☰ Menu eFinancialCareers

Les traders ont-ils besoin de savoir comment coder ?

Est-il temps d’apprendre le langage Python ?

Est-il temps d’apprendre le langage Python ?

Vous voulez travailler comme trader. Cela signifie-t-il que vous devez apprendre à coder ? Si vous voulez tenir sur la durée, la réponse est probablement oui. « Si vous êtes simplement un market maker ou un trader classique, vous n’aurez pas besoin de savoir comment coder. Mais si vous allez en trading quantitatif ou électronique, alors le codage vous aidera certainement », explique Natalie Basiratpour, directeur du cabinet de recrutement Selby Jennings.

En d’autres termes, si vous prévoyez de passer votre carrière en travaillant toute la journée au téléphone pour le compte de clients et décidant à chaque instant quand et comment effectuer des transactions, le codage n’est pas requis. A contrario, si vous voulez travailler dans le trading électronique et confier certaines de ces décisions à des machines, vous aurez absolument besoin de savoir que le Python est plus qu’un reptile. Et avec une part croissante de transactions qui se font de façon électronique, être familier du Python et d’autres langages de codage semble assez impératif.

La plupart des traders juniors débarquent aujourd’hui avec des connaissances de codage prêtes à l’emploi. « Beaucoup de nouvelles recrues ont appris à coder à l’université et sont diplômés d’écoles d’ingénieurs ou d’informatique. Pour eux, le codage est une seconde nature », explique Nathan Haynes, consultant senior en finance quantitative au cabinet de recrutement GQR.

Un trader électronique qui a exercé une fonction senior chez Goldman Sachs mais a demandé à rester anonyme explique que c’est un “phénomène générationnel”. « Les étudiants en maths et en informatique des meilleures universités veulent devenir trader, et tous ont étudié le codage. Très vite, tous les juniors en finance seront des familiers du codage ».

La réduction des coûts est également susceptible de jouer un rôle dans l’intégration du codage au cœur des métiers du trading. Historiquement, les banques séparaient les équipes de trading quantitatif en « traders quants » et « développeurs quants ». Les traders quantitatifs venaient avec des idées de trading que les développeurs quantitatifs traduisaient en code pour les mettre en œuvre. Lorsque les traders quantitatifs sont des codeurs compétents, cela n’a plus de sens. « Diviser ces fonctions, cela fait très vieille école », note l’ex-trader de Goldman. « J’ai travaillé pour de grandes banques qui faisaient la disctinction tandis que de petites boutiques de haute fréquence ne le font pas. Il est beaucoup plus efficace de coder son propre modèle de trading, cela vous donne une longueur d’avance ».

Marco Bragazzi, directeur du trading haute fréquence chez Spire Europe, indique que les meilleurs traders HFT comprennent comment leurs stratégies interagissent avec les serveurs. Et quand bien même les traders ne deviendront jamais des as du codage comme le sont les développeurs quantitatifs, ils en sauront assez pour voir comment leurs idées de trading sont exécutées et comment les améliorer.

Alors que les emplois de traders sont davantage orientés développement, la fonction traditionnelle du développeur quant pourrait davantage s’orienter vers la maintenance du middle office. « Il y a déjà des développeurs qui travaillent davantage dans les coulisses : construction de bibliothèques d’analyse et développement d’outils quantitatifs pour les traders », précise Nathan Haynes.

Soucieux de maintenir leur employabilité, Natalie Basiratpour affirme que certains traders seniors, après avoir passé huit ou neuf ans dans l’industrie financière, vont retourner sur les bancs de la fac étudier des programmes de masters en informatique. « Les gens ont pris conscience qu’ils devaient être à jour avec les nouvelles méthodes ». Les traders haute-fréquence doivent connaître le C ++, C # ou Python, indique-elle. Quant aux traders systématiques, ils doivent connaître les langages de script comme MATLAB et SQL.

Le danger est que les compétences de codage – même récemment acquises – soient surannées par rapport à celles de la dernière fournée de diplômés. L’ex-trader de Goldman le reconnaît lui-même : « Je travaille dans l’industrie depuis des années et il y a des diplômés en génie mécanique qui sortent des écoles à Paris qui en savent beaucoup plus sur certains langages que j’utilise ».

Mais il précise qu’en fin de compte, le codage repose plus sur des concepts que sur des détails. « C’est un état d’esprit. Vous avez besoin de câbler votre cerveau pour résoudre de problèmes en utilisant des langages et outils de codage. Une fois que vous avez fait cela et appris un langage correctement, vous pouvez en apprendre d’autres et votre employabilité sera plus grande ».

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici