☰ Menu eFinancialCareers

BNP Paribas finit 2014 dans le vert mais annonce des réorganisations…

BNP Paribas a réussi à un coup de force en finissant l’année 2014 dans le vert malgré l’amende américaine de 6,6 milliards d’euros écopée l’été dernier. Mais les réjouissances risquent d’être de courte durée pour les salariés, notamment chez CIB concernés par une nouvelle réorganisation.

La banque parvient à afficher un bénéfice net de 157 millions d’euros sur 2014, soit trois fois le résultat attendu par les analystes. Une performance qui s’explique par un bon 4e trimestre : le résultat net atteint 1.3 mds d’euros contre 110 millions un an plus tôt (après provisions de près de 800 millions d’euros pour prévenir les pénalités américaines). Les équipes de CIB ont largement contribué à ce résultant en postant un bénéfice avant impôt de 566 millions d’euros, en hausse de 59% sur un an.

Plan d’économies renforcé

Néanmoins le groupe français se soucie du contexte économique et de taux détérioré par rapport aux anticipations du plan stratégique 2014-2016. Il estime que ses résultats nets en 2016 seront également rognés de 500 millions d’euros par les nouvelles taxes (contribution au Mécanisme de résolution unique en Europe) et nouvelles réglementations (notamment sur les banques étrangères aux Etats-Unis).

Pour ces raisons, la banque compte bien poursuivre sa transformation pour abaisser ses coûts. Les économies réalisées dans le cadre du plan Simple & Efficient ont déjà permis de réaliser plus d’1,7 mds d’euros depuis 2013, au-delà de l’objectif initial de 1,6 Md€. La banque veut cependant aller plus loin. L’objectif est maintenant d’atteindre 3 milliards d’économies en 2016. Le plan, qui visait initialement 2 mds d’euros d’économies à partir de 2015, a donc été renforcé pour la deuxième fois en un an.

Côté emplois… ?

Le mois dernier il était question de l’organisation d’un comité central d’entreprise (CCE) exceptionnel pour discuter de l’orientation du pôle CIB et de possibles suppressions de postes. Finalement, cette réunion a été annulée et reportée sine die. Le groupe n’en a pas fait mention aujourd’hui. En revanche, il a précisé sa réorganisation de CIB, qui devient Corporate and Institutional Banking, en se rapprochant des équipes de Securities Services, à la manière de ce qui a déjà été fait chez Société Générale avec la nouvelle appellation Global Banking & Investor Solutions (GBIS).

Comment cela impactera les effectifs ? La banque évoque une « coopération rapprochée entre les métiers de marché et Securities Services » sur la clientèle des institutionnels. Il est aussi question de « marchés de plus en plus électroniques et ‘clearés’ » et d’« industrialisation et mutualisation des plates-formes ». Des éléments qui devraient soutenir les recrutements dans les systèmes d’informations, mais qui sont de moins bon augure pour les fonctions de front-office, à l’exception des métiers de dettes sur lesquels la banque souhaite se renforcer.  La banque évoque en revanche un « redimensionnement de certaines activités d’Energie et Matières Premières » et son souhait de « simplifier le dispositif commercial notamment en Europe » sur la clientèle des entreprises.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici