☰ Menu eFinancialCareers

La City pourrait voir partir 22% de ses emplois, selon les dernières annonces des banques sur le Brexit

Ce n'est pas rien...

Ce n'est pas rien...

Quelle est la proportion de jobs bancaires basés à Londres exposée au risque de Brexit ? La moitié des 6.000 emplois bancaires londoniens de Goldman Sachs pourraient être transférés, selon le quotidien économique allemand Handlesblatt, ce que s’est empressée de nier la banque américaine. Plus globalement, les chiffres indiqués par les banques indiquent des transferts de l’ordre de 22%.

Pour l’heure, c’est J.P. Morgan qui semble la banque la plus encline à transférer des emplois hors de Londres. En marge du forum de Davos, son CEO Jamie Dimon a réitéré ce jeudi sa menace de juin dernier visant à transférer au moins 4.000 emplois hors UK en raison du Brexit, soit 25% du total de la banque dans le pays. « Il semble qu’il y aura plus de transferts d’emploi que prévu (…) ce n’est pas une menace – juste le fait que nous devrons tenir compte des nouvelles exigences », a-t-il déclaré à Bloomberg.

De son côté, UBS semble évoluer dans la direction opposée. Son CEO Sergio Ermotti avait déclaré en septembre dernier que dans le sillage du Brexit, la banque pourrait déplacer 1.500 emplois – soit 30% de ses effectifs au Royaume-Uni – vers l’étranger. Or, cette semaine à Davos, le président d’UBS, Axel Weber, a revu ce chiffre à la baisse en évoquant 1.000 emplois, soit 20% du total, même si Sergio Ermotti a précisé qu’il faudrait vraisemblablement attendre fin 2017 pour avoir le chiffre exact.

Ce qui place UBS au même rang que le groupe sino-britannique HSBC qui a annoncé le transfert à venir de 1.000 emplois de Londres vers Paris.

Si d’autres banques présentent des plans similaires, les pertes d’emplois à Londres liées au Brexit pourraient être plus élevées que prévu. En octobre, le cabinet conseil Oliver Wyman indiquait que 13% des emplois dans les secteurs du trading, de la banque d’investissement, de la gestion d’actifs, des infrastructures de marché et de l’assurance pourraient migrer ailleurs. Cela commence à ressembler à une sous-estimation – en particulier si l’hypothèse la pire avancée par le Handlesblatt concernant Goldman Sachs venait à se confirmer…


commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici