☰ Menu eFinancialCareers

Voici les compétences requises si vous aspirez à devenir un décideur dans la gestion d’actifs…

Un leader doit être capable d'exprimer une vision convaincante

Un leader doit être capable d'exprimer une vision convaincante

L’association mondiale des professionnels de l’investissement CFA Institute vient de dévoiler ce vendredi les résultats de son étude Future State of the Investment Profession réalisée auprès de plus d’un millier de professionnels de l’investissement dans le monde sur l’état et l’avenir de la profession à un moment clé de son évolution. L’étude identifie plusieurs scénarios en croisant les grandes tendances dans tous les secteurs avec les évolutions spécifiques au secteur de l’investissement.

« Notre secteur se trouve à un point d’inflexion où le succès tout comme l’échec est en jeu », déclare Paul Smith, CEO du CFA Institute. « Au cours des cinq prochaines années, les dirigeants du secteur prendront des décisions qui impacteront non seulement leurs entreprises mais aussi l’ensemble de la profession telle que nous la connaissons aujourd’hui ».

Parmi les grandes tendances identifiées se trouvent les avancées technologiques, des préférences client redéfinies, de nouvelles conditions macroéconomiques et des régimes de réglementation différents qui reflètent des changements géopolitiques et des variations démographiques. Les scénarios ne sont pas des prévisions mais présentent des possibilités pour l’avenir du secteur de l’investissement. 

L’importance des aptitudes au leadership

« Indépendamment de ce que l’avenir nous réserve, les dirigeants du secteur de l’investissement devront développer de nouvelles compétences tout en recrutant et formant leurs collaborateurs de manière différente », relève Roger Urwin, co-auteur du rapport et président du Future of Finance Advisory Council (Conseil consultatif sur l’avenir de la Finance) au CFA Institute. « Des qualités humaines telles que la créativité, l’empathie ou la capacité à négocier dans des situations complexes, deviendront de plus en plus importantes ».

L’étude montre que l’évaluation de ces compétences nécessaires à un leadership efficace diffère suivant les régions du monde. En Amérique du Nord (61 %) et en Europe (46 %), la principale compétence attendue d’un dirigeant en gestion d’actif est la capacité à exprimer une vision convaincante pour l’institution. En Amérique latine et dans la région Moyen-Orient et Afrique, les compétences en relationnel (respectivement 42 % et 40 %) et la gestion de crise (39 % et 37 %) sont les deux principales qualités d’un manager.  Dans la région Asie Pacifique, les choix éthiques (38 %) et les compétences en relationnel (40 %) sont les critères dominants.

À nouvelles circonstances, nouvelles compétences

Pour aider les dirigeants à garder le cap dans un environnement changeant tout en développant la confiance et les avantages pour la société, le CFA Institute appelle les détenteurs d’actifs, les gestionnaires d’actifs et les intermédiaires de placement, à agir de manière notamment à développer l’état d’esprit et les pratiques qui permettront au secteur de l’investissement d’acquérir un statut professionnel comparable au droit ou même à la médecine.

S’agissant la formation des managers de demain, le plus grand défi du secteur consiste à développer un leadership capable d’exprimer une vision convaincante et d’insuffler une culture éthique. A noter que plus de diversité augmente la performance. Il convient aussi de redéfinir et développer la culture et la pratique concernant les valeurs et les coûts. Autrement dit créer une culture et un business model associant crédibilité et professionnalisme selon un ensemble de caractéristiques essentielles.

Les changements à prévoir…

Parmi les changements significatifs à prévoir sur les 5 à 10 ans à venir, on peut citer l’évolution des tendances en matière d’investissement. Ainsi, 73 % des sondés s’attendent à ce que les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance jouent un rôle plus important. Et ils sont 70 % à penser que les centres financiers de la région Asie-Pacifique gagneront en influence.

Il faudra également faire avec la pression sur les business models : 84 % des répondants s’attendent à une consolidation du secteur, 70 % pensent que de plus en plus d’actifs intégreront des instruments de placement passif, 63 % s’attendent à ce que les marges bénéficiaires des sociétés de gestion d’actifs restent stables ou diminuent, et enfin 57 % s’attendent à ce que les investisseurs institutionnels cherchent à réduire leurs coûts en internalisant davantage d’activités de gestion.

Enfin, des opportunités se profilent à l’horizon : 55 % s’attendent à ce que la mondialisation offre de nouvelles opportunités aux professionnels de l’investissement, tandis que 18 % perçoivent la mondialisation comme une menace. Et ils sont 49 % à s’attendre à ce que les technologies offrent de nouvelles possibilités aux professionnels de l’investissement, tandis que 23 % les perçoivent comme une menace.

S’adapter à la nouvelle donne

Ce qui fait dire à Myriam Ferran, CFA, Présidente de CFA Society France, qu’il faut, entre autres, repenser le rôle de conseil et d’analyste quand la technologie promet d’aller au-delà des capacités humaines ou encore comprendre et définir l’intérêt de l’intelligence artificielle dans les processus, et maîtriser l’analyse des données multiples qui inondent le marché (le Big Data) ou encore les nouveaux comportements des clients finaux qui évoluent au même titre que les propositions de valeur venant des entrepreneurs Fintech.

« Au-delà d’un contexte géo-politico-économique à risques (croissance faible, fees en baisse, inflation basse…), cette étude dévoile un secteur financier sous tension. Nous sommes à un moment clé où la profession doit se redéfinir sur sa mission, ses engagements et les moyens pour y arriver », poursuit-elle.

« Cette étude montre clairement la nécessité pour les sociétés d’investissement de s’adapter plus rapidement à la nouvelle donne », ajoute Paul Smith. « Véritables moteurs de cette transformation, les dirigeants du secteur tiennent l’avenir de notre profession entre leurs mains. Ils doivent donner des preuves de leur engagement au service des autres, montrer aux investisseurs la valeur ajoutée du secteur et développer la confiance des investisseurs finaux dans les organismes de placement ». Vaste programme.

CFA survey

© 2017 CFA INSTITUTE. ALL RIGHTS RESERVED.


Crédits photo : Sam  / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici