☰ Menu eFinancialCareers

Bon à savoir : SocGen anticipe une hausse de l’activité Prime Brokerage

Stock market graph

La réglementation accrue a augmenté les barrières à l’entrée dans le prime brokerage, ce qui oblige certains acteurs du secteur à réduire leur base clientèle. Ce qui n’empêche pas une banque comme la Société Générale de rester optimiste quant au maintien des plus grandes banques d’investissement sur cette activité consistant en un ensemble de services mis à disposition des investisseurs professionnels de type hedge fund. Selon la publication Global Custodian, deux prime brokers de premier plan auraient d’ailleurs récemment remporté un nombre significatif de mandats auprès de hedge funds.

« Si vous considérez l’industrie des hedge funds dans son ensemble, elle est aujourd’hui assise sur un matelas de 3,300 milliards d’actifs sous gestion avec l’espoir d’atteindre 5.000 milliards d’ici l’an 2020 », explique Chris Topple, co-responsable mondial des activités prime services et ventes primes services de la zone EMEA à la Société Générale. « Donc, il y aura encore la croissance dans ce secteur et le prime brokerage continuera d’être un générateur de revenus croissant comme il l’a été depuis 2010 avec une croissance de l’ordre de 8%, soit la plus forte de tous les autres secteurs de la banque d’investissement ».

Fort de ce constat, la Société Générale se positionne en conséquence. Constatant que la plupart de ses concurrents bancaires ont tendance à réduire la voilure, la banque de la Défense a fait le choix inverse en annonçant l’an dernier l’investissement de 100 millions d’euros pour sa nouvelle ligne métier dans le sillage de l’acquisition de Newedge, et entend bien continuer de réaliser des investissements sélectifs le Prime Brokerage quand dans le même temps elle se désengage de certaines activités de Taux et de Fixed Income.

Des défis à relever…

Si le marché est bien là, les défis n’en demeurent pas moins considérables. « Lorsque vous vous penchez sur l’avenir du prime brokerage, ce qui ressort est une augmentation du niveau de sophistication », indique Bill Stenning, managing director en charge du clearing de la régulation et des affaires stratégiques à la SocGen. Si on ajoute à cela la réglementation croissante, cela a pour effet d’augmenter les barrières à l’entrée dans le prime brokerage.

Le jeu en vaut néanmoins la chandelle puisque d’après une enquête EY réalisée l’an dernier, 41% des hedge funds spécialisés dans la distressed debt et 32% des managers credit et fixed income reconnaissent que leurs commissions de prime brokerage a augmenté. « Ce serait donc une erreur pour les professionnels de se retirer de cette activité, car les besoins sont toujours là… », conclut Chris Topple. « Avec tous les changements en cours, cela requiert d’être plus ciblé et plus proche des clients, mais il y a encore de bonnes marges à réaliser et il serait dommage de s’en priver ».

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici