☰ Menu eFinancialCareers

Gestion de fortune à Luxembourg : place aux experts !

Les repères du secteur ont été largement bousculés pendant la crise. Pour s’adapter à un contexte changeant et de plus en plus compétitif, les professionnels doivent prendre la mesure des nouvelles attentes des employeurs alors que le marché repart.

Il y a clairement une reprise des recrutements depuis le début de l’année, surtout de la part des grands acteurs internationaux, nous a confirmé Pascal Meier, managing partner du cabinet de chasse spécialisé Edouard Franklin. La priorité est donnée aux fonctions de front-office, type banquier privé et développeur, et au renforcement des expertises, telle que l’ingénierie patrimoniale ou la gestion des risques .

Pression commerciale accrue

Dans sa récente étude sur Le marché de la Gestion de Fortune à Luxembourg en 2009, le cabinet avait relevé les grandes évolutions liées à la recherche d’une plus grande rentabilité en banque privée.

La pression accrue sur les objectifs s’est traduit par un nombre de clients à gérer plus important : de 127, en moyenne, en 2008 à 156 en 2009. Le nombre de client relationship managers est en forte baisse (41% des effectifs du secteur en 2008 contre seulement 26% en 2009) au profit de banquiers privés. De nombreux acteurs ont demandé à leur CRM de se transformer en banquier privé et de se mettre désormais dans une logique de développement de clientèle , explique l’étude.

Directeur compliance : des salaires toujours à la hausse

Edouard Franklin anticipe dans les prochains mois une demande accrue sur les profils front-office plus exotiques pour faire face au besoin stratégique d’aller sur des marchés émergents et créer de la croissance organique (Pays de l’Est, Amérique du Sud, Moyen-Orient).

Parallèlement, la fonction de directeur compliance est en pleine évolution avec des niveaux de salaire en progression même en 2009, soit en moyenne 145K euros, fixe et variable compris. Si l’activité d’encadrement reste souvent limitée, cette population trouve une place de plus en plus forte au sein des organisations , selon le cabinet.

L’évolution du marché devrait également tourner en faveur des experts en ingénierie financière et fiscale pour conseiller des clients plus fortunés et donc plus complexes que ce soit en fiduciaire, en banque privée ou en société de gestion. Les directeurs d’ingénierie patrimoniale, dont la rémunération totale se situe autour de 130K euros, devraient être également de plus en plus nombreux dans les organes de décision des banques privées.

Il n’y a pas que les grandes maisons !

Les grandes marques du secteur continuent d’attirer les candidats. Dans l’ordre, Pictet, Rothschild, Banque de Luxembourg, HSBC Private Bank et Credit Suisse sont les cinq banques qui possèdent la meilleure réputation à leurs yeux.

Néanmois, les besoins pourraient se situer ailleurs, notamment dans les sociétés de gestion de fortune. Sur ce segment, les dirigeants, fortement centrés jusqu’alors sur les problématiques de gestion de portefeuille, sont actuellement en train d’intégrer des services d’ingénierie financière et fiscale dans leur offre. Dans l’ordre Merrill Lynch, Futches & Associés et Foyer Patrimonium sont les employeurs de choix des candidats sur ce sous-jacent.

Enfin, le cabinet mise sur la croissance des family offices dans le futur grâce à l’attractivité des véhicules financiers et fiscaux du Luxembourg. Ces structures comptent aujourd’hui qu’une trentaine de professionnels sur la place alors que le marché de la gestion de fortune représente 1.900 professionnels au total.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici