☰ Menu eFinancialCareers

Pourquoi c’est peut-être le bon moment pour postuler chez BlackRock

BlackRock

L’arrivée de Jean-François Cirelli, l’ex-directeur général délégué de GDF Suez à la tête des activités en France, en Belgique et au Luxembourg de BlackRock devrait encore accroître la visibilité du premier gestionnaire d’actifs au monde dans ces trois pays. « Je suis résolu à renforcer et développer les succès actuels de l’entreprise dans la région avec l’ensemble des parties prenantes et des clients, en collaboration avec les équipes de Paris, Bruxelles, Luxembourg et Londres », explique Jean-François Cirelli.

En attendant la nomination effective le 4 janvier prochain à ce poste nouvellement créé et les décisions stratégiques que cet énarque au carnet d’adresses bien rempli ne manquera pas de prendre une fois en poste, voici les raisons pour lesquelles vous devriez postuler chez BlackRock :

La référence d’un poids-lourd sur votre CV

Si vous travaillez dans la finance, BlackRock est un peu à la gestion d’actifs ce que Goldman Sachs est à la banque d’investissement, toutes proportions gardées évidemment (GS employant près de trois fois plus de monde). BlackRock, dont le siège social est à New York, est l’un des leaders de la gestion d’actifs, de la gestion des risques et des services de conseil pour une clientèle mondiale d’investisseurs institutionnels et particuliers. Ses clients – dont 61% sont Américains – vont du simple particulier au fonds de pension en passant par les fonds souverains.

Au 30 septembre 2015, ses encours sous gestion s’élevaient à 4 506 milliards de dollars. Dans l’Hexagone, BlackRock France a enregistré 22 milliards d’euros d’actifs sous gestion, en hausse de 4 milliards d’euros, avec une collecte très significative dans la gestion alternative et les gestions absolute return et fixed income.

L’Europe, priorité de son développement

Ces dernières années, l’activité de BlackRock en Europe continentale s’est imposée comme un moteur de croissance majeur pour l’entreprise. « Elle représente aujourd’hui environ 60 % du chiffre d’affaires réalisé dans la région », souligne la société.

Dans le cadre de ses efforts visant à poursuivre l’exécution de sa stratégie de croissance en Europe continentale, BlackRock vient d’ailleurs de procéder à une série de nominations de hauts dirigeants et à divers changements organisationnels en vue de renforcer ses équipes et de développer ses capacités en Europe, avec pour objectif de passer à la vitesse supérieure en termes de croissance.

L’heure est au renforcement des équipes, avec des embauches à la clé

BlackRock emploie près de 12.900 personnes dans plus de 30 pays avec une présence sur les principaux marchés mondiaux, en Amérique du Nord et du Sud, en Europe, en Asie, en Australie, au Moyen-Orient et en Afrique. Pour la zone qui nous concerne (France, Belgique, Luxembourg), la mission de Jean-François Cirelli a d’ores et déjà été définie. « Il participera à l’élaboration et à l’exécution de nos stratégies commerciales à long-terme dans cette région nouvellement formée, en étroite collaboration avec nos clients, l’ensemble de nos partenaires et les instances de réglementation de ces pays», a indiqué David Blumer, Directeur de BlackRock EMEA.

A ses côtés, il pourra compter sur Stéphane Lapiquonne qui, arrivé au sein de BlackRock en 2010, a contribué à la mise en place de l’équipe Financial Markets Advisory dans la région EMEA où il dirigeait depuis Londres des équipes de consultants et de chefs de produit. Désormais, il sera en lui aussi des activités de BlackRock en France, en Belgique et au Luxembourg. Enfin, Benoit Sorel sera responsable de l’activité iShares dans cette région, tandis que Sylvain Favre-Gilly dirigera l’activité institutionnelle.

Mais BlackRock n’a pas seulement recours à la mobilité interne. Sur son site carrière, l’entreprise fait actuellement état de 314 emplois à pourvoir, dont 74 rien que pour la zone EMEA. BlackRock recrute aussi bien des analystes, des VPs et des Associés. Pour les pays francophones, le gestionnaire d’actifs recherche ainsi un associé real estate à Paris, un risk manager à Luxembourg ou bien encore un associé / VP ventes retail à Genève (ainsi que plusieurs analystes à Zurich).

Un large éventail de services et donc de métiers

BlackRock a conçu son offre autour des besoins réels de ses clients et propose une large palette d’expertises de haut niveau sur des stratégies actives comme passives au travers de différents marchés et classes d’actifs. Les stratégies sont proposées dans une variété de véhicules incluant mandats, comptes dédiés, OPCVM, ETF iShares, et autres.

BlackRock offre également des services de gestion de risque et de conseil à une base significative d’investisseurs institutionnels au travers de BlackRock Solutions. L’une de ses spécialités est l’évaluation des actifs décotés ou toxiques. Elle a ainsi conseillé la Fed et le Trésor américain dans plusieurs dossiers sensibles (Bear Stearns, AIG, Fannie Mae et Freddie Mac) mais aussi la Grèce, Chypre et l’Irlande dans le cadre de la crise de la dette dans la zone euro.

C’est d’ailleurs ce large éventail de services qui a fini par persuader Jean-François Cirelli de rejoindre l’entreprise. « BlackRock a démontré, au fil des années, sa capacité à apporter un large éventail de solutions aux investisseurs pour leur permettre de se construire un avenir financier optimal », explique-t-il.

Des salaires attractifs, entre autres avantages

En termes de rémunération, les gestionnaires d’actifs n’auront bientôt plus rien à envier aux banquiers d’investissement. Chez BlackRock, c’est d’ailleurs la philosophie ‘Pay for Performance’ qui prédomine. « Lorsque vous performez à un niveau élevé, cela doit se refléter dans votre salaire et les opportunités qui vous sont données de partager le succès et la croissance de l’entreprise», note sans détours son service RH.

Mais le salaire n’est pas tout. Black Rock propose également de nombreux avantages à destination de ses employés et de leurs familles, comme par exemple des plans d’épargne retraite, des assurances santé, des services de conciergerie,… ainsi que des sessions de formation au management ou bien encore des facilités pour passer des certifications professionnelles type CFA.

Une entreprise qui attire les professionnels de la finance

Enfin, et ce n’est pas le cas de tous les gestionnaires d’actifs, BlackRock est plébiscitée par les professionnels de la finance comme faisant partie des employeurs idéaux. Dans la dernière enquête mobilité réalisée par eFinancialCareers, elle arrive sur le podium du top 20 mondial des employeurs préférés des financiers (derrière Goldman Sachs et JP Morgan) et occupe la 8e place du top 10 des employeurs préférés des financiers français. La mauvaise nouvelle, c’est que la compétition entre candidats n’en sera que plus rude….

Et le constat vaut aussi pour les jeunes diplômés, attirés eux aussi par cette entreprise qui a mis l’innovation au cœur de ses priorités, comme le rappelait dans nos colonnes Jonathan Jones, directeur du recrutement mondial des jeunes diplômés chez BlackRock et qui, l’an dernier, a recruté quelque 320 diplômés, dont une petite centaine pour ses activités en Europe.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici