☰ Menu eFinancialCareers

XENIA TCHOUMITCHEVA : Pourquoi j’ai décidé qu’une carrière au sein des services financiers n’était pas faite pour moi

Tout d’abord, laissez-moi vous dire que je suis au courant des possibles controverses et débats que peut créer un tel article (oui, je suis jeune et mon expérience est limitée) et je ne suis pas une grande amatrice des articles narcissiques (j’ai déjà suffisamment de photos de moi, ainsi quand j’écris je préférerais parler d’autre chose), mais il m’a été demandé un nombre incalculable de fois les raisons pour lesquelles j’ai décidé de ne pas mener une carrière au sein d’une banque d’investissement, et le seul moyen de répondre à cette question est d’examiner mes expériences personnelles.

Le peu de temps passé au sein de l’industrie financière a été une bonne formation pour moi, non seulement en termes de produits financiers avec lesquels je suis devenue familière et de compréhension du fonctionnement du système banquier dans son ensemble, mais également d’un point de vue personnel. Je respecte profondément la loyauté et la qualité de l’engagement que chaque employé dans le secteur financier montre dans son travail au quotidien, et – dans les moments difficiles comme les crises ou les récessions – le courage qu’ils ont de continuer à se réjouir et à essayer d’accomplir de grandes choses.

J’admire également la manière dont fonctionne l’ensemble du système hiérarchique ainsi que le respect systématique des supérieurs et l’autodiscipline absolument nécessaire pour les grosses structures qui en découle. L’étendue de la base d’informations et de connaissances qui m’était offerte lorsque je travaillais dans le secteur bancaire était unique : je pouvais littéralement avoir accès à une base de données incroyablement bien construite de renseignements et obtenir des nouvelles ou des informations précises difficiles à trouver. À l’inverse, mon impression personnelle était que la courbe de l’apprentissage d’un secteur spécifique s’aplanit assez vite pour ne se réduire qu’à un simple rôle d’exécution. Il y a un risque de se retrouver coincé au lieu d’évoluer vers de plus grandes responsabilités.

Cela étant dit, je pense qu’il est assez important de déterminer si votre personnalité est faite pour le secteur bancaire. Il se peut qu’être honnête avec vous-même soit difficile quand vous avez la garantie d’un gros salaire et que vous travaillez dans une organisation de renom. De bien des manières, les services financiers sont faits pour ceux qui veulent une carrière sans risque – bien qu’il y ait toujours le risque de perdre son emploi.

Inversement, je suis créative, je n’ai pas peur du risque et j’aime assumer l’entière responsabilité de mes actes. Cela fait partie de l’éducation que m’ont donnée mes parents et cela signifie que je suis naturellement faite pour une carrière plus entrepreneuriale. Même si je suis toujours contente de commencer par le bas de l’échelle et de jouer le jeu de partir de zéro, je reste une employée atypique. J’ai été élevée comme une petite fille indépendante et responsable, et – à force de gérer moi-même mon image, mes emplois et mes affaires depuis déjà quelques années – j’ai pris l’habitude d’être mon propre patron.

J’estime que toutes les choses que j’ai accomplies jusqu’à aujourd’hui sont le résultat d’un mélange de chance et de travail acharné : alors Carpe diem mais après ça, tout dépend de vos propres efforts. Le secteur bancaire m’a donné de meilleurs outils et une meilleure autodiscipline. Je suis désormais en mesure de les appliquer à gérer mon propre business, qui est et a toujours été le métier de mes rêves. Je chérirai pour toujours mon expérience dans le milieu financier, et son atmosphère très académique et stimulante intellectuellement me manquera. Mais à long terme, ce n’est pas fait pour moi.

commentaires (6)

Comments
  1. “la courbe de l’apprentissage d’un secteur spécifique s’aplanit assez vite pour ne se réduire qu’à un simple rôle d’exécution”.
    Xenia: c’est la grande différence entre le travail et l’école ma chérie, et je doute fort que la courbe d’apprentissage dans le mannequinât soit plus élevée!!!!
    Mais en fait, je me demande si je parle vraiment à Xenia, plus ça va; plus je me dis que quelqu’un est en train d’usurper son identité afin de faire du mal à cette pauvre jeune femme.
    Dans le cas contraire, il me semble que tant d’étalage sur les raisons de ta non carrière en BFI releve probablement du narcissisme. On n’en meurt pas, mais un petit crochet chez le psy peut aider à s’en sortir.
    Bonne continuation dans ta nouvelle carrière, je pense effectivement que tu as fait le bon choix !

  2. Sans adherer sur le fond et trouvant cet article un peu culotte, je trouve en revanche l’article remarquablement ecrit, ce qui nous change un peu.

  3. ChuckNorris : Pourquoi on se fout totalement de la carrière éclair de Xenia Tchoumitcheva.

  4. LOL t’inquiète pas chère Xenia on a compris le message : “avis aux business angels et autres fonds de private equity, jeune mannequin trop honnête pour travailler dans la finance cherche financement pour lancer son business”
    Non mais franchement tout le monde s’en tape…..

  5. L’auteur a eu un déclic, une sorte d’appel aux rangs de l’entreuprenariat. Ce qui est respectable en soi. Cependant, je ne suis pas d’accord quand elle dit “Il y a un risque de se retrouver coincé au lieu d’évoluer vers de plus grandes responsabilités”, la finance, surtout à Londres, c’est tout le contraire, elle est basée sur la méritocratie.
    Je relève aussi plusieurs contradictions dans l’article.

  6. On dirait une poupée parlante qui parle en automatique. Dommage pour elle, elle est déjà périmée la blondasse, parce que le temps de la technocratie bancaire est désormais révolue. Fini les triturages de cervelles à base de bouts de processus et d’assemblage bizarroïdes de données à fin d’occupation pour des ronds de cuir lassés des cocottes en papier. Le vent du grand large, l’air frais du marché,va dégager tout cela pour nous faire rentrer dans une nouvelle époque. Désormais ce sont les robots tinois qui vont dominer le monde. Les employés de banque n’ont plus qu’à regagner leurs caves en attendant de servir d’animaux de compagnie pour les tinois.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici