Les équipes des banques françaises à Londres, premières victimes de la réduction des coûts en BFI ?

eFC logo
City of London 4

Société Générale s'apprêterait à réduire une équipe actions basée à Londres et composée de huit banquiers d’investissement spécialisés dans les deals actions en Europe du Nord et dans les marchés émergents, selon une  source proche citée mardi par Financial News. Société Générale n’a pas souhaité commenter cette information.

L'équipe concernée est dirigée par Laurent Cassin, responsable equity capital market (ECM) pour l'Europe du Nord, l’Europe de l’Est et l’Europe centrale, le Moyen-Orient, l'Afrique et la Russie. Il aurait été transféré de Londres vers Paris tandis que les activités de l’équipe seraient désormais exercées par des banquiers depuis la capitale française.

Cette nouvelle intervient deux semaines après que SocGen ait révélé un programme de réduction des coûts pour sa banque d’investissement lors de la présentation de ses résultats du quatrième trimestre, après la chute des revenus de ses activités de marché. La banque française a l'intention de réaliser 500 M€ de coûts supplémentaires et a annoncé qu'elle se retirerait des zones où elle ne serait pas suffisamment compétitive.

Ces réductions devraient entraîner un recul de certaines parties de ses activités fixed income, le trading taux et matières premières étant particulièrement touchés. Il s’agit là d’un revirement de stratégie qui consistait à privilégier le fixed income par rapport au domaine de prédilection de SocGen, à savoir les dérivés actions.  Les analystes de la banque d’investissement américaine KBW ont décrit cette évolution comme « les conséquences de l’échec des efforts de diversification » au sein de la banque d’investissement de Société Générale.

Frédéric Oudéa, directeur général de Société Générale depuis mai 2008 et l'un des plus anciens dirigeants de banque en Europe, a déclaré lors d'une conférence téléphonique avec les analystes, que les résultats de la banque d'investissement étaient "décevants", mais que les changements dans le fixed income n'étaient «pas juste imputables au quatrième trimestre».

SocGen pas la seule concernée…

Les banques d’investissement françaises ont été durement touchées par la volatilité des marchés au quatrième trimestre. BNP Paribas a elle aussi annoncé son intention de réduire la voilure dans sa division BFI après une série de résultats difficiles via une réduction de coûts de 600 millions d'euros supplémentaires, dont la moitié proviendrait de la banque d'investissement.

Afin de réduire les coûts, BNP Paribas entend faire l’analyse de certaines implantations périphériques. Là aussi, les professionnels des marchés à Londres sont en première ligne. Selon The Times, la banque aurait déjà discrètement supprimé une quarantaine d'emplois dans sa banque d'investissement à Londres et réduirait ses recrutements en raison des turbulences sur les marchés ayant affecté les bénéfices des desks de trading de la City. Certaines sources proches vont même jusqu'à évoquer le chiffre de 150 postes.

Bref, vous l'aurez compris, ce n’est actuellement pas le meilleur moment pour postuler dans une BFI française à Londres...

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Close