☰ Menu eFinancialCareers

Métiers du chiffre : tendances, recrutements et salaires en France

482187283

Le cabinet de recrutement Hays a récemment publié son étude RH & rémunérations 2016-2017 pour les métiers de l’audit et de l’expertise comptable, sur la base d’une enquête effectuée au printemps 2016 auprès d’une population de17. 500 collaborateurs/ salariés et 16.500 experts-comptables/ employeurs ayant déclaré travailler en cabinet d’Expertise Comptable et/ou d’Audit.

« En 2016, nous observons toujours des pénuries de talents dans ces métiers. Dans un monde où tout va plus vite, ils poursuivent leur transformation digitale avec le numérique, le cloud, les évolutions réglementaires et les nouvelles générations de collaborateurs », indique Ludovic Bessière, National Business Director chez Hays France & Luxembourg.

Conséquence : « dans ces métiers, un candidat en recherche d’emploi se voit en moyenne proposer 3 offres fermes », nous indique Béatrice Boiteau, spécialiste du recrutement en Audit & Expertise Comptable chez Hays et co-responsable de l’étude, dont voici les principaux enseignements à retenir si vous voulez faire carrière dans les métiers du chiffre :

Léger ralentissement des embauches

Après quatre ans de stabilité, le secteur connaît un ralentissement des recrutements et enregistre cette année son taux le plus bas depuis 2012 : seuls 71% des cabinets ont recruté en 2015-2016 contre 77% en 2014-2015. Des recrutements qui concernent majoritairement les domaines de l’Expertise Comptable (88%), du Social (54%) et l’Audit (33%).

A l’instar des années précédentes, les deux principaux motifs de recrutement restent un remplacement suite à une démission (76%) ou une création de poste (64%).

Hays1

Evidemment, cette baisse demeure relative et le volume des recrutements reste important notamment par rapport à d’autres secteurs de la finance. La profession recrute principalement en CDI (91%) et les employeurs privilégient, cette année encore, des profils débutants et confirmés qui sont rapidement opérationnels.

Cependant, les connaissances d’un secteur d’activité, d’une typologie de clients ou d’une technicité particulière (fiscalité, juridique, consolidation, normes, etc.) contraignent les cabinets à durcir le niveau d’exigence de leurs recrutements, ce qui a pour incidence de rendre les recrutements un peu plus longs.

Hays2

Un faible turn-over

Côté candidats, la tendance à la baisse des départs se confirme (26% de départs cette année contre 29% l’année dernière). Les collaborateurs partent majoritairement au bout d’une période d’un à deux ans, principalement pour une meilleure rémunération (72%) mais pas seulement.

« Les autres motivations qui poussent les collaborateurs à rester à l’écoute du marché du travail sont l’évolution du poste, la recherche de responsabilités et d’une mixité des missions (35%), un meilleur équilibre entre vie privée et vie professionnelle (31%) ou encore la recherche d’horaires plus souples (27%) », rappelle Béatrice Boiteau.

Des métiers qui évoluent et de nouveaux besoins

En ne faisant plus de la mission comptable un préalable au développement des missions de conseil, la loi Macron du 6 août 2015 ouvre à la profession un champ immense de développement de missions à plus forte valeur ajoutée, offre des perspectives d’innovation, de différenciation, voire de spécialisations internes pour les cabinets qui le souhaitent.

« Si j’avais 30 ans de moins aujourd’hui,  que j’étais Informaticien, Spécialiste en RSE ou en Marketing, Juriste, Fiscaliste, Financier… c’est en cabinet d’Expertise Comptable que j’irais travailler », explique ainsi Philippe Arraou, président du Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables (CNCC), cité dans l’étude.

« Les besoins sont effet variés, notamment dans les grosses structures type Big Four où sont recherchés des profils très variés », explique Béatrice Boiteau. Et de citer pêle-mêle des spécialistes IT (cyber-sécurité, architecte SI,…) mais aussi des profils commerciaux, business developpeurs, ainsi que des fonctions supports, communication, marketing, RH. A cela vient s’ajouter des spécialistes RSE, des conseillers en gestion, fiscalistes et consultants expérimentés.

Stagnation des rémunérations, hausse duvariable

Coté salaires, l’étude confirme la tendance de stabilité des rémunérations dans la plupart des métiers de l’Audit et de l’Expertise Comptable observée depuis deux ans. Seuls les profils d’experts ont connu des évolutions significatives, le reste des augmentations suivant un rythme limité et régulier d’année en année.

Cependant, l’étude met en lumière une forte augmentation des rémunérations variables (65% des Experts-comptables déclarent proposer à leurs salariés une part variable dans leurs packages contre 38% l’année précédente) avec principalement des primes relatives au développement du portefeuille clients et au bilan.

« Si le salaire reste toujours le meilleur outil de fidélisation des collaborateurs (60%), il ne représente une source de moitivation qu’à court-terme, ces derniers ayant besoin de voir leurs missions évoluer et de disposer d’un portefeuille clients stimulant », conclut Béatrice Boiteau.

Hays3

Source : Hays


Crédits photo : Monty Rakusen / gettyimages

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici