☰ Menu eFinancialCareers

Et maintenant les Français s’attaquent aux Newcits !

Le ton monte entre la France et le Grand-Duché et gagne tous les terrains, y compris celui de l’industrie financière.

Après les attaques de la luxembourgeoise Viviane Reding, commissaire européenne à la Justice, à l’égard de la politique d’expulsion de Roms de Nicolas Sarkozy, le sénateur français Philipe Marini s’est cru autorisé le week-end dernier à rétorquer qu’il aurait préférer que le “Luxembourg n’existe pas”.

Il n’a d’ailleurs pas manqué d’enfoncer le clou dans une interview accordée hier au journal PaperJam, dans lequel il accuse, entre autres, le Luxembourg d’adopter des “positions égoïstes” lors des négociations européennes relatives aux nouvelles régulations financières.

C’est une autre invective, cette fois indirecte, qui a attiré notre attention. Celle-ci serait passée inaperçue, si le Financial News ne s’en était pas fait l’écho.

La scène se déroule à Londres, à l’occasion d’une conférence sur la gestion d’actifs organisée par la FSA. Patrice Berge-Vincent, responsable du département régulation et gestion d’actifs du régulateur français l’Autorité des Marchés Financiers, a lancé excédé: e ne comprends pas ce terme ‘Newcits’. J’aimerais demander aux personnes dans cette salle de ne pas utiliser ce mot .

Ou l’on parle d’un fonds Ucits, c’est-à dire qu’il est autorisé à la vente en Europe, ou ce n’est pas un fonds Ucits et il dépend d’une régulation nationale donnée , a-t-il ajouté.

Le Grand-duché n’a a priori pas grand-chose à voir avec ces attaques terminologiques. Mais c’est sans compter que le Luxembourg est le deuxième centre mondial de fonds d’investissement après les Etats-Unis, employant plus de 10.000 personnes. Défier l’industrie des fonds en Europe revient un peu à s’attaquer à la place financière grand-ducale.

Le label UCITS en général et UCITS III, appelé souvent “Newcits”, en particulier ont été de précieux outils dans le développement de l’industrie luxembourgeoise. Ces fameux “Newcits” justement ayant permis d’attirer de plus en plus de hedge funds et de fonds de fonds sur le marché luxembourgeois, surtout depuis fin 2008.

Le terme Newcits s’est certes répandu et quelquefois galvaudé pour des raisons de marketing essentiellement. L’existence de fonds alternatifs sous la réglementation UCITS n’est pas nouvelle mais l’engouement lui est bien nouveau.

L’inventeur du mot, Jonathan Miller, en charge de l’investment research chez Citywire, est sorti de l’ombre dans la foulée de l’injonction du régulateur français pour défendre son invention. “Non, je ne regrette rien”, a-t-il lancé (Citywire)!

Les luxembourgeois n’ont pas encore réagi à ce débat terminologique. Une simple question de temps?

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici