Et si vous combiniez votre job en M&A avec votre passion pour les voitures ?

eFC logo
Et si vous combiniez votre job en M&A avec votre passion pour les voitures ?

Et si vous combiniez votre job dans les fusions et acquisitions (M&A) avec votre passion pour les voitures ? Après tout, certains concilient bien leur intérêt pour les vins ou les arts avec leur job en finance. D’autant plus que le métier des M&A dans le secteur automobile est actuellement très dynamique.

C’est en tout cas ce que confirme le cabinet de conseil et d’audit PwC qui vient de publier la première étude M&A sur le secteur automobile en France. Près de 48 transactions ont été réalisées l’an dernier à travers plusieurs sous-secteurs : équipementiers, constructeurs automobiles, concessionnaires…

« Dans la continuité de 2018, nous anticipons la poursuite du mouvement de concentration dans le secteur de la distribution automobile en 2019 avec l'émergence d’importants acteurs régionaux en France », explique Steven Perrin, associé Transaction Services chez PwC France.

D’un point de vue des acteurs des M&A, 69% des deals en 2018 concernent des acheteurs Corporate et 31% sont réalisés par des fonds d’investissement. 60% des transactions sont effectuées par les équipementiers. Parmi les deals, 31 ont été réalisés au sein même du territoire français, ce qui illustre là encore le dynamisme des acteurs de l’automobile.

Les secteurs les plus porteurs

Le secteur le plus dynamique a été sans conteste celui des équipementiers automobiles avec 2 principales stratégies adoptées : une stratégie de valeur avec des investissements dans les nouvelles technologies (connectivité, conduite automatisée) et une stratégie de volume avec des investissements capacitaires et des investissements de diversification de portefeuille de produit.

Du côté des distributeurs automobiles, 12 transactions ont été enregistrées dans ce qui semble être une stratégie de concentration géographique avec l’émergence de groupes régionaux à l’image de l’acquisition de deux concessionnaires Peugeot à Créteil et à Montgeron (47 M€) par le groupe Carwest qui renforce ainsi sa position en Ile-de-France.

Le secteur des nouvelles technologies a été également particulièrement dynamique avec 10 transactions sur les 48 relevées, impliquant des entreprises liées aux nouvelles technologies comme les systèmes d'assistance à la conduite, la transmission électrique, la cartographie des données, la mobilité en tant que service (MaaS).

« La forte dynamique dans le développement et l'acquisition de technologies de connectivité et de conduite autonome devrait se confirmer à l’image du processus d’acquisition en cours du japonais Clarion par Faurecia pour atteindre son objectif de devenir un fournisseur leader dans l'électronique du poste de pilotage », analyse Steven Perrin.

Enfin, sur le segment des constructeurs, l’année 2018 aura été particulièrement calme avec seulement trois opérations, dont deux liées aux véhicules spécifiques impliquant PSA.

« Dans un contexte de tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis et face aux prochaines exigences fixées par Bruxelles en matière d’émission de CO2, les constructeurs français et plus largement européens pourraient être tentés par de nouveaux partenariats industriels et commerciaux voire des opérations de rapprochement et ainsi contribuer à alimenter le marché du M&A en 2019 », conclut Steven Perrin. Plutôt de bon augure...

Vous pouvez travailler dans le département M&A dédié au secteur automobile chez un Big Four, une banque, une compagnie d’assurances mais également directement chez un constructeur ou équipementier auto. Quoiqu’il en soit, une expérience dans cette industrie est la bienvenue, à l’image de Pierre Lafenetre qui avant de rejoindre l’équipe Stratégie & M&A de Faurecia a commencé sa carrière chez PSA Peugeot Citroën où il a notamment été chef de projet innovation.

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close