Le nouveau fond d’écran en vogue pour les réunions Zoom en banque

eFC logo
Le nouveau fond d’écran en vogue pour les réunions Zoom en banque

La prochaine fois que vous envisagerez de réorganiser votre bibliothèque avant une réunion Zoom avec vos collègues et vos supérieurs, vous pourriez vous laisser tenter par une autre approche. Près de quatre mois après la mise en place de confinements à travers le monde et quelques milliers d’heures de réunions en visio plus tard, le fond d’écran Zoom qui vous place aujourd’hui au-dessus du lot est… une fenêtre de votre bureau.

C’est le fond d’écran utilisé récemment par Citi lors d’une réunion générale de son activité Banking, Capital Markets and Advisory pour la région EMEA. Au lieu de se présenter confortablement installé chez lui avec son chien et vêtu d’un jean comme c’était le cas fin mars, Philip Drury, EMEA Head of Banking, Capital Markets and Advisory, s’est affiché ostensiblement en costume, assis dans une salle de réunion de la tour Citi à Canary Wharf. Idem pour Manolo Falco, Global Co-Head Banking, Capital Markets and Advisory.

Le message en filigrane était clair : les cadres dirigeants de Citi ne sont plus en pantoufles à la maison.

Reste à savoir si cela vaut aussi pour Alison Harding-Jones, managing director à la tête du M&A pour la région EMEA, apparue dans sa maison de campagne, avec quatre chiens et six poulets, lors d’une interview remarquée au début du confinement. Citi n’a fait aucun commentaire sur les retours au bureau des uns ou des autres, mais globalement, on estime qu’environ 10% de ses effectifs à Londres ont réintégré les locaux de Canary Wharf à ce jour – un chiffre relativement faible qui pourrait être lié à la difficulté de respecter la distanciation sociale dans les ascenseurs du bâtiment de 42 étages : avec une capacité restreinte à quatre personnes par voyage, les employés prendraient des heures à rejoindre leurs bureaux.

Le problème des ascenseurs se pose aussi chez HSBC : on compte à peine 350 traders et cadres dirigeants présents dans les bureaux de Londres, eux aussi dans un immeuble de 42 étages, pour une capacité d’accueil d’environ 10 000 personnes. Quand la capacité à transporter les employés vers leurs bureaux se limite à une petite fraction des effectifs, seuls les plus importants sont autorisés à s’y rendre.

Ailleurs, le taux de retour des banquiers à Londres et New York reste étonnamment stable, entre 10 et 20%. Morgan Stanley indiquait la semaine dernière que 10% de ses employés avaient réintégré les bureaux. Chez JPMorgan, la proportion est plus proche des 20%, contre 15% chez Bank of America et 12% chez Goldman Sachs à Londres – mais seulement 5% à New York (du moins à la fin juin). Cela dit, 25% des effectifs de salles de marché sont de retour chez Goldman à Londres et Jim Esposito, Co-head Global Securities Division de Goldman, indique qu’il aimerait voir plus de retours afin d’assurer la formation des juniors.

Parmi ceux qui ont retrouvé leur bureau – ou ne l’ont jamais quitté, beaucoup ont l’impression de faire partie des privilégiés. « Tout orchestre a besoin d’un chef, » commente un trader de Goldman Sachs. « Travailler de chez soi, c’est bien tant que les éléments-clés sont au bureau pour diriger la manœuvre. »

Voilà pourquoi la présence au bureau pourrait devenir un symbole de prestige, en particulier au vu de l’attitude de certains stagiaires et juniors, vus, durant les réunions, dans des pièces à la propreté douteuse, rideaux fermés. Cela pourrait changer à mesure que les retours au bureau s’accélèrent. Il se murmure que certaines banques américaines envisageraient d’imposer en premier le retour des traders en mal de résultats pendant la période de télétravail.

Dans l’immédiat pourtant, de nombreux banquiers confirment que les appels au retour restent très limités. « La plupart de ceux qui reviennent le font sur la base du volontariat, » indique un trader de Goldman à New York. Il précise que la salle des marchés reste assez clairsemée en raison des congés des uns et des autres. - Si vous ne pouvez pas utiliser la fenêtre de votre bureau comme fond d’écran pour vos prochaines réunions Zoom, vous pourriez lui préférer la vue d’une plage déserte, loin des points chauds de la pandémie en Floride, histoire de faire montre d’un minimum de standing.

Crédit photo : Pascal Meier sur Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available. Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...