☰ Menu eFinancialCareers

Le sort de nouveau incertain des employés de Dexia

On croyait les salariés de Dexia tirés d’affaire grâce au plan de sauvetage de la banque qui prévoyait la nationalisation de l’entité belge pour 4 milliards d’euros, la création d’un nouvel établissement de crédit aux collectivités territoriales en France, adossé à la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) et à la Banque Postale et enfin la vente de Dexia BIL au Luxembourg à un investisseur du Qatar.

Or, d’après la presse belge, l’aggravation de la crise de la dette et la hausse des taux d’intérêt à long terme, qui compliquent le refinancement des États et des banques en difficulté, remet en cause le plan de sauvetage de Dexia. La Belgique, qui estimerait ne plus être en mesure d’assumer une telle responsabilité, voudrait ainsi renégocier la clé de répartition avec la France. Rouvrir les négociations reviendrait à ouvrir la boîte de Pandore. Ce serait sans fin et très dangereux pour la stabilité de Dexia , indique à l’agence Reuters un banquier proche des négociations sur le sauvetage de la banque franco-belge, sous couvert d’anonymat.

Un accord toujours en vigueur

Aujourd’hui même, la Belgique et la France ont exclu toute renégociation de l’accord d’octobre sur le sauvetage de Dexia, même si Paris laisse la porte ouverte à des garanties publiques temporaires pour la banque franco-belge. Le ministre belge des Finances, Didier Reynders, a d’ailleurs fait savoir qu’un accord avec l’exécutif européen sur le sauvetage de Dexia était attendu dans les prochains jours .

En attendant, au Luxembourg, la situation prend du retard, alors que l’annonce du rachat de Dexia BIL par un investisseur du Qatar date déjà du 10 octobre. Une offre devait être formulée vers le 24 octobre, soit il y a un mois. Officiellement, néanmoins, l’affaire suit son cours normalement : Les négociations exclusives entre Dexia et l’investisseur privé du Qatar aux côtés de l’État luxembourgeois en vue de la cession de la BIL sont toujours en cours et se déroulent de manière positive , commente-t-on chez Dexia BIL (Paperjam.lu).

Là aussi, les autorités se veulent rassurantes. Je suis sûr que la transaction pourra être finalisée de manière satisfaisante dans les jours qui viennent , a déclaré le ministre des Finances Luc Frieden à l’agence Bloomberg. Les employés devront donc encore patienter quelque temps pour être (définitivement ?) fixés sur leur sort.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici