☰ Menu eFinancialCareers

Réussir son entretien annuel d’évaluation

Olivier Gélis

Alors que l’entretien annuel d’évaluation est l’occasion d’un bilan constructif sur son poste, et le moyen de rappeler ses succès et ses attentes, il est trop souvent ressenti comme une « épreuve »… A tort ! Pour vous aider à mener à bien votre entretien annuel d’évaluation, voici quelques règles essentielles de préparation et divers conseils pour faire de ce rendez-vous un moment productif, qui abordera également les objectifs pour l’année à venir.

L’entretien annuel d’évaluation commence avant même d’avoir eu lieu… par une préparation sérieuse ! Et rime avec un état d’état d’esprit positif.

Préparez-vous !

Bien trop souvent la préparation de cet entretien est minorée. Il faut prendre le temps pour faire le tour de vos points forts et vos zones d’amélioration, vos réalisations, les raisons pour lesquelles vous n’avez pas pu atteindre certains objectifs, vos attentes… 30 minutes pour faire le tour, c’est un peu court non ?…

Pour mettre toutes les chances de votre côté, pour ce rendez-vous qui n’a lieu qu’une fois par an, il vous faut analyser ces 3 points-clés : le contenu de votre poste (au-delà du titre), le niveau de vos responsabilités, ce qu’il vous apporte au quotidien. Ensuite, quel est votre objectif professionnel ? Et enfin quel est le « chemin » à parcourir entre les deux ? Cet examen précis vous aidera à définir vos objectifs pour l’année suivante et à formuler vos attentes (peut-être vous faut-il une formation pour progresser…). Temps estimé ? 45 minutes/1 heure : c’est un investissement mais gardez en tête que ce rendez-vous n’a lieu qu’une fois par an !

Même s’il est abordé avec appréhension – tant côté collaborateur que manager – cet entretien ne doit pas faire l’objet d’attitudes extrêmes. Ce rendez-vous incontournable est clairement un lieu d’échange constructif.

Adoptez « la bonne attitude » !

Les extrêmes, que ce soit la décontraction comme la rigidité, sont à bannir. Et surtout, soyez réellement présent(e) et pro actif(ive). C’est un temps de parole qui vous est offert, sachez le mettre à votre profit de façon professionnelle. Soyez prêt(e) à dresser un bilan et à dialoguer.

N’oubliez pas quelques petites astuces essentielles comme : ne pas couper la parole (notez si besoin les propos qui vous viennent à l’esprit), faire des réponses argumentées et être, vous aussi, bien à l’écoute des attentes de votre supérieur hiérarchique.

Une définition claire de ses objectifs permettra d’effectuer une présentation factuelle, chiffres à l’appui…pour répondre concrètement aux attentes du manager.

Expliquez, argumentez, donnez des exemples

Que ce soit pour vos succès ou vos échecs, commentez à l’aide d’exemples concrets vos réalisations. Dans chaque cas, n’hésitez pas à avancer des pistes de progression pour lesquelles vous aimeriez avoir l’avis de votre manager. L’impliquer dans votre travail vous rapproche de lui. Vous montrez aussi que vous ne subissez pas mais que vous vous investissez !

Souvenez-vous que votre manager n’est pas là que pour vous évaluer, son rôle est aussi de vous aider à avancer donc n’hésitez pas à lui demander conseil. Pour cela, se préparer un peu chaque jour en amont en listant les informations à utiliser est une bonne astuce.

N’oubliez pas d’anticiper les reproches… en réfléchissant à des solutions ! Ainsi vous prendrez en mains votre évolution.

N’oubliez pas de proposer de solutions

L’entretien d’évaluation est tout sauf un (long) fleuve tranquille et il sera vraisemblablement l’occasion d’échanger des points de vue parfois divergents… Cela se gère, et même se prépare !

Un reproche émanant du manager, d’autant plus s’il est fondé, peut devenir un argument pour le collaborateur qui en fait l’objet. Ainsi, si un point négatif est mis en lumière, c’est peut-être l’occasion pour le collaborateur de solliciter une formation adéquate pour ne pas se retrouver la même situation ultérieurement.

Enfin, un autre élément clé doit être pris en considération par les collaborateurs pendant l’entretien. L’analyse critique étant le rôle du manager ici, il est impératif de ne pas percevoir ses remarques uniquement comme des reproches mais aussi comme un moteur potentiel de « rebond ». L’exemple des objectifs est exemplaire : un collaborateur qui n’aurait pas atteint totalement ses objectifs en 2011 pourra indiquer sa détermination à faire beaucoup mieux en 2012. Pourquoi pas en proposant une collaboration accrue avec un autre service de l’entreprise, par exemple.

Olivier Gélis est Directeur Général de Robert Half International France.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici