☰ Menu eFinancialCareers

Entre vous et votre nouveau job bancaire, toute une armée de bureaucrates…

HR in banks

En tant que chasseur de têtes ayant consacré sa carrière à dénicher les meilleurs talents pour les plus grandes banques des deux côtés de l’Atlantique, j’en connais un rayon sur la cyclicité des services bancaires d’investissement. Les périodes fastes  ne durent pas et les mauvaises périodes reviennent sans cesse. Ainsi, le deuxième trimestre 2016 n’a pas été terrible, du fait de l’hésitation à honorer les prévisions d’embauches annoncées au début de l’année. Comme à l’accoutumée, la plupart des employés en banque sont priés de faire plus avec moins. À une exception près : les RH. Les départements ressources humaines des banques sont davantage en sureffectifs que ne l’était une ligne de production à l’époque soviétique.

Alors que tout le monde dans les banques se serre la ceinture, les départements RH figurent parmi les bénéficiaires de la hausse des budgets de contrôle. Avec la régulation qui tire vers le bas les embauches et les modes de rémunération,  le recrutement en finance croule sous la réglementation. Tout doit être consigné : le montant de salaire versé à une nouvelle recrue, la structuration de ce salaire, l’évaluation et la validation de cette recrue. Les administratifs ne chôment pas…

L’effet le plus notable de tout cela a été une augmentation massive du nombre de soi-disant «Talent Acquisition Specialists » impliqués dans le processus de recrutement en finance. Alors que tout le monde cherche à faire des économies, ceux-là font beaucoup moins avec beaucoup plus.

Jadis, les gens qui travaillent dans les RH dans les banques avaient de multiples fonctions. Les généralistes RH devaient tout faire pour soutenir une ligne de métier, du recrutement aux relations avec les employés. Plus maintenant. Aujourd’hui, il y a des spécialistes en Talent Acquisition (TA) dédiés spécifiquement au moindre détail du processus de recrutement. J’ai vu certains d’entre eux dont le seul rôle était d’envoyer des offres d’emplois, d’autres dont l’unique fonction était de de gérer le transfert des bonus en actions non encore versés d’une banque à l’autre.

Tandis que le recrutement dans les banques avait tendance à être un processus relativement simple, la prépondérance des TA est venue ajouter une nouvelle couche de complexité. Ils constituent toute une armée, chacun représentant un obstacle que vous devez surmonter avant de décrocher le job. Si vous travaillez dans une fonction de front office en banque d’investissement, vous pouvez très bien ne pas être au courant de leur existence – jusqu’à ce que vous vous apprêtiez à recruter quelqu’un et découvriez que votre référent RH précédent a disparu et a été remplacé par l’un de ces nouveaux énergumènes.

La fonction Talent Acquisition est un centre de coûts avec la mentalité d’une fonction génératrice de revenus. Pour couronner le tout, elle est souvent occupée par des personnes qui ne sont pas commerciaux pour deux sous et ne devraient donc pas être en contact avec les cabinets de recrutement externes. Ce sont des gens qui se sont déplacés en interne parce qu’ils veulent conserver les avantages du salariat, et ce alors que les meilleurs d’entre eux pourraient aspirer à des salaires beaucoup plus élevés en travaillant à l’extérieur.

Spécialistes en Talent Acquisition : retenez ce nom, car croyez-moi, tôt ou tard, vous tomberez sur un grand nombre d’entre eux.

Jason LeBrun est le pseudonyme d’un recruteur qui travaille sur le marché londonien et ne mâche pas ses mots….

 

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici