☰ Menu eFinancialCareers

La finance solidaire pas toujours à la hauteur des espoirs qu’elle suscite

Sans conteste, la finance solidaire attire un nombre croissant de jeunes diplômés de tous horizons, sensibilisés à sa dimension éthique et morale. À HEC, entre 5 et 10 % des promotions se destinent au management alternatif, après la création d’une chaire dédiée , confirme Mathieu Taugourdeau, directeur du pôle développement durable du groupe SOS, constitué d’associations et d’entreprises ceuvrant au développement de l’économie sociale et solidaire (Le Monde.fr). À défaut de devenir managers, bon nombre d’étudiants se dirigent ensuite vers les départements responsabilité sociale (RSE) et développement durable (qui ne sont parfois qu’une branche de la communication), voire vers les ressources humaines.

Les encours de la finance solidaire ont progressé de 47,2 % en 2009 pour atteindre 2,4 milliards d’euros, révèle le Baromètre 2010 de la finance solidaire qui vient d’être publié par l’association professionnelle Finansol qui fédère 57 financeurs solidaires, banques et mutuelles. Mais cela reste une goutte d’eau dans l’océan de l’industrie française de la gestion, qui comptabilise plus de 2.600 milliards d’euros. Les banques et les sociétés à forme mutuelle ont un rôle éminent à jouer. Certaines commencent à bouger. C’est encourageant. Il y a des milliers d’emplois à la clef , explique François de Witt, Président de Finansol (Les Échos).

Des lendemains qui déchantent

En attendant le recrutement massif des banques annoncé par les experts, un peu partout dans le monde, les critiques se multiplient contre les pratiques du secteur. En Inde, par exemple, certaines pratiques de recouvrement des créances sont mises en cause pour leur brutalité, allant parfois jusqu’à susciter des suicides de débiteurs. Les taux d’intérêt pratiqués, souvent supérieurs à 30 %, sont exorbitants , selon le ministre indien des Finances. D’ailleurs, l’État de l’Andhra Pradesh, où le microcrédit est le plus développé, vient d’adopter une série de règles très strictes pour encadrer la profession.

Un constat d’échec partagé par plus d’un stagiaire en finance. Dans le cadre de son Master en Corporate Finance à l’ESSCA, Romaric Janssen est parti en mars dernier effectuer son stage de fin d’école dans une institution de microfinance (IMF) au Cambodge. Son témoignage est édifiant : Je ne retrouve rien de la théorie relative à la microfinance sur le terrain. L’aspect social semble avoir totalement été mis de côté et cela me dérange […]. Il faut se méfier des dérives qui y sont liées avec certaines organisations qui ont tendance à ne voir que le côté business et rentabilité financière oubliant les risques de surendettement, de dépendance et de stress. La microfinance a donc de belles journées devant elle mais il ne faut pas confondre “microfinance” et “finance rurale”.

Les salaires ne suivent pas toujours…

Enfin, bon nombre de stagiaires se plaignent d’être sous-payés, notamment par rapport aux niveaux d’exigence requis. Ainsi, l’an dernier, l’association PlaNet Finance, spécialisée dans le développement international de la microfinance, recherchait 14 stages d’été sur son siège parisien pour des emplois très qualifiés de type chef de cabinet du vice-président ayant une formation supérieure (grande école, IEP, université) pour une durée de 6 mois, le tout pour une rémunération d’à peine 400 euros par mois, rapporte Le Monde.fr.

De quoi refroidir quelque peu les aspirations des jeunes diplômés attirés par la finance solidaire. Nous faisons souvent face à deux réticences, reconnaît Thierry Sibieude, co-fondateur de la chaire entrepreneuriat social de l’Essec (Observatoire Boivigny). Les étudiants se disent que les salaires sont moins bons dans les entreprises sociales, ce qui n’est pas toujours le cas, et ils croient aussi que s’ils s’y investissent, ils ne pourront plus changer de secteur par la suite . Des réticences hélas pas toujours infondées…

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici