Voici les principales passerelles entre les différents secteurs de la finance...

eFC logo
Bamboo hanging bridge over river in tropic forest

Cela fait plusieurs années que vous êtes en poste dans un secteur de la finance et souhaiteriez évoluer vers un autre secteur de l'industrie financière ? Encore faut-il savoir entre quels secteurs les passerelles sont possibles. Nous avons demandé à des recruteurs et chasseurs de têtes en finance de nous éclairer sur ce sujet et illustré leurs propos par des exemples récents de professionnels qui avaient sauté le pas.

Pour commencer, sachez que la période est propice à la mobilité externe, ce qui n'a pas toujours été le cas ces dernières années. « La mutation des acteurs va à la fois réduire certains périmètres, créer de nouveaux métiers et reconfigurer certaines fonctions » relève Olivier Coustaing, associé au sein du cabinet de chasse de têtes Alexander Hughes.

Et de poursuivre : « Dans tous les segments financiers seront favorisées une perméabilité et des passerelles plus marquées, comme par exemple entre la banque d’investissement et la gestion d’actifs ou les firmes de private equity, ces dernières étant sur une vague porteuse, tant sur le marché mid cap que large cap ».  Voici donc ci-dessous les principales passerelles entre les différents secteurs de la finance...

De la BFI vers la gestion d'actifs, les hedge funds et la banque privée

L’asset management est un débouché naturel pour les professionnels seniors de la banque d’investissement. L'une des reconversions qui a fait le plus de bruit dans le milieu de la finance ces douze derniers mois reste celle de l'ex-banquier star de la SocGen, Christophe Mianné, parti rejoindre  le groupe indépendant en asset management Primonial.

Mais le mouvement ne concerne pas que les têtes d'affiche. « On voit de plus en plus de banquiers d’investissement spécialistes sur les options faire évoluer leur carrière vers l’Asset Management ou les Hedge funds pour lancer des fonds volatilistes ou pour venir en support sur des fonds directionnels », confiait dans nos colonnes Cyril Sabbagh, managing director responsable du trading chez Skylar. A noter que les anciens traders des banques d’investissement avec un track-record impeccable et une stratégie de trading bien rodée sont particulièrement appréciés des hedge funds.

Enfin, concernant le private banking, « il y a un réel intérêt des banquiers seniors pour des multi-family office indépendants, convaincus par la valeur ajoutée du service et du conseil personnalisé différenciant face à une offre de plus en plus digitalisée et de la prédominance de la gestion passive sur la gestion active », relève Corinne Orémus, directrice générale déléguée de Vendôme Associés dans le dernier baromètre Métiers & Tendances du cabinet de chasse de têtes parisien spécialisé dans la finance.

Des M&A vers le private equity (et réciproquement)

Le chemin qui mène des postes d’analysts et associates en banque d’investissement au capital-investissement est l’un des plus empruntés. « A un niveau junior (ex : chargés d’affaires), les sociétés de capital investissement recherchent des candidats qui viennent des M&A, mais aussi du conseil en stratégie ainsi que des fondateurs de start-ups », indique Thibaut Roussey, fondateur et président du cabinet de chasse Alvedis Conseil.

Pour se démarquer de cette rude concurrence, mieux vaudra donc que les banquiers qui se recyclent dans le capital investissement aient une expérience en corporate finance ou en M&A dans une grande banque en tête des league tables (idéalement pendant deux années consécutives).

Précisons que dans les M&A, les mouvements ne se font pas à sens unique. « On constate que dans un contexte de marché 'bullish' les banques doivent aller chercher de nouveaux profils senior hors des métiers de la banque d’affaires », indique Denis Marcadet, président fondateur de Vendôme Associés. « Ainsi, 2017 a été marqué par plusieurs retours d’anciens banquiers, partis en corporate notamment, et revenant à leur métier d’origine ».

« Aussi surprenant que cela puisse paraître, nombre de banquiers d’investissement retournent en sell-side après plusieurs années en capital-investissement », confie sous couvert d’anonymat un recruteur en capital-investissement, Conséquence directe : « les sociétés de capital-investissement se tournent de plus en plus vers les ‘associate directors’ ou les VP.

De la banque vers la fintech et/ou l'entrepreneuriat

La fintech attire elle aussi les professionnels de la banque, qu'ils viennent de la banque d'affaires, de l'asset management ou du retail banking. Pour preuve, Thibaud de Maintenant, qui a effectué le gros de sa carrière chez Deutsche Bank, a été nommé l'été dernier directeur général de la fintech blockchain LiquidShare. Damien Beurier a quant à lui quitté Rothschild pour prendre la direction du développement commercial de WeShareBonds.

C'est encore un banquier senior, Didier Ardouin, qui a été nommé directeur général de « Max », la fintech du Crédit Mutuel Arkéa. Brez. Et un banquier junior, David Poupardin, qui est passé de la gestion d'actifs à la fintech SETL. Comme quoi il n'y a pas d'âge pour passer de la banque à la fintech, à condition de se poser les bonnes questions avant de prendre sa décision.

A défaut de rejoindre un établissement existant, certains n'hésitent pas à quitter la banque pour monter leur propre structure, à l'instar de ces quants seniors de la SocGen qui l'an dernier ont franchi le pas de l'entrepreneuriat comme Hubert Le Liepvre, responsable de l’ingénierie financière basé à Londres au sein de l’équipe de cross-asset solutions de la banque parti lancer à Paris la startup technologique Ze Profile ou bien Eric Viet, managing director et responsable mondial des institutions souveraines et financières parti lancer son propre cabinet, Munoa Invest.

Et pour finir, de la banque au conseil en stratégie

Ceux qui passent de la banque au conseil en stratégie ont souvent fait leurs premières armes… dans le conseil avant de travailler dans la banque, où il ont souvent exercé une fonction stratégique et ne sont pas ‘banquiers’ stricto sensu. Sur les aspects réglementaires, il s’agit souvent d’anciens professionnels des risques et de la conformité issus des banques d’investissement. Ne vous reste plus qu'à savoir comment intégrer les cabinets de conseil en stratégie les plus prestigieux...

Crédit photo : 12ee12 / gettyimages

A lire aussi…

Close