☰ Menu eFinancialCareers

Les banques suisses veulent recruter, mais seulement sur le court-terme

dv537011

Le cabinet d’audit et de conseil EY vient de publier Le baromètre des banques EY 2016 réalisé en novembre dernier auprès de 120 dirigeants de différentes banques dans toute la Suisse (hormis UBS et Credit Suisse). Parmi les établissements interrogés, 39 % sont des banques privées, 29 % des banques régionales, 20 % des banques étrangères et 12 % des banques cantonales. 76 % des établissements sont basés en Suisse alémanique, 20 % en Suisse romande et 4 % au Tessin.

Principal constat : après s’être concentrées pendant des années sur la résolution des problèmes hérités du passé et la mise en œuvre de nouvelles réglementations, les banques suisses se focalisent à nouveau sur leur réorientation stratégique et le développement de leur activité de base. Cela se reflète dans les besoins accrus de personnel : 33 % des banques (contre 24 % en 2015) souhaitent ainsi créer de nouveaux postes au cours des douze mois à venir, ce qui constitue le taux le plus élevé des cinq dernières années. Un tiers des banques souhaite augmenter ses effectifs au cours des douze prochains mois d’au moins 5 %.

Cependant, la tendance à l’augmentation des effectifs ne se maintiendra pas longtemps.« Au contraire, le sourcing et les programmes structurels en vue de l’amélioration de l’efficacité conduiront à moyen terme à la délocalisation d’emplois ou à des suppressions de postes du fait de l’automatisation croissante des tâches », explique Olaf Toepfer, Partner et responsable Banking & Capital Markets chez EY Suisse.

Capture01

Les banques régionales et cantonales poursuivent une politique relativement stable en matière de personnel. A l’inverse, l’évolution dans le secteur de la Banque privée, en particulier chez les banques étrangères, a été très irrégulière au cours des dernières années (hausse de 8 % contre 29%l’année précédente).

Capture02

La majorité des banques table encore sur une réduction des systèmes de rémunération et d’incitation dans le secteur bancaire. Que la plupart des banques se consacre encore intensément au changement dans les modèles de bonus est surprenant. De nombreuses banques ont effectivement remanié significativement leurs systèmes de rémunération et d’incitation au cours des dernières années. Les banques interrogées estiment toutefois que le processus d’adaptation n’est pas encore terminé.

Capture03

Pour finir, 86 % des sondés (contre 79 % en 2015) s’attendent à une nette diminution du nombre d’établissements bancaires en Suisse d’ici 2020. « Depuis 2010, plus de 60 établissements ont disparu du paysage bancaire helvétique et plus de 200 filiales ont été fermées. Il faut s’attendre à ce que des dizaines d’autres banques ne survivent pas aux changements structurels faute de moyens pour poursuivre leur développement », conclut Olaf Toepfer.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici