☰ Menu eFinancialCareers

TÉMOIGNAGE : « J’ai quitté mon job en banque pour devenir… D.J. »

Banking DJ

David Solomon, 55 ans, est co-président de Goldman Sachs. Un jour, il pourrait même remplacer Lloyd Blankfein en tant que CEO. En attendant, il s’adonne à sa passion de disk jockey. Son nom de scène est D.J. D-Sol. Et D.J. D-Sol mixe sur ses platines de la danse music «commerciale» lors de concerts mensuels dans les spots des Bahamas et à New York, ce qui lui permet de pimenter son travail de jour chez Goldman Sachs.

Andy Purnell sait de quoi il en retourne. Lui aussi a travaillé dans la banque en plus d’être D.J. Sauf qu’il n’occupait pas un poste aussi important que David Solomon (il n’était qu’un analyst dans la division des produits titrisés chez Barclays) et qu’à la différence de ce dernier, il n’a pas poursuivi sa carrière en finance. Depuis 2015, Andy Purnell est en effet D.J. à plein temps.

Andy Purnell explique qu’il n’est pas facile de travailler dans la banque et de faire de la musique son métier. « Je n’ai pas beaucoup dormi. J’avais envie de travailler de longues heures dans la banque, mais j’aimais aussi mixer tous les jours du week-end si bien que je n’avais quasiment plus de jour de repos », médite-t-il.

Quitter la banque pour devenir un D.J. professionnel n’est pas une promenade de tout repos. Les banquiers pensent qu’ils travaillent dur, mais les D.J. professionnels travaillent parfois plus dur encore. Ainsi, les banquiers voyagent, mais Andy Purnell dit que D.J. voyagent encore plus. Ils travaillent également toute la nuit et sont généralement des travailleurs indépendants, si bien qu’ils n’ont droit aux congés payés. « Je viens juste de rentrer chez moi pour la première fois depuis juin », précise-t-il, ajoutant qu’il dort encore moins qu’avant et passe son temps dans les avions à parcourir le monde entier. « Je reviens juste de Bulgarie ce matin où j’ai joué un festival pour MTV – j’y étais il y a encore moins de 24 heures. Ce n’est pas du tout rare », ajoute-t-il.

Il n’en oublie pas la banque pour autant. « Cela me manque de travailler avec l’un de mes meilleurs amis et je suis à côté de la plaque concernant le monde économique – mais sinon je suis beaucoup plus heureux de faire ce que je fais maintenant ».

Andy Purnell explique que la banque est géniale si vous êtes un étudiant avec un véritable intérêt pour la finance et une éthique professionnelle irréprochable. Cependant, il dit qu’il a trouvé que le secteur financier manquait de positivité et qu’il n’y régnait pas une véritable atmosphère d’équipe. « Regardez ce que j’ai fait hier », dit-il (en se référant à la photo ci-dessus). « Je n’ai pas eu ce genre de buzz lors de la clôture d’un deal ou en faisant de l’argent – il est bon de voir des sourires et de l’énergie ! ».

Peut-être que David Solomon pourrait répandre ses ondes chez Goldman en jouant ses morceaux à la prochaine réunion d’investisseurs ? La banque en aurait bien besoin après un deuxième trimestre qui s’annonce d’ores et déjà médiocre…


commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici