Pourquoi vous ne devriez pas demander conseil à vos parents pour votre carrière en finance...

eFC logo
banker and parents

Les fêtes de fin d'année sont l'occasion pour parler de votre carrière aux membres de votre famille. Cependant, à moins qu’ils ne travaillent également dans la finance, il n’y aura peut-être pas grand intérêt. C'est en tout cas ce que pense David Abrams, un gestionnaire de hedge funds basé à Boston et qui gère près de 9 milliards de dollars via son fonds Abrams Capital.

Lors d'une conférence à New York début décembre, David Abrams s'est adressé aux participants en leur indiquant que la plupart des parents avaient peu à offrir en matière de conseil pour une carrière en finance. « Il ne s'agit pas de savoir si vos parents ou votre belle-mère ont entendu parler de l'endroit où vous allez travailler », a-t-il déclaré. Plutôt que choisir un lieu de travail en fonction du prestige et de la chance infime que votre mère puisse le connaître, David Abrams conseille de sélectionner un employeur en fonction de vos connaissances, soit « une demi-douzaine de personnes avec lesquelles vous travaillerez chaque jour ».

Uns tendance semble se dessiner. Le mois dernier, Colm Kelleher, président mondial de Morgan Stanley, a rapporté que son père, un médecin de campagne en Irlande, trouvait la taille de ses bonus 'horriblement' disproportionnée par rapport à la sienne. D'après Colm Kelleher, inutile d’essayer de plafonner les bonus bancaires à un niveau que quelqu'un comme son père jugerait acceptable. Ce qui n'empêche pas les banques d'agir dans cette direction... mais dans des limites raisonnables.

Bien que les parents et frères et sœurs puissent avoir quelque chose de significatif à dire sur la vie au bureau et les méthodes de management, il est néanmoins préférable d'éviter les conversations professionnelles lors d'une réunion familiale. L'an dernier, Marty Chavez, co-responsable de la division titres chez Goldman Sachs, a rappelé qu'un invité à un dîner de Thanksgiving avait demandé : « Marty, comment pouvez-vous travailler pour cette société ? Comment pouvez-vous encore vous regardez dans le miroir ? ».

Ce dernier en a conclu que les humains aiment avoir « quelqu'un à pointer du doigt et à blâmer » afin de se sentir mieux, et que les banquiers ont récemment endossé cette fonction. « Cela devrait finir par passer » anticipe-t-il.

Si la famille qui ne travaille pas dans la finance est trop éloignée et trop remontée contre les banquiers pour être d'une grande aide, à qui pouvez-vous vous adresser ? Les initiés, évidemment. Et si ces initiés sont également membres de votre famille, alors tant mieux. Lors d’une manifestation Women in STEM organisée par la Caixa Bank à Londres début décembre, la représentante d’un important fonds de capital-investissement américain a déclaré qu'elle avait fait carrière dans la banque puis le private equity car elle avait grandi immergée dans la finance : « il n'a jamais été question de savoir ce que je voulais faire d'autre ».

Et si votre famille est composée de médecins de campagne ou de personnes n'aimant pas les banquiers ? Ne vous fiez pas trop aux déclarations de gens comme David Abrams.« Je ne conseillerais pas aux gens de faire ce que j'ai fait, à savoir entrer dans un business sans rien n'y connaître ». Pourtant, cela semble plutôt lui avoir bien réussi.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close