☰ Menu eFinancialCareers

HISTOIRE QUI FINIT BIEN : un senior se recycle dans le back-office

Emploi actuel

Je travaille dans le back-office d’une société d’investissement. Ma fonction exacte est Gestionnaire back-office et je m’occupe de mettre en place les opérations initiées par les vendeurs (le front-office) afin que les règlements/livraisons de titres se déroulent bien. J’exerce mon activité sur le marché actions sur les valeurs françaises, belges, hollandaises et allemandes.

Emploi précédent

Quasiment 20 ans (1987-2007) dans le monde de la finance, exclusivement dans des sociétés de Bourse, ex-agents de change.

Combien de temps sans emploi ?

J’ai passé 8 mois au chômage avant de retrouver un poste.

Raison de la perte d’emploi

J’ai perdu mon emploi parce que la maison mère a fermé sa filiale déficitaire, pour se recentrer sur son métier de base.

Comment le nouvel emploi a-t-il été trouvé ?

J’ai été obligé de me réorienter vers des postes non commerciaux afin de valoriser ma longue expérience des marchés. Ces marchés financiers qui, depuis 20 ans, ont évolué à toute vitesse et où l’informatique règne en maître. J’ai finalement retrouvé un poste en mars 2008 grâce à mon réseau, avec un salaire inférieur de 30 %, une épée de Damoclès au-dessus de la tête et le sentiment de repartir de zéro pour les 20 ans qu’il me reste à faire avant la retraite, si j’en touche une un jour !


Moment le plus difficile

Les recruteurs recherchent souvent le mouton à 5 pattes qui se rapprocherait un peu de ce profil : bac + 5, environ 25 ans, corvéable à souhait, si possible avec de l’expérience et acceptant le smic et parlant couramment bien sûr au moins 2 langues étrangères. Autant dire que ce n’était pas gagné pour moi à 44 ans avec seulement un bac et une carrière en autodidacte, et avec un salaire fixe confortable conquis après 20 ans de travail. Ne parlons pas des langues étrangères qui ont été le principal frein à mon retour dans le monde si décrié de la finance.

Leçons tirées de cette expérience

Les nombreux cabinets de recrutement qui m’ont contacté ont fait tous à peu près preuve de la même incompétence concernant un éventuel poste à pouvoir. Pourquoi ce jugement ?, me direz-vous. Essentiellement parce que la finance est un petit monde d’environ 10 000 personnes avec ses codes, et c’est très clair que ces cabinets ne savent pas de quoi ils parlent.
On s’aperçoit très vite qu’il ne faut pas quitter le marché du travail, car cela s’avère assez compliqué de rebondir. J’avais alors 44 ans, quasiment un dinosaure dans notre société où le jeunisme est devenu roi.

commentaires (9)

Comments
  1. Le jeunisme et les diplomes (enfin … le logo qu’il ya dessus) sont devenus rois. D’ou l’importance de réfléchir trés tôt à des portes de sorties. Pourquoi pas la création d’entreprise ?

  2. arrêtez de parler de jeunisme, j’ai 26 ans, je recherche un poste dans la finance, je parle 3 langues couramment et je suis au chômage donc arrêtez les clichés. On me dit que je n’ai pas d’expérience, alors ne vous plaignez pas alors que vous avez de l’expérience.

  3. Hmmm… 20 ans d’xp, on comprend “commercial” donc courtage, comment as-tu réussi a ne pas avoir une base de clients?

  4. trop de diplômés pas assez de postes!
    D’autant plus que le milieu est ultra spécialisé donc on est généralement employable que pour faire la même chose. C’est pour ça qu’il y a d’ailleurs bcp d’aigris!

  5. droit de réponse pour Rohan.
    Je me suis souvent posé cette question : je travaillais au sein d’une petite équipe où le boss ne déléguait pas grand chose , encore moins son portefeuille de clients et effectivement même si j’étais conscient du danger de la situation , j’étais plus jeune et je vivais l’instant présent .

  6. Bonjour

    Senior je suis d’accord avec sur les cabinets de recrutement mais cela tient essentiellement à la France.
    Pourquoi ne pas avoir pensé à une formation de langue et une délocalisation vers des places francophones tel que Genève ou le Lux.?
    La bas les politiques RH sont différente , l’expérience prime.

  7. Reponse a “Senior”:

    Il ne faut pas s’etonner, non plus, si tu as supporte avec aussi peu d’ambition une situation d’un tel boss pendant 20 ans de te retrouver sur le carreau.

    C’est tres bien que tu ne sois pas reste longtemps sur le carreau et reconverti, mais si tu avais ete carrieriste tu ne serais pas reste 20 ans sous les ordres d’un boss qui bloquait ton evolution.

    Enfin bonne chance pour la suite, je suis le premier a dire qu’il y a des carrieres à faire en support.

  8. je suis 100% d’accord , j’ai le méme parcours 45 ans le niveau bac, 20 ans en societes de bourse et en salle de marchés,j’etais trader/trésorier.
    je suis a la recherche d’un nouveau job,depuis avril 2009,pour l’instant pas un retour pas un contact à la suite de multiples candidatures….
    dur dur pour le moral…..
    je commence sérieusement à m’inquieter sans parler des problémes collateraux sur la santé.
    bon courage les quadras

  9. Pour Vellach

    Je ne saurais trop te conseiller d’activer ton réseau , et si tu n’as pas un portefeuille de clients ( ou de copains ) le Front c’est mort pout toi , essaie de valoriser ta longue expérience pour rebondir dans le Back ou bien chage carrèment de secteur.
    Bon courage.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici