☰ Menu eFinancialCareers

Dans les métiers de la finance, le bonheur au travail est-il possible ?

Cheerful multiracial colleagues looking at camera in office

Le Loup de Wall Street, Margin Call, Ma part du gâteau, Wall Street… Quel est le point commun entre tous ces films ? Ils dépeignent tous le secteur de la finance comme un environnement dur, individualiste, et où chacun serait prêt à tout pour réussir… Mais au-delà des métiers de la finance des marchés, qu’en est-il vraiment du bonheur des DAF, des RAF, des comptables, etc., plus largement dans l’entreprise ? S’épanouissent-ils dans cet environnement à la réputation difficile, qu’en est-il de leur satisfaction ?

Car le « bonheur au travail », tout le monde y aspire, mais combien d’entre nous y accèdent vraiment ? C’est pour tenter de répondre à toutes ces questions que le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half a interrogé en janvier 2017, via un institut de sondage indépendant, 200 directeurs et responsables de la finance d’entreprise dans l’Hexagone. Principal constat : 1 DAF sur 5 déclare que le bien-être au travail n’est jamais abordé dans la fonction financière.

Pas une priorité

Parmi ceux qui indiquent ne jamais aborder ce sujet, ils sont plus d’1 sur 2 à déclarer que le bonheur n’est pas une priorité pour la direction. Pour 38 % d’entre eux, il n’existe pas de process pour mesurer le niveau d’engagement des collaborateurs. Ils sont également 35 % à mentionner que pour eux, ce sujet appartient essentiellement aux RH. De manière surprenante, ils sont 8 % à penser qu’il n’y a aucun avantage professionnel à l’engagement et au bonheur des collaborateurs.

Ce paradoxe peut s’expliquer par l’évaluation de la responsabilité du bonheur par les DAF et les RAF interrogés : ils sont 41% à penser que l’entreprise et les collaborateurs ont un rôle équivalent dans le bien-être des équipes au travail. Ainsi, seuls 10 % des DAF interrogés se considèrent responsables du bonheur de leur équipe.

Tout le monde y gagne

Pourtant, selon une autre enquête online menée par Robert Half auprès de 2.000 travailleurs en France au cours du deuxième trimestre 2016 et intitulée Le bonheur au travail, tout le monde y gagne, les salariés des secteurs financiers sont 85 % à considérer qu’il est important d’être heureux au travail. En considération du temps passé au bureau, il semble évident que l’épanouissement professionnel est essentiel au bonheur d’une personne.

Les mentalités semblent néanmoins évoluer, la plupart des dirigeants d’entreprise reconnaissant aujourd’hui que le bonheur au travail a un impact concret et direct sur la productivité : la motivation et l’engagement des équipes sont des conditions prouvées de rentabilité.

« De même, à l’heure où les cadres sont en situation de quasi plein-emploi, la satisfaction des collaborateurs est un élement évident de rétention », fait observer Bruno Fadda, directeur chez Robert Half. « Ainsi, il est fort à parier que la place du bien-être au bureau devienne un objectif dans les prochaines années, et cette tendance devra gagner les fonctions financières ».


Crédits photo :UberImages / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici