Un été plutôt calme sur le front des embauches en finance ?

eFC logo
Un été plutôt calme sur le front des embauches en finance ?

Vous travaillez dans la finance et souhaitez profiter de la période estivale pour changer de job. Le moment est-il le mieux choisi pour candidater ?  Nous avons posé la question à plusieurs recruteurs en finance basés dans l’Hexagone afin qu’ils puissent nous éclairer sur les tendances en matière de recrutement cet été.

« Mes rencontres en ce début d’été avec des décideurs de la place ont confirmé un ralentissement des recrutements externes au profit de promotions internes et de réorganisations de périmètres », nous indique Olivier Coustaing, associé chez Alexander Hughes basé Paris. « La tendance tous métiers confondus est à recruter de façon plus ciblée, autrement dit moins mais mieux ».

« Les acteurs bancaires sont en pleine réinvention. Il s’agit d’attirer les bons talents adaptés à leurs enjeux d’une part, et à fidéliser ces derniers d’autre part, au travers de parcours de carrière plus polyvalents et évolutifs. L’automne sera l’occasion d’y voir plus clair ! », poursuit-il.  En attendant, certains profils semblent avoir les faveurs des chasseurs de têtes.

L’effet Deutsche Bank ?

C’est notamment le cas dans le secteur de la banque d’investissement, pourtant fragilisé par l’annonce du vaste plan de suppressions d’emplois de Deutsche Bank à travers le monde. « Comment une institution comme Deutsche Bank en arrive à licencier 18.000 personnes dix ans après la crise ? », s’interroge un banquier qui a travaillé pour de grandes institutions comme SocGen, Barclays ou Credit Suisse.

« C'est surtout la brutalité avec laquelle les licenciements sont faits qui font le buzz. C'est hélas une nécessité pour la survie du groupe qui a été plus long à se décider », répond Olivier Coustaing. « Cela montre une fois de plus que l’écosystème bancaire est en train de pivoter vers de nouveaux modèles ». Et à ce sujet, qui dit nouveaux modèles dit nouveaux besoins.

« Je continue d’avoir des demandes récurrentes sur des profils ‘Quant’ pour la direction des risques de plusieurs banques », constate Christophe Laville, consultant senior banque & services financiers chez Morgan Philips Executive Search, précisant que depuis l’annonce de son plan de restructuration, « les modèles et les expositions doivent être scrutés de près avec Deutsche Bank ».

Enfin, toutes les banques ne sont pas engagées dans des plans de réductions d’effectifs. Si le moment n’est pas le mieux choisi pour postuler chez SocGen et BNP, Credit Agricole CIB et Natixis constituent toutes les deux un point de chute de choix pour les banquiers d’investissement, tout comme les banques américaines à Paris qui, dans le sillage du Brexit, continuent de recruter traders et vendeurs sur place.

LE secteur qui recrute…

S'il est des secteurs plutôt calmes cet été, il en est un qui ne semble pas ralentir ses recrutements : celui de la gestion d’actifs. A peine le mois de juillet débuté, les recrutements dans la gestion d’actifs continuent de se multiplier en France, après une période d'accalmie au premier trimestre. C’est Carmignac qui a ouvert le bal en annonçant le 1er juillet le renforcement de son équipe Taux via le recrutement de deux cogérants issus de chez Edmond de Rothschild AM.

Activité taux, gestion obligataire / fixed income, gestion quantitative, activité ETF et analyse ISR : tous les domaines recrutent des profils variés : analystes, gérants, distributeurs mais aussi vendeurs. « Mercato général ou épiphénomène ? », s’interrogeait encore il y a deux mois Christophe Laville. La tendance penche plutôt en faveur d’un mercato général qui devrait se poursuivre pendant toute la durée estivale voire bien au delà.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close
Loading...