☰ Menu eFinancialCareers

Six situations dans lesquelles un CFA ne vous rendrait pas service

Un CFA ne peut qu’être une bonne chose pour votre carrière, n’est-ce pas ? Après tout, ce n’est pas une mince affaire : à peine 20% des candidats parviennent à décrocher les trois niveaux et 34% seulement ont réussi le premier niveau à la dernière session de décembre.
Si le CFA, toujours plus poulaire en France, est souvent un atout pour l’avancement de votre carrière, il existe des situations inverses où il peut vous causer du tort. Lesquelles ? Eh bien…

1) Si vous voulez vraiment travailler dans le trading

Le CFA est particulièrement adapté aux personnes qui visent une carrière dans les métiers de la gestion d’actifs ou dans la recherche actions, aux dires même du CFA Institute.

Les gérants et les analystes actions constituent notre première cible, admet Steve Wellard, porte-parole pour le Royaume-Uni. Nous constatons parallèlement un intérêt croissant pour nos cursus de la part des professionnels qui travaillent dans la gestion de très grandes fortunes.

Bien que Steve Wellard assure que le CFA peut être utile pour une personne qui se destine au trading ( la force du programme s’appuie sur son caractère généraliste ), l’aspirant trader qui se vante d’avoir réussi un examen du CFA a des chances de passer pour ignorant…

Un CFA est surtout justifié quand votre travail exige la réalisation de stratégies d’investissement au service de vos clients. Il est nettement moins utile pour les traders, confirme Jim Nairn, directeur chez Cornell Partnership.

2) Si vous voulez vraiment travailler dans le private equity

Même configuration que pour le trading, vous paraitriez à côté de la plaque en fanfaronnant sur votre succès au CFA si vous choisissez le private equity comme carrière.

Les meilleurs fonds de capital-investissement sont bien plus intéressés de savoir si vous avez été un top analyste chez Goldman Sachs que d’apprendre que vous avez ou non un CFA, relève David Howell, directeur du cabinet de recrutement spécialisé EM Financial. Un CFA ne fait aucune vraie différence.

3) Quand vous n’avez pas le temps de passer 15-20H par semaine à lire des ouvrages (potentiellement ennuyeux)

Le CFA institute estime que chacun des trois examens nécessite d’étudier entre 15 et 20 heures par semaine pendant 18 semaines. Les candidats passent en moyenne 300 heures à préparer chacun des examens.
Ceci représente un programme plutôt lourd, et ce d’autant plus que les ouvrages à réviser ne semblent pas particulièrement engageants.

Je trouve cela tellement rébarbatif que cela en devient nuisible pour mon cerveau ! Là, je suis supposé travailler mais je n’arrive pas à m’y mettre, témoigne un ancien trader senior qui étudie actuellement le niveau 1.

Avant de vous lancer, mieux vaut donc peser le pour et le contre. Un CFA peut apparaître quasi-obligatoire si vous visez un job dans la recherche actions ou dans la gestion d’actifs. Dans d’autres domaines, il apparaît seulement comme un atout. Pensez à une gestion efficace de votre temps. Avez-vous mieux à faire que d’étudier 15/20 heures par semaine ?

4) Quand vous êtes sans emploi et cherchez vainement à revenir dans la course

Un CFA prouve votre détermination à travailler dans l’industrie des marchés financiers. Cependant, si vous avez déjà une expérience dans le secteur, et que vous ne retenez pas l’attention des recruteurs, avez-vous vraiment besoin de jouer la surenchère pour montrer combien vous êtes motivé ?

Au lieu de passer tout ce temps à étudier (voir point 3), vous avez plutôt intérêt à occuper vos journées à faire du networking avec les cabinets de recrutement et les professionnels en poste dans votre secteur. Ces derniers sont plus à mêmes que le CFA (en particulier s’il s’agit du niveau 1) d’accroitre vos chances de décrocher un job.

De la même manière, un CFA ne vous aidera pas beaucoup si vous cherchez dans une activité totalement différente (surtout s’il est question de viser le front-office alors que votre expérience se limite au back/middle office). Certaines personnes passent le CFA dans l’espoir de pouvoir se réorienter. Clairement, c’est un pari risqué, qui paye rarement, explique Jim Nairn.

5) Si vous échouez plusieurs fois au niveau 1

66% des candidats ont échoué à l’examen du niveau 1 en décembre dernier. Vous pouvez passer l’examen autant de fois que vous le souhaitez, il n’y a pas de limite. Cela dit, selon Steve Wellard, la plupart des personnes abandonnent après la deuxième ou troisième tentative.

Si vous ne parvenez pas à décrocher le niveau 1 et que votre employeur ou employeur potentiel s’en rend compte, ça ne fait pas bonne impression. Mieux vaut ne pas essayer du tout.

6) Quand vous vous investissez pour le niveau 1 en ayant aucune intention de passer les niveaux 2 et 3

Depuis sa création, seules 117,831 personnes ont décroché le niveau 3, ce qui prend environ trois à quatre ans (et au moins 900 heures de travail).

En comparaison, 20.000 professionnels au moins réussissent le niveau 1 chaque année. Par conséquent, si vous souhaitez que le CFA fasse une vraie différence dans votre carrière, vous aurez besoin de devenir un véritable charterholder et décrocher les trois niveaux. Obtenir uniquement le 1er niveau peut être interprété comme un manque d’ambition.

commentaires (12)

Comments
  1. Je ne comprend vraiment pas l’interet de cet article!!
    Completement inutile!!

  2. Ne vas pas faire plaisir à ceux qui ont leur CFA.

  3. Il vaut mieux avoir un CFA que rien!

    MBA intéresse encore moins les recruteurs. Si vous êtes déjà chez Goldman sans CFA en tant qu’analyste il a fallu un sacré piston ou un coup de chance qui n’arrive jamais!

    Article nul qui ne correspond pas à la vérité du marché!

  4. Cher Auteur vous avez oublié la septieme situation: vous!

  5. L’article est plutôt juste mais le titre et certaines expressions dans le texte sont déplacés et inutilement provocateurs (à croire que l’auteur cherche dans les commentaires la quantité plutôt que la qualité ?)

    Bref, dire que le CFA “ne vous rendrait pas service” est abusif, à croire qu’il serait nuisible d’apprendre ? Absurde

    Il serait plus juste de dire que dans certaines situations, le temps et l’énergie nécessaires à l’obtention du CFA pourraient être mieux employés.

    Et félicitations à ceux qui l’ont obtenu ou qui y travaillent, ça demande tout de même beaucoup plus d’effort et de volonté que d’écrire un petit article de 500 mots sur le sujet !

  6. j ai le cfa depuis 3 ans et ce diplome a boosté ma carriere passant d’un salaire d’environ 50 K€ fixe hors bonus a un peu plus de 100 K€ fixe hors bonus. Ceci pour vous dire que l’investissement est payant !!

  7. L’article est plein d’humour mais bon, un bon diplome comme le CFA montre qu’on s’accroche et qu’on est motivé pour bosser dans la finance…après le mieux, c’est le CFA + 1 réseau + de l’expérience.
    Par les temps autant se mettre toutes les chances de son côté !

  8. Sarah Butcher, avez vous essayé de passer le CFA et échoué? Je comprends pas le but de cet article. C’est de la pure frustration. Oui, c’est du travail, mais il est faissable et si autant des gens sinscrivent, il doit y avoir une raison, n’est pas? Mes félicitations aussi à ceux qui ont passé la session de Juin 2010, pour laquelle nous avons reçu les résultats ce lundi (42% de taux de réussite).

  9. Je me demande comment vous avez eu votre CFA tous…
    Avant de vous emballer et de partir au 1/4 de tour relisez l’article.
    L’auteur critique le CFA dans des cas bien précis, le Trading et le Private Equity, et non pas dans le cadre de la Recherche. De plus admettez que l’examen du Level I est un exercice “bête”, on ne vous demande pas de comprendre mais de connaître par cceur à la virgule près les 7 ou 8 bouquins… Alors descendez un peu de vos grands chevaux messieurs et remettez vous un peu en question…

  10. Le CFA est la meilleure formation en Finance qualitative qui puisse exister, certes c’est très challenging il faut vraiment bosser, mais je pense que c’est la ou l’on acquiert l’esprit des marchés financiers, je suis devenue une vraie financière après avoir eu mes 3 niveux du CFA!

  11. Tout a fait d’accord avec l’article. Pour moi, le CFA c’est pour les analystes en recherche, IBD, les gerants et dans une moindre mesure les vendeurs. C’est un diplome tres dur, et l’obtenir montre du courage et de la determination, mais bon il n’est pas fait pour etre trader ou structurer. Personnellement, je ne connais aucun trader ou structurer avec un cfa sur mon desk

  12. Pour l’argument 1 & 2, l’auteur peut avoir raison.
    Pour l’argument 5 & 6, c’est tellement trival que ça ne pourrait être avancer comme argument.
    Alros que l’argument 3 est complétement hors sujet, avoir ou pas le temps n’est pas un argument pour dire que le CFA rend ou pas service !
    Enfin, l’argument 4 me laisse perplexe: quand on est sans emploi il est tout a fait recommandé de suivre une formation afin de se remettre dans la course, sinon je n’ai pas compris le message !

    Question: j’ai un PhD en Economie Financière et suis actuellement cadre dans une banque à Paris dans le contrôle financier (7 ans d’experience – 35 ans). Depuis un moment je souhaite rejoindre la gestion d’actifs comme ingénieur financier. Serait il illusoire de penser qu’ avec un CFA Niv 2 je pourrais faire cette mobilité ?

    Nota: je ss candidat au niveau 2 en juin 2011.

    Phil

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici