en aval,
    d’abord dans le fait de regretter ou non de ne pas avoir vu assez souvent ses enfants, les années perdues avec eux ne se rattrapent pas (pour un homme comme pour une femme d’ailleurs…), ensuite dans le fait de transférer une partie de l’éducation des enfants sur la “nounou”.

    Le second sur ces plaintes discriminantes:
    je trouve totalement hallucinant que dans un monde qui se veut libéral (a plus forte raison en banque d’affaires…), on porte plainte pour discrimination… Si les entreprises ne veulent pas embaucher de femmes, c’est leur droit, si leurs dirigeants estiment qu’elles sont moins efficaces. S’ils se trompent, des corrections de marché s’effectueront au profit de ceux qui ont pris ce risque!

  2. Bonjour,

    Je suis jeune diplômé Pont Chaussée + Master ESCP. Je travaille dans le conseil en fusions acquisitions dans une grande banque française, et je suis sous le choc de savoir que cette femme qui a un poste de manager quitte le travail à 18h30!!!! Elle est fonctionnaire ou quoi?

    Moi, je bosse 6 jours et demi sur 7, et je finis jamais avant 22h… En période de surcharge, on bosse nos dossiers jusqu’à 1h du matin!

  3. Felicitations Alban pour ton brillant parcours et ta devotion pour ton travail ! Cette personne dont tu parles a certainement le merite de trouver un point d’equilibre entre sa vie personnelle et professionnelle au risque de limiter ses perspectives de carriere, cela est tout a son honneur.

    Peut-etre est-elle tout simplement plus efficace que les autres managers pour gerer son temps ;-) Salutations

  4. je suis sous le choc de savoir que cette femme qui a un poste de manager quitte le travail à 18h30!!!! Elle est fonctionnaire ou quoi?

    Alban, la vie est un choix et le temps que l’on passe au travail depend de ce que l’on attend de sa vie pro ou perso. Felicitations a Claire de pouvoir progresser en voyant grandir ses enfants. Ce ne sont pas les bonus glanes qui vont faire de nos enfants des êtres equilibres mais notre presence et education quotidienne.

    Pour ma part, ad il faut rester jusqu a 22h je le fais, mais il ne faut pas oublier que ce n’est pas ton patron qui viendront nous voir en maison de retraite qd nous ne serons que des legumes mais les enfants que nous aurons aimes.

  5. Le commentaire d’Alban n’a rien d’étonnant ; qualifier une jeune femme de “fonctionnaire” parce qu’elle quitte son bureau est tout à fait emblématique de la mentalité française (à laquelle Claire fait référence d’ailleurs dans son témoignage) ; on mettra ça sur le compte du jeune âge d’Alban (puisqu’il est jeune diplômé) et sur son manque d’expérience de la vie.
    Le culte de la présence a encore de beaux jours devant lui avec des réactions comme celle là… à quand une vision un peu plus efficace : c’est le résultat qui compte, la qualité d’un livrable rendu à l’heure et non pas le temps de présence.
    Claire souligne la qualité de son dialogue avec sa hiérarchie : voilà un manager – et une entreprise – intelligents qui ont compris que permettre à une collaboratrice ayant par ailleurs des responsabilité familiales (ce qui n’est pas une tare) d’équilibrer sa vie professionnelle et sa vie privée est le meilleur moyen de la fidéliser ; nul doute qu’elle se surpassera pour pouvoir conserver un équilibre aussi précieux.

  6. Bonjour,
    Je ne comprends pas ou je ne comprendrai jamais, ce n’est pas un pêché que de s’occuper de ses enfants ! En plus il faut bien donner naissance et élever “ceux qui travaillent jusqu’à 1 H du matin”.

  7. La qualité du travail ne s’est jamais mesurée dieu merci au temps passé au bureau, d’autant plus qu’on sait très bien que rester tard le soir au bureau est un petit jeu destiné à se faire remarquer, pas toujours positivement d’ailleurs ! De plus en quittant le bureau à 1h du matin tu ne dois certainement pas être là à 8h le lendemain comme la plupart des mères le sont…

  8. Même son de cloche au Canada – Jusqu’à 3:00 le matin pour un “pitch” devant le client à 8:00 le matin. C’est un choix de vie qui a un impact familliale qu,on soit femme ou HOMME.

    C’est par une passion pour la finance que doit être guidé le banquier d’affaires, sans cela, c’est impossible a vivre – plusieurs peuvent en témoigner…

  9. Il est vrai que certaines managers, maîtresses du relationnel, savent affirmer leur compétences, en matière de networking notamment, tout en réussissant à sortir en boîte de temps en temps. Quant à prendre conseil, on préferera s’adresser (avant 18h30 comme après) au pauvre martyre aliéné nommé Alban.

  10. Jeune diplômé….. vous ne connaissez rien de la vie !

  11. de la vie avant, ou après 18h30?

  12. ce n’est toujours pas facile d’être femme mère et manager.Jj’ai travaillé des années jusqu’à tard dans la nuit mais maintenant que je suis mère je crois que je dois au minimum passer plus de temps avec mes enfants, c’est mon devoir envers eux car je suis responsable de leurs avenirs. Alban qui garde tes enfants quand tu es au boulot jusqu’à 1h du mat!?

  13. Il faut relativiser, les promotions sont parfois fortuites. Un collaborateur (trice) quitte la boite et on comble la place avec les gens qui restent. Sans supposer que Claire est incompétante, il faut relativiser l’importance de son statut dans le choix de la promotion. Je pense que l’anciennété a beaucoup joué dans l’affaire.
    POur ce qui est du jeune insomniaque, il est là pour ça :-)

  14. C’est pour avoir travaillé excessivement que je pais aujourd’hui les conséquences. Ma santé en a pris un sérieux coup ! Un conseil judicieux : soyez équilibrés en tout.

  15. Claire soulignait qu’elle avait fait ses preuves avant d’avoir ses enfants. Postulat: pas de favoritisme déplacé à priori donc.
    Bravo à son boss, de savoir valoriser un individu qu’il semble juger de qualité (vaut il mieux perdre une ressource de valeur ou s’adapter parfois à ses horaires? Si la boite fait un effort, n’y a t’il pas un cercle vertueux où l’individu cherche à s’arracher en contrepartie de la souplesse accordée?)
    Bon courage à Alban, bien français, fier de ses études au point de commencer sa phrase par ca, fier de ses horaires…
    On peut gérer une équipe de 20 pers dans une des lignes de banque d’inves en Europe les plus “successful” et sortir à 20h quasiment tous les soirs, quitte à rebosser de chez soi un peu plus tard quand de besoin. Titre et cash ne te rendront jamais ce que tu sacrifies sciemment ou non, par orgueil ou par ignorance. Avoir de l’ambition est sain. Commencer dur est souvent nécessaire, en faire un sacerdoce est une connerie.

  16. Pauvre Alban, ce qu’il fait s’appelle de l’esclavage !! Dommage qu’il y en ait autant qui accepte des horaires au détriment de leur vie personnelle et familiale.
    Je ferais comme les autres, je mettrais ça sur le compte de l’âge et toutes les réactions que je vois me rassure, ouf tout le monde n’a pas les dents qui raillent le plancher comme Alban !
    Espèrons pour lui que ces enfants (s’il a le temps de rencontrer celle avec il pourra les faire) lui feront voir la vie autrement.
    Quand je pense qu’en Suède un congé parental de 6 mois est obligatoire pour les femmes comme pour les hommes…

  17. Alban, je vais essayer de pas trop t’accabler vu que tu viens déja de te faire descendre par la moitié des commentaires et que c’est amplement mérité. Sache pour ta gouverne qu’en trading ou en Asset Management à Londres on est noté sur les résultats et que plusieurs patronnes de desk sont des femmes… qui gagnent très nettement plus que tu ne gagneras jamais a Paris sans devoir finir à 2H du mat. A mon avis tu dois être a peine sortie d’école pour sortir des commentaires de ce style. Je te rassure, 2008 va surement te faire murir rapidement… si tu finis l’année avec un job.

  18. PARITE ET PARITE

    En lisant vos commentaires, Mesdames, je suis consternée de voir avec quelle naiveté vous vivez le concept de “parité”. Piège mortel qui ne vous mènera nulle part, et surement pas dans le Saint des Saints (le conseil d’administration).
    Car la parité dont toute le monde parle c’est : à compétence égale, niveau hiérarchique (et salaire) égal.
    Cela sous-entend que les gros bonnets sont là où ils sont en raison de leurs seules compétences. Inutile d’avoir fait X pour savoir qu’il n’en est rien. Tous les scandales financiers et industriels des 40 dernières années (on pourrait d’ailleurs remonter à l’Egypte Ancienne) sont bien le fait de ces Messieurs les PDG ! Dont l’arrogance est directement proportionnelle à l’incompétence. Une incompétence qui se traduit par des faillites et des restructurations sans fin, avec des milliers de personnes au chômage.
    C’est pourquoi, nous les femmes, gagnerons définitivement la bataille de la VRAIE PARITE , quand, enfin , on pourra proclamer : à INCOMPETENCE EGALE, NIVEAU HIERARCHIQUE (et salaire) EGAL !!!
    Avis à tous les cabinets de recrutement, et aux DRH …
    (nota : l’idée est déjà ancienne, cf Françoise Giroud

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici