☰ Menu eFinancialCareers

Activités de marché : Société Générale remanie son top management

Des départs qu'il faut remplacer par des nominations...

Des départs qu'il faut remplacer par des nominations...

A une semaine d’intervalle, la SocGen a dû faire face au départ de deux de ses figures emblématiques de ses activités de marché, à savoir Daniel Fields, directeur de la division (parti la semaine dernière) et David Escoffier, responsable des équipes de vente et CEO de NewEdge, sa filiale de courtage de produits dérivés, dont la banque a confirmé le départ hier dans un communiqué.

Dans un premier temps, on pourrait être tenté de relier ces départs à la traditionnelle valse des banquiers qui fait suite au versement des bonus des grandes banques d’investissement mais il n’en est rien. On pourrait également penser que ces départs interviennent dans le cadre des annonces récentes de suppressions de postes chez SG CIB ou de la réduction de la voilure des activités Taux et Fixed Income, mais là encore il n’y a aucun lien.

« Je m’en vais pour des raisons personnelles. J’ai des projets qui me tiennent à coeur et, après 22 années passées dans la banque, il est temps que le management des activités de marché change de mains », a indiqué Daniel Fields dans une interview téléphonique donnée à Bloomberg. Quant à David Escoffier, un porte-parole de la banque a précisé qu’il avait lui aussi décidé de quitter le groupe “pour des raisons personnelles”. Les profils Linkedin des deux banquiers ne laissent pas entrevoir ce qu’ils vont faire à l’avenir, du moins pour l’instant.

Des nominations en cascade

Qui dit départs de top managers dit forcément remplacements. Pas question cependant pour la banque de la Défense de procéder à des recrutements externes. Pour remplacer les postes devenus vacants, celle-ci a préféré nommer des pointures en interne. « Il ne s’agit pas d’une grosse révolution : ces départs sont pour nous naturels et nous avons fait en sorte qu’il y ait une vraie continuité », nous confie à ce sujet une porte-parole de SG CIB.

Concrètement, voici comment le nouvel organigramme va fonctionner : Frank Drouet devient responsable des activités de marchés au niveau mondial, en remplacement de Daniel Fields qui occupait ce poste depuis 2012, et sera basé à Paris. Yann Garnier reprend quant à lui la responsabilité des activités de marchés pour la zone Asie Pacifique, précédent poste de Frank Drouet, et sera basé à Hoong Kong.

Concernant le remplacement de David Escoffier, c’est Marc El Asmar, jusqu’à présent Deputy Head Actions et Dérivés, qui devient responsable des équipes de vente qu’il managera depuis Londres. A noter que personne n’a pour l’instant été nommé chef adjoint des marchés mondiaux.

De purs ‘profils’ maison

Certes, les heureux élus à la promotion interne n’ont pas le même backgound universitaire : Marc El Asmar est un ingénieur diplômé de l’École Supérieure d’Aéronautique et d’Aérospatiale, tandis que Yann Garnier est diplômé de l’Edhec et d’un Master en droit des affaires à l’Université Parix X, et Frank Drouet a fait l’Ecole Centrale Lille et est titulaire d’un Master HEC. Par contre, tous trois peuvent se targuer d’avoir passé l’essentiel de leur carrière dans la banque au logo rouge et noir. Yann Garnier affiche 18 ans de maison, tout comme Marc El Asmar, en poste dans la banque française depuis 1999. Frank Drouet a quant à lui rejoint la SocGen en 1990. De quoi doucher les adeptes du job-hopping qui consiste à changer régulièrement de banque pour espérer grimper les échelons hiérarchiques.

Autre constat intéressant : tous trois ont débuté leur carrière à des fonctions différentes avant d’exercer des responsabilités managériales. Yann Garnier a commencé comme vendeur en produits structurés, Marc El Asmar débuté en tant que vendeur dérivés actions et Frank Drouet comme trader warrants. Enfin, tous les trois ont fait preuve d’une grande mobilité géographique en exerçant tour à tour des responsabilités pour la zone EMEA depuis Paris ou Londres et/ou pour la zone Asie-Pacifique depuis Hong Kong. Les voyages forment la jeunesse, mais aussi les managers…

Enfin, si vous aussi souhaitez prendre du galon en profitant du départ de certains de vos supérieurs hiérarchiques, alors il vous faudra observer de près les mouvements de va-et-vient au sein de l’état-major de la banque pour laquelle vous travaillez. Car les départs sont aujourd’hui l’occasion pour des banquiers seniors d’évoluer dans l’organigramme, à l’heure où les progressions de carrières en banque d’investissement marquent le pas. « Les banquiers seniors sont coincés, et attendent que d’autres partent pour pouvoir progresser », confirme ainsi dans nos colonnes Nell Montgomery, ancienne banquière de Goldman Sachs devenue coach de banquiers d’investissement seniors.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici