☰ Menu eFinancialCareers

Trump vs Clinton : pour qui vont voter les financiers de Wall Street ?

election, Trump, Clinton, Donald Trump, Hillary Clinton, election 2016, presidential election, Wall Street, banking, banks, bankers, investment banking, investment banks, investment bankers, finance, financial services, professional services, audit, auditing, auditors, accounting, accountants, CPA, CPAs, Big 4, Big Four, management consulting, management consultants, consulting, consultants, hedge funds, hedge fund managers, asset managers, fund managers, mutual funds, ETFs, mutual fund managers, asset management, wealth management, wealth managers, wealth management firms, RIAs, registered investment advisers, advisers, advisors, financial advisers, financial advisors, FAs, IB, IBD, fintech, financial technology, risk, risk management, compliance, analyst, analysts, investment banking analysts, research analysts, investment analysts, investment management, investment managers, private equity, PE, recruiters, recruitment, hiring, hiring managers, firing, layoffs, laid off, job search, job-search, Wall Street hiring

Le site de benchmarking de salaires dans le secteur financier Emolument.com a demandé aux financiers américains pour qui ils envisageaient de voter lors des prochaines élections présidentielles. Sur la base de 117 répondants, il s’avère que les professionnels de la finance soutiennent davantage Donald Trump (46%) que l’ensemble du corps électoral américain sondé au niveau national et qui ne soutient le candidat républicain qu’à hauteur de 38% contre 50% pour Hillary Clinton.

La communauté financière met donc sur un pied d’égalité les deux candidats (46% d’intentions de vote chacun). Trump pourrait même arriver devant si les électeurs indécis décidaient au dernier moment de lui apporter leurs suffrages. « Dès lors qu’il s’agira de glisser leur bulletin de vote dans l’urne, les financiers bardés de diplômes et disposant de revenus élevés risqueront d’être davantage influencés par l’inquiétude suscitée par les hausses d’impôts des riches en cas de victoire d’Hillary Clinton, plutôt que par les débordements populistes de la campagne de Trump », explique Alice Leguay, cofondatrice et COO d’Emolument.com.

Les moindres taux d’imposition des particuliers et des entreprises vantés par le candidat républicain pourraient donc faire la différence dans la communauté financière américaine qui pourtant est davantage susceptible de vivre dans des Etats comme New York et Chicago qui, historiquement, ont une forte tradition démocrate.

Un fossé générationnel 

Dans l’échantillon de financiers d’Emolument, on constate que la plupart des partisans de Donald Trump sont des profils seniors tandis que ceux d’Hillary Clinton ont plutôt un profil junior. D’ailleurs, les électeurs deTrump gagnent plus que ceux de Clinton (10.000 dollars annuels de plus en moyenne).

Conséquence : les professionnels expérimentés soutiennent deux fois plus Donald Trump que les plus jeunes (36% contre 18%). Cela reflète une tendance plus générale, à savoir que les partisans républicains sont traditionnellement plus âgés que les partisans démocrates.

Dis-moi quelle école tu as fait, je te dirai pour qui tu votes…

Les diplômés des écoles de commerce sont près de trois fois plus nombreux que ceux des écoles d’ingénieurs à déclarer vouloir voter pour Trump (35% contre 13%). Des résultats qui, selon Emolument, peuvent s’expliquer par le «cliché» traditionnel selon lequel les professionnels de l’entreprise pourraient s’inspirer de la réussite apparente de Trump et y voir un modèle convaincant, tandis que les ingénieurs seraient davantage susceptibles de se concentrer sur des questions plus ‘pragmatiques’ et d’être à l’abri des petites phrases politiques et autres stratégies électorales.

Quand la gente féminine boude Trump

Enfin, pour finir, et ce n’est pas vraiment là une surprise au regard des déclarations passées du candidat républicain vis-à-vis de la gente féminine, les électrices ne sont pas à proprement parler ‘fans’ de Donald Trump, puisque seulement 4% de celles figurant dans l’échantillon d’Emolument (et par ailleurs diplômées de l’enseignement supérieur) se disent prêtes à voter pour lui.


Crédits photo : DanBrandenburg / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici