☰ Menu eFinancialCareers

Trader, un métier d’avenir ?

Traders, vendeurs, structureurs : la finance aura toujours besoin de professionnels de salles de marchés , a rappelé en guise de préambule Bruno Atlan, trader chez Natixis et professeur du Master 203 Dauphine, lors d’une conférence organisée le 24 juin à La Sorbonne par le Club des Jeunes Financiers en partenariat avec l’Association Monnaie Finance Banque de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (Amofib).

Il faut dire que depuis la crise, le métier a beaucoup évolué. Déjà, la complexité ne sera plus autant de mise sur les marchés, dans le futur proche, et de nouveaux produits et marchés apparaissent, comme le CO2, note Bisser Alexandrov, professeur Master Banque Finance Paris 1 Sorbonne et trader CO2 chez Orbeo. Mais surtout, sentiment commun à tous les traders : la crise a été très sérieuse et elle n’est pas finie. Un nombre important de postes ont été supprimés, donc de nombreuses contreparties et clients ont disparu. Le stress des traders n’a pas diminué, au contraire, et les perspectives financières sont durablement affectées.

Flexibilité

Si les intervenants sont confiants sur la pérennité du métier de trader sur le long terme, étant donné son caractère indispensable dans un régime d’économie de marché, à court terme, ils sont bien conscients que le corollaire des formations, les stages, se sont raréfiés et que les positions sont rares, hautement disputées et plus compétitives que jamais. Leur conseil est de rester flexible en termes de fonctions, de localisations et de structures.

C’est d’autant plus vrai qu’à La City, par exemple, la dimension technicienne, mathématique est moins marquée. Pour les Français, cette dimension scientifique est un atout et un inconvénient à la fois puisqu’en cas de retournement de marché comme en ce moment, les profils techniques ultra-spécialisés souffrent davantage , explique François Jacques, secrétaire général de l’Amofib et ancien Londonien, comme Bruno Atlan et Bisser Alexandrov. En tout état de cause et quel que soit le type de sortie de crise, aucun intervenant ne voit de retour du trader star pré-crise. Travail d’équipe, vrai intérêt pour le métier, accord avec les procédures semblent être les nouveaux mots d’ordre.

Article réalisé à partir du compte rendu d’Arnaud-Cyprien Nana Mvogo (Club des Jeunes Financiers) et François Jacques (Amofib).

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici