TÉMOIGNAGE : « Mes parents n’imaginaient pas à quel point je travaillais dur dans la banque »

eFC logo
TÉMOIGNAGE : « Mes parents n’imaginaient pas à quel point je travaillais dur dans la banque »

Je ne viens pas d'une famille de banquiers : ma mère peint des peintures murales et mon père est photographe. J'ai eu une éducation bohème dans le quartier de Tribeca à New York, subventionnée par les grands-parents maternels qui nous ont aidés. Malgré tout, j’ai vu le côté difficile des revenus en dent de scie et j’ai grandi avec une plus grande ouverture d’esprit au monde de l’entreprise que mes parents. C’est pourquoi lorsque j'ai choisi ma propre carrière, j'ai décidé de faire quelque chose de différent : j'ai choisi la banque d’investissement.

Il faut dire que j’avais un groupe d'amis très proches et que la plupart d'entre nous sommes allés dans la finance. Quelques-uns des parents de mes amis ont travaillé dans l'industrie financière et cela a nourri nos aspirations. Nous aimons tous la compétition et une fois que certains d’entre nous ont commencé à en parler, les autres ont suivi le même chemin.

Une douzaine d'entre nous sommes entrés dans l'industrie. Huit ans plus tard, tous en sont sortis, sauf deux.

Moi-même, j'ai arrêté au bout de six ans. Je suis entré dans la division de banque d’investissement de l’une des plus grandes et meilleures banques américaines, et j’avais l’intention de rester. Je savais que ça allait être difficile mais de là à imaginer un tel degré de folie….

Je faisais partie de l'équipe coverage incroyablement débordée. J'ai toujours travaillé 80 heures par semaine. J'ai souvent travaillé 100 heures par semaine. Je vivais chez mes parents et, la plupart du temps, je rentrais chez moi à 4 ou 5 heures du matin, je dormais deux heures et je retournai au bureau. Il y avait des moments où je rentrais à la maison alors que mon père prenait une douche pour aller au travail. Souvent, je dormais sur le canapé car il ne semblait pas intéressant d'aller au lit.

Mes parents avaient jusque-là toujours soutenu mon choix de carrière. Une fois qu'ils ont vu ce qui se passait, ils m'ont beaucoup harcelé, en particulier ma mère. J'ai essayé d'expliquer que j'étais dans un secteur très concurrentiel et que nous devions livrer nos produits aux clients, mais ils ne pouvaient jamais vraiment comprendre pourquoi.

En prenant du recul, je ne suis pas sûr de pouvoir comprendre pourquoi non plus. C'est comme si nous étions en proie à une sorte de folie collective. La concurrence entre les banques est extrêmement intense et lorsque vous y entrez, vous savez que les banques rivales travaillent aussi fort que vous pour se démarquer. Le moindre détail comptait.  Pourtant, si j'étais à la place de l’entreprise destinataire, je ne pense pas que je me serais soucié de tous ces détails. Bien sûr, c'est toujours mieux si le format et l'apparence sont professionnels, mais nous étions bien plus pointilleux que cela. Souvent, nous travaillions toute la nuit sur une tâche bien particulière pour faire plaisir au client et n'entendions plus rien de sa part après l'avoir reçu.

Finalement, j'ai décidé que je ne pouvais plus faire cela. Mon équipe était déjà en sous-effectif et les gens continuaient à partir à cause du surmenage. C'était trop, et avec le soutien de mes parents, je suis parti. Je gère maintenant ma propre entreprise en dehors de la ville.

Je regarde mes deux amis qui sont toujours dans le secteur bancaire et qui sont bien payés et profitent de la vie. J'ai peut-être eu une mauvaise expérience - mon équipe était certainement plus accaparée que les autres. Mais la plupart de mes autres amis sont d’accord pour dire que les banques sont un bon terrain d’entraînement pour quelques années, sans plus. Il y a tellement plus dans la vie que de travailler 100 heures par semaine et le travail dans le domaine de la BFI ne suffit pas à compenser.

Je pense que les banques ont un vrai problème. Les jeunes ont maintenant des options : vous n'êtes pas obligés de choisir la finance, vous pouvez vous lancer dans une startup ou une entreprise de la tech dans laquelle vous travaillez dur, mais beaucoup moins. Chez Google ou Facebook, vous pouvez toujours avoir une vie. Qui a envie de rester au bureau toute la nuit et tout le week-end ?

Certes, les banques essaient de réduire les horaires de travail - et je pouvais voir des initiatives se concrétiser avant mon départ, mais les semaines de 80 heures et plus sont très enracinées dans le secteur. Les seniors sont eux-mêmes passés par là et ont l'habitude d'avoir des juniors disponibles quand ils le veulent. D'une manière ou d'une autre, cependant, cela doit changer. Si tel n'est pas le cas, je prédis que les banques vont avoir de sérieux problèmes d’effectifs.

Jason Bird est un pseudonyme

Photo by Sabrina Tosato on Unsplash

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou bien un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...