☰ Menu eFinancialCareers

Tikehau, une success story française, en mode recrutement

sucess

Tikehau Capital est l’une des success stories de la finance française de ces dernières années. Fondée en 2004 par Antoine Flamarion et Mathieu Chabran, deux banquiers d’investissement passés par Merrill Lynch et Goldman Sachs, âgés à l’époque de 31 et 28 ans, la boutique est partie avec une mise de 4 millions d’euros pour atteindre aujourd’hui plus de 5 milliards d’euros sous gestion. À l’origine spécialisé dans le capital investissement et le crédit, Tikehau Capital a depuis élargi ses activités à la gestion diversifiée et actions ainsi qu’à l’immobilier. Et a fortement recruté en 2014, passant de 70 à 105 salariés à ce jour. Une croissance de 50% de ses effectifs en seulement une année !

Au cours de sa courte histoire, le Groupe a réussi à débaucher des banquiers seniors tels que Bruno de Pampelonne, ex-patron de Merrill Lynch à Paris ; Christian de Labriffe, ex-associé gérant de Rothschild ; et Jean-Pierre Mustier, ex-patron de SGCIB et plus récemment de la banque d’investissement d’UniCredit, arrivé le mois dernier. Avec ce dernier, l’internationalisation de Tikehau Capital est plus que jamais en route, et les recrutements toujours d’actualité. Emmanuelle Costa, DRH du Groupe TIKEHAU, a accepté de nous en dire un peu plus…

Tikehau s’est fortement diversifié ces deux dernières années, pouvez-vous nous rappeler ses principales activités aujourd’hui ?

Nous avons trois grandes activités réunies sous l’identité commune de Tikehau Capital. La partie Tikehau Investment Management – comprenant l’activité crédit (private debt et gestion obligataire), les métiers equities et real estate – constitue le gros des troupes, soit une quarantaine de collaborateurs sur une centaine employés par le groupe. Il y a ensuite l’entité Tikehau Capital Partners- la partie historique – regroupant les activités de prises de participations pour compte propre et aussi la société de capital-investissement Salvepar. Enfin, Tikehau Capital a également depuis l’an dernier une participation minoritaire (35%) dans la firme de LBO Duke Street.

Les recrutements apparaissent encore comme une priorité pour 2015. Pouvez-vous détailler vos ambitions en la matière ?

Nous visons 30 à 40 recrutements cette année, en France et à l’étranger. Nous sommes en train de renforcer notre équipe commerciale en France avec plusieurs recrutements en cours. Il y a surtout pour cette année une véritable volonté de se développer et d’être plus visible à l’international. Nous avons annoncé la semaine dernière l’arrivée d’Ignazio Rocco di Torrepadula comme senior advisor en Italie, qui nous rejoint du Boston Consulting Group. Là comme ailleurs, nous commençons avec des pionniers qui posent la première pierre et sont rejoints rapidement par des analystes, des sales et des professionnels du marketing… Le bureau de Londres ouvert à l’été 2013 compte désormais une dizaine de personnes, l’équipe à Singapour, lancée l’an dernier, est déjà composée de six professionnels et le bureau de Bruxelles ouvert en janvier 2015 compte déjà 4 personnes. Ces trois bureaux sont appelés à recruter activement cette année.

Qu’en est-il de la croissance des effectifs du bureau de Paris cette année ?

Il y aura certainement des recrutements à Paris à nouveau cette année mais dans une moindre mesure que l’an passé. En France, nous nous intéresserons surtout aux profils internationaux, soit des bi-nationaux, soit des personnes avec des parcours à l’international.

Quels profils intéressent aujourd’hui Tikehau ?

Nous recherchons des profils qui ont fait de l’analyse financière, crédit de marché. Du côté de la gestion, nous n’excluons pas des recrutements opportunistes de gérants expérimentés. Les fonctions support sont également en croissance, qu’il s’agisse de profils type middle office (risques), des profils de développeurs (compétence .Net) ou des profils en finance passés par des Big Four typiquement.

Au-delà des compétences, quels types de personnalité font la différence en entretien chez vous ?

L’esprit entrepreneurial – qui constitue une large part de l’ADN de Tikehau Capital – est une condition sine qua non dans nos recrutements. Nous sommes peut-être moins dans le détail des diplômes que dans les qualités créatives des candidats. Nous attendons des candidats qu’ils se projettent dans l’ambition de croissance de la société, et qu’ils montrent qu’ils ont envie de s’y investir. Qu’ils viennent d’une petite ou d’une grosse structure. Pour nous, il est important que les nouvelles recrues soient forces de proposition, autonomes, et dans l’action. Car une fois recruté, ils seront responsabilisés. Et ce sont des choses dont on peut se rendre compte à l’entretien dans la façon chez les juniors de raconter leur début de carrière (comment ils ont saisi les opportunités, ont su persévérer…) et pour les plus seniors à la manière de mettre en avant en avant les challenges auxquels ils ont été confrontés et leur input dans les projets.

Comment faites-vous vivre cet « esprit entrepreneurial » au sein des équipes ?

Nous recrutons des potentiels capables de faire vivre en interne cette envie partagée de réussir. Nous avons mis de vrais outils de diffusion de cette culture. Alors que le groupe grandit à l’international, nous cherchons à favoriser la mobilité entre nos différents bureaux pour transmettre partout la culture Groupe. Nous travaillons également beaucoup sur la visibilité des carrières. L’accompagnement par des mentors, des conférences données par les plus seniors sur des sujets transverses ou encore la mise en place de projets inter-équipes à l’initiative des collaborateurs permettent de fluidifier les relations et faire émerger de nouvelles idées de business.

À quoi ressemble votre processus de recrutement ?

Nous avons le souci de faire rencontrer pas mal d’interlocuteurs en interne à nos candidats : des opérationnels, des RH, et des profils seniors pour mesurer au mieux l’adéquation entre eux et nos collaborateurs au travers des entretiens assez structurés. Au total, il peut y a voir 5 à 6 entretiens. Enfin, les dirigeants fondateurs participent à un certain nombre d’entretiens car c’est important pour eux de connaître les futurs collaborateurs qui feront Tikehau demain.


commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici