☰ Menu eFinancialCareers

OPINION : Ne vous plaignez pas des chasseurs

Réfléchissez un peu à la façon dont vous abordez les cabinets de recrutement et les chasseurs de têtes avant de vous plaindre de leur manque de réactivité !

C’est un fait, de temps en temps, certains candidats ont de bonnes raisons de se plaindre de la façon dont ils sont traités par le monde du recrutement. L’absence de réponses à leurs mails est leur principal grief.

Cependant, j’aimerais vous montrer ce qui se passe de l’autre côté de la barrière, en utilisant comme exemple un email que j’ai reçu récemment :

Salut,

Il paraît que vous êtes un cabinet de chasses mais vous êtes sans doute aussi à la recherche de candidats.

Je viens de passer un entretien final avec [société A] pour un poste d’associate client advisor et un autre avec [société 2], et [société 3] devrait revenir vers moi… Je voulais juste savoir si, parmi vos clients, il y en avait qui auraient des besoins pour quelqu’un comme moi, à la recherche d’un poste de niveau associate client advisor, et qui fournit des formations etc.

Salutations

[Nom de l’expéditeur]

[Numéro de portable et adresse électronique]

C’est tout.

Ça n’est peut-être pas le pire email que j’ai reçu, mais pas loin. Pourquoi ?

1) C’est beaucoup trop informel pour ce type d’échanges professionnels. Comment puis-je prendre au sérieux un expéditeur qui commence son courrier par salut alors que nous ne nous connaissons pas ? L’email n’est pas une messagerie instantanée comme MSN. La seule façon de savoir comment les candidats se comporteront avec un client est d’analyser l’attitude qu’ils ont avec moi. Autrement dit, il faut être aussi professionnel et précis avec le chasseur de têtes qu’avec un potentiel futur employeur.

2) Il y a des erreurs de langage. Soit la personne ne s’exprime pas dans sa langue maternelle (dans ce cas, la chose doit être mentionnée et expliquée), soit elle s’en fiche totalement. Or, ce n’est précisément pas l’impression que vous avez envie de donner à quelqu’un qui lit votre CV ou votre lettre de motivation.

3) Rien dans ce courrier ne permet d’évaluer le potentiel de ce candidat. Compétences ? Formation ? Expérience ? Même si vous décidez de ne pas joindre votre CV dans l’immédiat (une bonne chose à faire, selon moi), vous devez au moins me dire pourquoi je dois travailler avec vous.

4) La seule information que je retiens de cet email est que je ne dois pas travailler avec ce candidat. Il a déjà reçu une offre et en espère deux autres assez rapidement. Et je devrais compromettre mon nom et ma réputation auprès de mes clients pour lui permettre d’obtenir des offres supplémentaires… dans quel but ? Pour qu’il puisse rejeter ces offres ? Pourquoi donc devrais-je accéder à sa demande ?

Parce que, tout comme mes confrères, je n’aime pas la mauvaise réputation qu’a le secteur du recrutement, j’ai répondu poliment. Cela dit, je serais heureux de me passer de ce type de tâches car devoir répondre aux messages de ce genre me coûte.

* Rodolphe Mortreuil est fondateur et managing director de McKinsey Mortreuil Clarke (MKMC) Ltd.

commentaires (2)

Comments
  1. Ce recruteur doit surement avoir une belle estime de sa personne pour s’exprimer de cette facon. Surement un Francais (c est la facon arrogante de s exprimer enver certaines personnes que l on retrouve chez certains rares francais), qui a soit disant vu le monde entier, qui s est exile dans un pays anglo saxon qui dénigre son peuple et se la ramène en disant qu’il a un poste surpuissant “managing director et fondateur” . Age: 35 ans. En gros le petit con de service que nous souhaitons pas avoir… Avec de tels articles nous allons aller loin dans la vie.

  2. Le probleme ce sont les recruteurs qui vous appellent pendant les heures de bureau et qui vous font des offres qui ne correspondent pas à votre profil.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici