☰ Menu eFinancialCareers

Voici les salaires des analystes et managing directors dans la BFI à Paris…

ThinkstockPhotos-78027510

Vous aspirez à travailler en front office dans une banque de financement et d’investissement basée à Paris ? Il peut être intéressant de connaître les niveaux de rémunérations fixes et variables pratiquées. Pour ce faire, nous avons demandé au site Emolument.com spécialisé dans les statistiques sur les rémunérations dans le secteur financier de compulser pour eFinancialCareers.fr leurs données concernant la France.

D’après les chiffres provenant en grande partie des banques françaises (Société Générale, BNP Paribas, Credit Agricole, Natixis, HSBC, Rothschild) ainsi que de banques étrangères basées dans la capitale française, voici les résultats obtenus :

Emolument

Source : Emolument

Premier constat : on note une différence élevée entre les rémunérations globales des analystes (près de 20 k€). « Les différences de paie chez les Analysts sont principalement liées aux bonus : alors que l’écart entre les salaires fixes est au maximum de 18% entre les différentes spécialités, pour les bonus celui-ci monte jusqu’à 67% », explique Alice Leguay, co-fondatrice d’Emolument.

« Chez les MDs, l’écart est lié à la fois aux disparités dans les salaires et bonus, et à la part des bonus dans la rémunération totale : dans certaines spécialités, comme le trading, les bonus représentent 64% de la rémunération totale d’un banquier et près de deux fois son salaire fixe, contre ‘seulement’ 54% de la rémunération totale et 120% du salaire fixe en Institutional Sales », poursuit notre ancienne banquière d’investissement, qui constate par ailleurs que l’écart de rémunération entre les différents MDs est plus réduit à Paris (29%) qu’à Londres (54%).

Des bonus très variables en fonction du rang

Une autre étude d’Emolument pour eFinancialCareers portant sur un échantillon de 524 banquiers employés à Paris du rang d’analyste à celui de directeur montrait qu’à Paris, les grands gagnants de la saison 2015 des bonus étaient sans conteste les vice presidents (VP, soit de 5 à 8 ans d’expérience), ces derniers ayant vu leur bonus augmenter en moyenne de 35% en un an.

A contrario, les associates et analystes ont été les parents pauvres, avec des bonus accordés en baisse respective de 17% et de 4%. Ainsi un énorme écart s’est créé cette année entre les VP qui gagnent un variable de plus de 2,5 fois le montant de leurs collaborateurs associates.

graph-evolution-des-bonus-p

Source : Emolument

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici