Il n’y a pas que les quants à être sous-payés en France. Les développeurs aussi…

eFC logo
Il n’y a pas que les quants à être sous-payés en France. Les développeurs aussi…

On savait déjà que les analystes quantitatifs (quants) juniors travaillant en banque d’investissement à Paris se plaignaient d’être sous-payés d’après les témoignages de certains d’entre eux. Visiblement, les développeurs ne sont guère mieux logés en termes de rémunérations.

C’est le constat fait dans le rapport annuel sur le métier de développeur réalisé par la start-up montpelliéraine CodinGame auprès de 9.000 passionnés du code dans 120 pays différents (dont plus de 20% sont basés en France) et qui met en lumière les exigences et les attentes des développeurs en recherche d’emploi. 

Résultat : les trois quarts des développeurs et des spécialistes RH s’accordent tous sur le fait que le salaire reste une question cruciale pour le recrutement dans la tech. Pour les développeurs, le salaire est d’ailleurs le premier critère pris en compte pour donner suite ou non à une opportunité d’emploi, devant les horaires flexibles (66,3%) et les défis techniques (63,6%).

La France à la traîne…

Pour expliquer la pénurie de développeurs en France et les départs des jeunes talents à l’étranger, le rapport avance l’argument des salaires. Aux Etats-Unis, le salaire moyen d’un développeur est de 100 k$ en Suisse ce montant s’élève à 95 k$, en Allemagne 67 k$, aux Pays-Bas 64 k$ et au Canada 63 k$. Alors qu’en France le salaire moyen reste autour de 53 k$.

Et tout comme les analystes quantitatifs, ce sont les juniors qui sont les moins bien lotis, comme on peut le constater dans le tableau ci-dessous. Pour les juniors de 0 à 3 ans d’expérience, le salaire moyen s’établit en dessous de la barre des 38 k€. Les développeurs plus expérimentés, entre 4 et 7 ans d’expérience, sont en moyenne rémunerés à hauteur de 42k€. Le salaire des développeurs seniors de 10 ans d’expérience et plus dépasse quant à lui la barre des 50k€.

Cela dit, il ne s’agit là que de moyennes et la finance figure dans le Top 5 des secteurs qui paient le mieux les programmeurs. Sachant que pour 81% des responsables ressources humaines, l'enjeu numéro 1 reste de trouver des candidats qualifiés, et que les langages Javascript, Java, C#, C++ et Python sont actuellement les plus recherchés, vous savez ce qu’il vous reste à faire sur votre CV de développeur en banque...

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close
Loading...