☰ Menu eFinancialCareers

PwC, Deloitte, KPMG ou EY : quel Big Four paye le mieux ?

euro money

Existe-t-il vraiment des différences salariales en France entre les Big Four ? Après tout, EY, Deloitte, PwC et KPMG – qui emploient 25.000 personnes dans l’Hexagone et prévoient plus de 3.500 embauches en CDI en 2015 – ciblent les mêmes profils de jeunes diplômés, d’auditeurs et de consultants expérimentés.

Le secteur se trouve, lui-même, en compétition avec d’autres grands cabinets en France comme Mazars ou Grant Thornton, qui présente également des objectifs de recrutement ambitieux pour 2015. Sans parler des banques d’investissement, avec qui les grands cabinets d’audit et de conseil se disputent âprement l’embauche des jeunes diplômés des grandes écoles. Une concurrence féroce qui oblige les Big Four à proposer des packages d’entrée aussi attractifs qu’en banque.

Pourtant, dès le début de carrière des différences salariales se font jour entre Big Four, d’après les données collectées par Emolument.com, site spécialiste des rémunérations en Finance / Conseil auprès de 259 employés des Big Four en France.

Deloitte semble en effet mieux payer que ses concurrentes, d’après cette étude réalisée pour eFinancialCareers.fr. L’écart de salaire est d’environ 8% avec EY pour les salaires des professionnels jusqu’à 5 ans d’expérience, mais il se creuse davantage lorsque l’on monte en séniorité. Ainsi un professionnel avec plus de 10 ans d’expérience chez Deloitte toucherait un salaire moyen (hors bonus) de 167k€, soit 17% de plus que son homologue employé par KPMG. D’ailleurs au Royaume-Uni, Deloitte est également l’employeur le plus généreux avec ses associés soit 750k£ en moyenne pour chacun de ses associés, contre 727k£ chez EY, 722k£ chez PwC et 715k£ pour KPMG.

Salaires des employés des Big 4 en France (hors bonus)

big-four-emolument-France

Avec ses 7.950 employés, Deloitte est le deuxième Big Four français par la taille de ses effectifs, juste derrière KPMG (8.300). En revanche, Deloitte s’est fixé les objectifs de recrutement les plus ambitieux pour 2015, soit 1.000 recrutements en CDI contre 850 environ pour ses trois principales concurrentes.

La tâche pourrait cependant se révéler moins aisée qu’il n’y paraît. Car, bien que figurant toujours parmi les employeurs les plus attractifs auprès des étudiants, les Big Four perdent un peu de leur superbe dans le dernier classement d’Universum des employeurs les plus attractifs en France. Les acteurs de l’audit et du conseil ont perdu des places au profit des banques d’investissement notamment. EY fait exception en se maintenant à la 10e place du classement, loin devant KPMG (18e), Deloitte (22e) et PwC (27e).

En fait depuis 2010, Deloitte s’est toujours situé derrière EY et KPMG en matière d’attractivité auprès des étudiants. L’étude salariale d’Emolument pourrait contribuer à rebattre les cartes…


commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici