☰ Menu eFinancialCareers

Clearstream cherche meilleure presse

La filiale de Deutsche Börse a fait la Une des journaux en 2010 pour de mauvaises raisons. Suite à sa volonté de délocaliser des activités basées au Luxembourg vers Prague et Singapour où la main-d’ceuvre est meilleur marché, la centrale de règlement-livraison a supprimé une trentaine de postes de managers pour réaliser des économies. D’ici à fin 2012, 71 postes supplémentaires sont appelés à disparaître, soit près de 9 % des effectifs de Clearstream Luxembourg. Ce qui n’avait pas manquer de susciter la colère des syndicats.

Exit les titres négatifs. Cette semaine, la société veut que l’on s’intéresse à ce qu’elle sait faire de mieux. D’abord, elle a annoncé hier que côté business, tout va bien, très bien même. Son activité mensuelle a atteint un pic en décembre et l’année 2010 s’inscrit comme une année record, en termes de valeur des actifs conservés en dépôt et aussi de volume de transactions, détaille un communiqué.

Ce bond de l’activité se traduira-t-il pas une politique volontaire en matière d’emploi pour Clearstream qui, avec plus de 1.000 salariés, se place parmi les 10 premiers employeurs de la place financière luxembourgeoise ? Pas sûr. Si Clearstream était finalement revenu sur le chiffre initial de 91 suppressions d’emplois en en sauvant 20 mi-novembre, la page career de son site ce jour suggère plutôt que les emplois restent bel et bien gelés. Seule une dizaine d’offres de stages apparaissent, à l’exception d’un emploi de conseiller légal.

À la place, Clearstream mise sur l’investissement en technologie. Demain, elle présentera un nouveau service pour les fonds d’investissement baptisés Funds Trading on Stock Exchange qui offre une exécution en temps réel des souscriptions/rachats des fonds d’investissement contre un processus qui prend actuellement 24 heures. Si seule la bourse de Francfort est aujourd’hui concernée, Clearstream est ouvert à des collaborations avec d’autres Bourses, qui désireraient travailler avec [elle] , a confié Philippe Seyll, head of investment fund services chez Clearstream à PaperJam.

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici