☰ Menu eFinancialCareers

Les meilleures maisons de gestion chez qui postuler/travailler

Inutile de s’envoler pour New York  pour travailler dans une maison prestigieuse

Inutile de s’envoler pour New York pour travailler dans une maison prestigieuse

Le cabinet de gestion de patrimoine Althos Patrimoine a réalisé une analyse comparative des rendements sur 10 ans des gestionnaires actifs par rapport à leurs indices de référence. Cette étude montre que face à l’essor des stratégies de gestion passives, la gestion active est loin d’être enterrée et que les meilleurs acteurs ont encore de beaux jours devant eux.

L’étude établit une liste des 35 sociétés de gestion qui apparaissent dans le premier décile d’une ou de plusieurs catégories (nombre de fonds classés, nombre d’univers représentés, superformance moyenne versus indice). Parmi ces champions, Althos Patrimoine distingue 12 « maisons » qui classent plus d’un fonds dans plusieurs univers :

Comgest

« Bonne nouvelle pour ceux qui désirent faire carrière dans la gestion d’actifs, il n’est pas nécessaire de s’envoler pour New York ou Singapour pour travailler dans une maison prestigieuse », précise Maxime Defasy, responsable investissements, ingénieur financier et auteur de l’étude.

En effet, trois asset managers français se distinguent tout particulièrement, à savoir : Moneta AM avec 2 fonds et une surperformance moyenne de 148 %, Comgest avec 5 fonds et une surperformance moyenne de 30 %, Oddo Meriten AM avec 2 fonds et une surperformance moyenne de 54 %. « Sans partir vraiment plus loin, vous trouverez d’excellents acteurs établissements du côté du Royaume-Uni, de la Suisse ou du Luxembourg », poursuit Maxime Defasy.

De grandes disparités entre gérants

Sur près de 600 fonds éligibles, 28 % des gérants actifs parviennent à battre leur indice de référence. Toutefois, Althos Patrimoine révèle de grandes disparités entre les catégories étudiées et les gérants. En effet, dans le cas des fonds actions grandes capitalisations françaises le taux de succès ressort à 64 %, alors que pour la catégorie petites capitalisations internationales, le taux est de 0 %.

Concernant les grandes capitalisations françaises, le 1er décile (les 10 % des meilleurs fonds) réalise une performance moyenne de 75 %, quand le dernier décile (les 10 % les plus mauvais) affiche une performance moyenne de – 9 %, pour indice à 13 %.

Althos Patrimoine, arrive ainsi à la conclusion qu’un investisseur qui aurait misé en 2006 sur les 10 % des meilleurs gérants aurait obtenu 10 ans plus tard une performance de 88 %, contre une performance de 60 % pour un placement 100 % ETF. En combinant le meilleur de ces deux mondes, le gain s’élève même à 94 %.

Méthodologie : cette étude est la première à s’intéresser exclusivement aux fonds d’investissement (Sicav et FCP) disponibles en France. L’analyse porte sur 12 catégories actions et 6 zones géographiques à partir de données Morningstar et Quantalys. Une séparation est effectuée entre les grandes capitalisations (large caps) et les petites et moyennes capitalisations (Smid caps).


Crédits Photo : Tom Sibley

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici