☰ Menu eFinancialCareers

TÉMOIGNAGE d’un ex-trader : « Les 8 choses que j’aurais voulu savoir avant de perdre mon job… »

Lost banking job

J’ai toujours travaillé dans le secteur bancaire. Avant de perdre mon emploi dans une grande banque européenne il y a deux ans, j’ai passé 20 ans dans le trading cash actions. J’ai travaillé partout dans l’univers du cash : trading algorithmique, interaction client, agent d’exécution, risk manager. Vingt-quatre mois après avoir été licencié, je suis toujours à la recherche d’un nouvel emploi.

Je sais ce que vous pensez : que je dois être bon à la casse, que je suis de la vieille école et que je ne me suis pas formé à tous les nouveaux systèmes. C’est faux, je l’ai fait. Sauf que la banque est une industrie où le couperet peut tomber à tout moment. N’imaginez jamais que vous soyez immunisé. C’est ce que j’aurai voulu savoir avant que le couperet en question ne tombe sur moi.

1. Pas de longue pause avant de commencer à chercher un nouveau job

Étant donné que j’avais au compteur 20 ans d’expérience chez un leader du marché en Europe, je pensais que trouver un nouvel emploi serait facile. J’ai pris un an avant même de commencer à chercher un emploi. Grossière erreur.

2. N’imaginez pas qu’il y a d’autres jobs de vacants

Après cette année de pause j’ai commencé à rechercher activement du travail. J’y ai mis beaucoup d’énergie, mais après environ six mois, il est devenu évident qu’il n’y avait tout simplement pas d’emplois (ou quasiment aucun). C’est toujours vrai aujourd’hui. Il y a tellement peu d’ouvertures que vous finissez par appeler frénétiquement des chasseurs de têtes pour les mêmes emplois Au bout d’un moment, ils cessent de répondre à vos appels et sont toujours occupés lorsque vous essayez de les joindre.

3. Une offre d’emploi intéressante ne veut pas dire que quelqu’un sera embauché

Le problème est que personne n’est prêt à prendre une décision d’embauche. Vous avez beau voir une offre d’emploi, il n’y a aucun suivi lorsque vous postulez, et aucun engagement ferme en vue de pourvoir réellement le poste.

4. Une promesse d’offre d’emploi ne signifie pas que vous serez embauché

Cette année, j’ai failli décrocher un emploi à trois reprises. À chaque fois, c’est tombé à l’eau : les budgets ont été revus à la baisse ou il y a eu des problèmes au niveau du processus de recrutement.

5. Difficile de postuler à la place pour un job dans les risques ou la conformité

Tout le monde sait qu’il y a des tas de recrutements dans les risques et la conformité, non ? Eh bien, non, pas vraiment. Les embauches dans les risques et la conformité ralentissent, et quand recrutements il y a, ils sont tout aussi sélectifs que pour un desk de trading. Les recruteurs dans les risques veulent quelqu’un d’expérimenté… dans les risques, pas un ex-trader. Cela dit, j’ai étudié la conformité et la surveillance et j’ai passé les examens de conformité du Chartered Institute for Securities & Investment (CISI) afin de prouver mon sérieux.

6. Vous devez garder votre esprit occupé

Ne vous attardez pas sur votre situation difficile. Sortez, étudiez, rencontrez des gens autour d’un café. Restez occupé.

7. Profitez au maximum

Être sur le marché de l’emploi est difficile, mais je n’y changerais rien. Je suis devenu un père à temps plein et ces deux années ont été une chance incroyable de passer du temps avec ma famille.

8. Assurez-vous désormais d’avoir une assurance chômage

Faites-le. Je ne savais rien sur l’assurance chômage, mais en avoir une aurait fait toute la différence.

Damian Brown est le pseudonyme d’un trader actions basé à Londres


Photo credit: left behind by Gustavo Devito is licensed under CC BY 2.0.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici