☰ Menu eFinancialCareers

Le graphique qui montre que vous devriez opter pour une banque française pour devenir trader…

FRANCE-BASTILLE-DAY-PARADE

Vous êtes un trader fixed income ? Foncez vers Morgan Stanley, Goldman Sachs ou J.P. Morgan. Juste après, postulez chez SocGen ou BNP Paribas.

A présent que les résultats de la plupart des grandes banques pour le troisième trimestre sont connus, il ressort que les banques françaises ont plutôt bien performé dans le trading fixed income. Parmi les banques européennes, elles sont mêmes en tête de liste. Chez SocGen, par exemple, les revenus du trading fixed income ont augmenté de 42% au troisième trimestre par rapport à l’exercice précédent. A titre de comparaison, ils atteidraient à peine 2% chez Credit Suisse selon Bernstein Research.

Les analystes de J.P. Morgan ont anticipé cela. Cela fait des mois qu’ils prédisent une augmentation des revenus de trading fixed income dans les banques françaises. Il est vrai que BNP et SocGen sont fortement orientées vers le macro trading (taux et changes) et que partout les macro-traders ont connu un bon troisième trimestre. Le macro-trading représentent respectivement 60% et 75% des divisions fixed income de BNP et SocGen, selon Morgan Stanley (alors qu’il est insignifiant chez Credit Suisse).

Mieux encore, les banques françaises génèrent des rendements plus qu’acceptables. Chez SocGen, le rendement net des capitaux propres (RoE) de sa BFI (Banque de grande clientèle et solutions investisseurs) est de 10,4% cette année. Sur les marchés mondiaux, celui de Credit Suisse n’est que de 2,4%.

Certes, il y a des nuages à l’horizon. Comme Deutsche Bank l’a souligné plus tôt cette semaine, les banques françaises ont encore besoin de se désengager de leurs opérations aux États-Unis, ce qui sous-tend que les traders aux US pourraient bientôt morfler. SocGen a également eu davantage recours à l’offshoring, en augmentation de 18% depuis le début de l’année.

Cependant, les banques françaises ont aussi des points forts. Comme l’a fait remarquer ce jeudi le patron de la SocGen lors d’une interview avec Bloomberg, sa banque est bien placée pour faire face aux incertitudes liées au Brexit en Europe. SocGen peut se permettre d’attendre bien après que le Royaume-Uni ne déclenche l’article 50 pour voir ce que donne le Brexit, a déclaré Frédéric Oudea. La banque dispose déjà de licences complètes, de locaux, de personnel et de systèmes des deux côtés de la Manche, si bien qu’il n’y a pas d’urgence.


Crédits photo : STEPHANE DE SAKUTIN / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici