☰ Menu eFinancialCareers

Stagiaires en sales et trading : comment anticiper pour optimiser votre été dans la banque

stagaires

Aurez-vous la chance de trouver un service qui recrute ?

Vous allez commencer votre stage en salle de marché dans une banque d’investissement. Que pouvez-vous donc en attendre ? Quelle attitude adopter ? Quels sont vos objectifs pour ces 11 semaines de terrain ? Voici sans détours quelques conseils prodigués par des commerciaux et traders, anciens stagiaires en salle de marché – actuellement en dernière année d’études, pour vous préparer aux incontournables.

  1. Décodez le jargon des traders

Si vous passez l’été en salle de trading, la première chose à maîtriser est sans conteste le jargon des traders.

Un ‘buy trade’ est aussi désigné par le terme ‘bid’, soit une ‘offre d’achat’. C’est le prix auquel vous êtes prêt à acheter un produit A (obligation ou titre-action) sur le marché.

Un ‘sell trade’ est aussi désigné par le terme ‘offer’, soit une ‘offre de vente’. C’est le prix auquel vous êtes prêt à vendre le produit A sur le marché.

Le ‘bid-ask spread’ est la différence entre les prix cités pour une vente et un achat immédiat du produit A, soit une fourchette de prix acheteur et vendeur.

  1. Faites la différence entre position courte et position longue

Il vous faut aussi savoir faire la différence entre gagner de l’argent sur quelque chose dont le prix monte et quelque chose dont le prix baisse.

Lorsque le prix du produit A augmente, gagner de l’argent consiste simplement à acheter A et à le conserver le plus longtemps possible tant que le prix augmente pour le revendre au mieux. C’est qu’on appelle une position ‘longue’.

Lorsque le prix de A est à la baisse, vous devrez prendre une ‘position courte’.

David Hesketh, ancien trader chez Merrill Lynch et COO de Financial Skills, qui fournit des simulateurs de trading aux banques d’investissement, précise : « tout le monde comprend d’instinct la position longue sur un actif, dans le sens où elle équivaut à acheter quelque chose en espérant que son prix va continuer à monter. La position courte est plus difficile à appréhender. »

Il suggère de comparer une position courte au fait « d’emprunter quelque chose à un ami pour le vendre sur le marché. Si vous avez de la chance, le prix baissera avant que vous ne rendiez l’objet en question à son propriétaire. Dans ce cas, vous profiterez de la chute du prix pour réaliser une plus-value ». Il y a plusieurs façons de reproduire cette courte exposition à la vente sans devoir emprunter l’actif concerné, mais cet exemple aide les collaborateurs potentiels à visualiser le concept dans leur vie quotidienne.

  1. Suivez les évolutions du marché, encore et toujours

Si vous travaillez dans la banque d’investissement (IBD), vous aurez à traiter une multitude d’informations confidentielles liées à vos deals – par définition donc des éléments non portés à la connaissance du public. A titre de comparaison, si vous travaillez sur les marchés internationaux, vous travaillerez avec quantités d’informations accessibles à tous, qui génèrent des mouvements sur les marchés.

Il faut vous familiariser avec tous ces aspects idéalement avant votre stage. Comme le conseille un trader senior, « assurez-vous d’avoir compris les principaux mouvements intervenus récemment sur les marchés des capitaux propres, des changes, des obligations et des matières premières ». Et arrangez-vous « pour connaître l’origine de ces mouvements ».

Si vous avez accès à l’intranet de la banque avant et pendant votre stage, profitez-en pour lire un maximum de documents en lien avec la stratégie.

  1. Lisez la presse économique et financière

Un trader en produits dérivés préconise l’achat du Financial Times. « Bien sûr, il y a un coût, mais il faut l’acheter et parcourir les principaux articles. Lisez ceux dont vous trouvez les titres intéressants. Discutez-en au sein de votre équipe. Il est de toute façon fort probable qu’on vous demande de le faire dans le cadre de votre stage, il n’y a donc rien de mal à avoir une longueur d’avance. »

  1. Forgez-vous votre propre opinion

Un autre trader recommande de vous faire déjà une idée « de la tendance que prendront les marchés à court terme et de là où trouver les meilleures sources de valeur ». La même règle vaut en environnement commercial.

  1. Surnagez entre les rotations de poste

Il n’est pas rare que les stages en lien avec les marchés soient organisés en rotations au cours desquelles vous tournez au sein de divers ‘services’ pour traiter différents ‘produits’. A titre d’exemple, vous pouvez passer une semaine avec les rates traders, puis la semaine suivante toucher au ‘investment grade credit’et être en ‘high yield’ troisième semaine.

Les rotations sont un peu comparables à la roulette – vous n’avez aucune idée de là où s’arrêtera la roue, sans compter que certains services sortent du lot. A chaque changement, il n’y a aucune garantie que le service auquel vous êtes intégré ait un poste junior à pourvoir. Et quand bien même, il faut faudra être très actif au sein de votre réseau à tous les postes que vous occuperez – sans oublier ceux que vous n’occuperez pas ! Essayez de déterminer au plus vite les services réellement susceptibles de recruter.

  1. Ne fermez pas la porte à une alternative intéressante

« Restez ouvert à toute opportunité », recommande un responsable trading de produits dérivés sur actions. « Il se peut que vous fassiez ce stage parce que vous tenez à devenir rates trader, mais restez ouvert à la discussion avec d’autres équipes et informez-vous sur leur activité. En réalité, vous ne savez probablement pas ce que vous voulez faire à l’instant t et il y a de grandes chances que vous vous retrouviez finalement en sales ! »

  1. N’ayez pas peur de poser des questions

Ne soyez pas timide – il FAUT poser des questions. Comme l’explique un trader, « il n’y a pas de question tabou, et pas non plus de représailles ». Et de préciser : « si vous n’avez pas de culture économique particulière et que vous posez beaucoup de questions assez basiques, on aura plutôt tendance à admirer votre propension à apprendre. Evitez simplement de poser plusieurs fois la même question, même à des interlocuteurs différents… »

  1. Acceptez la corvée du café

Les clichés ont la vie dure… ainsi va la légende des stages en général, et en banque en particulier. Et comme tout cliché qui se respecte, celui qui consiste à charger les stagiaires de porter le café aux traders s’avère en grande partie justifié.

«  Que cela vous plaise ou non, vous serez quoi qu’il arrive chargé d’apporter le café », indique un trader. « Alors autant y mettre les formes. Le meilleur stagiaire que j’aie jamais eu me demandait toujours si je voulais du sucre ou du lait dans mon café. J’avoue avoir été impressionné par sa façon de faire jusque dans ces détails insignifiants, aussi efficace que dans son job à proprement parler. C’était pour moi révélateur de ses valeurs. Et ce sont des choses qui ne trompent pas… La preuve : il est aujourd’hui un trader réputé. »

  1. Posez-vous les bonnes questions

« La meilleure chose à faire pendant un stage de trading consiste à profiter de l’occasion pour vérifier que vous souhaitez vraiment embrasser une carrière en salle de marché, » suggère notre responsable en trading de dérivés sur actions. « Les marchés financiers peuvent laisser envisager une carrière lucrative mais dans le même temps, cela ne convient pas à tout le monde. Le stage vient donc à point nommé pour permettre à chacun de décider si oui ou non, la perspective correspond bien à ses aspirations. Le pire serait de démarrer une carrière dans ce secteur et de se rendre compte un an plus tard qu’elle ne vous plaît plus. »

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici