☰ Menu eFinancialCareers

Les compliance officers en première ligne face à la crise et l’affaire Madoff

Alors que 2009 a été déjà bien chargé, la pression redouble en cette fin d’année sur les gestionnaires du risque de conformité. L’affaire Madoff continue à faire des vagues au Luxembourg. Après UBS, c’est à HSBC Securities Services Luxembourg (HSSL) de revoir son organisation et ses procédures de sécurité en tant que banque dépositaire pour des fonds d’investissement (latribune.fr). La charge de travail ne cesse de s’accumuler pour ces professionnels.

Ce scandale ne fait que renforcer la place du contrôle au sein des
institutions financières. En outre, l’idée que les contrôles doivent non pas
tant être quantitatifs que qualitatifs refait surface. Après avoir connu une
longue période dominée par les entrepreneurs, nous avons sans doute basculé
dans une ère de gestionnaires de risques
, commente Guillaume Bègue, administrateur de l’Association luxembourgeoise des compliance officers. L’ALCO réfléchit d’ailleurs actuellement à l’élaboration de statuts véritablement protecteurs pour les compliance officers dont la question de la responsabilité mérite d’être précisée.

Anticiper les modifications réglementaires et législatives

A cela, s’ajoute une accélération dans les changements de réglementation induits par la crise. Ces rotations compliquent le travail des compliance officers qui doivent encore plus qu’avant savoir anticiper, assimiler et gérer des problématiques nouvelles aux niveaux national, européen et international , poursuit Guillaume Bègue.

Conséquence sur le terrain : les dossiers s’accumulent mais les équipes ne reçoivent pas forcément le renfort qu’elles souhaiteraient. Chez HSBC, le cap est clairement mis aujourd’hui sur les fonctions de gestion des risques et de compliance. Cela ne s’est toutefois pas traduit par des embauches mais plutôt par davantage de ressources en interne consacrées au contrôle interne , commente un employé de la banque sous couvert d’anonymat.

Pas de tendances à l’embauche ces derniers mois

Exit la vague de recrutement du milieu des années 2000. Nous ne constatons pas de tendances à l’embauche ces derniers mois. En revanche, ces professionnels sont clairement à l’abri des coupes d’effectifs en raison des obligations légales , relativise Bruno Depaepe, directeur du cabinet de recrutement spécialisé Ergon.

De son côté, l’ALCO se montre plus positive. Après un ralentissement constaté ces deux dernières années, le marché semble reprendre des couleurs. Ce métier démontre aujourd’hui toute sa légitimité. Si les institutions de crédit se ressaisissent et si les autorités sont plus claires sur leurs attentes, on peut espérer que les compliance officers connaîtront un avenir nettement meilleur en 2010 qu’en 2009 , veut croire l’association.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici