☰ Menu eFinancialCareers

Tous dans le métro ?

Les banquiers de Deutsche Bank sont fermement invités à prendre les transports en commun et à faire une croix sur les sorties dans les stripclubs. Bank of America veut faire des économies sur les savons (si, si !). Mais jusqu’où les banques vont-elles aller dans la surenchère des réductions de coûts ? Le moral et les atours des banquiers sont désormais en jeu !

Après l’embauche chez Citigroup de Mark Rufeh, Monsieur productivité de Credit Suisse, puis l’intention insensée de Bank of America
de ne plus procurer de savon ou encore de thé parfumé à ses chers banquiers, c’est au tour de Deutsche Bank de vouloir resserrer les boulons.

Selon The Times, la banque allemande aurait obligé ses banquiers, même les plus en vue, à prendre quasi systématiquement le métro et à oublier la première classe. De même que la douche et le rasage de ces messieurs sortant de l’avion le matin après un long voyage se feront désormais à l’aéroport plutôt qu’à l’hôtel. Inutile enfin de rappeler que les Amex ne doivent être en aucun cas utilisées pour des sorties dans les stripclubs, y compris quand il s’agit de convaincre un client de signer un contrat.

Y a-t-il encore seulement un intérêt à être banquier ? Les managing directors de Deutsche Bank vont-ils survivre à la seconde classe ? Comment les banques françaises se comportent avec leurs troupes ? Était-il, de toute façon, enfin temps que l’industrie redescende sur terre ? Vous avez totale liberté de parole (ça, au moins, on ne peut pas vous l’enlever) !

commentaires (10)

Comments
  1. Galère, Galère, je vous dis!
    Les budgets lunchs ont été sévèrement restreints! Je ne parle pas de toutes les notes de frais regardées à la loupe trois fois! et de demande de justification sur certaines lignes….

  2. En même temps, fallait bien s’y attendre, les gars. C’est un juste retour de bâtons pour ceux qui ont cru que tout leur était permis, tout le temps!

  3. Je travaille dans l’industrie et cet article est à hurler de rire. Etre obligé d’emmener un client dans un stripclub pour décrocher un contrat. Je comprends mieux les imbécilités des subprimes !
    C’est bien fait ! Ils vont ainsi redescendre sur terre. Prendre le métro ou voyager en classe éco n’a jamais tué personne.

  4. Lorsque la banque ne joue plus sont rôle de préteur pour financer l’investissement mais participe avec la meute des spéculateur à faire monté le prix de l’immobilier, il faut s’attendre à ce que la branche craque. D’ailleurs, c’est peu cher payer comparé aux difficultés de se loger ou la perte de logement entraîner par ces dérives. Pour réaliser des profits, il faut produire. L’argent ne se reproduit pas lui-même. A M A’

  5. Je suis dans la banque mais je partage totalement l’avis de la Nef. Il y a des comportements qui ne mettent parfois pas la profession à l’honneur. Et ces reportages télé d’après Kerviel qui montrent ces jeunes traders prétentieux et arrogants… De vraies caricatures.

  6. heureusement suis dans une banque francaise, ou le budget est deja serre depuis longtemps, sans dire le taxi de meeting ou le business classe en europe…

  7. tout ça n’est que du flanc, de la com pour redresser l’image des banquiers auprès des actionnaires et du grand public. Je travaille dans une grande banque suisse, et dieu sait que ça va pas bien pour elle, mais on n’a pas eu de restrictions drastiques sur les expenses comme on peut lire dans la presse… en fait, rien n’a vraiment changé

  8. Et oui, toujours et toujours la réduction du coefficient d’exploitation! Il est normal que l’on s’attaque aux charges “liées” à l’activité du personnel maintenant!

  9. La référence au savon participant à la réduction des ChVa est pitoyable, si c’est une réalité. Par contre l’économie sur les charges hotels, transport, bonus etc a du sens. Attention tout de même à ce que la réglementation – contrôle de certains “faux” avantages ou éléments de confort ne démotive pas les troupes n’ayant plus de compensation à l’hyper-flexibilité de leur agenda international.

  10. Question : quel est le budget des frais de “représentation” d’une Banque d’Investissement ?
    Réponse : aussi ridiculement épais que l’occupation réelle d’un Responsable de “Cost Killing Center”.
    Prennez 2.000 gros salariés (déja irréaliste) d’une IB claquant chaque semaine 3.000 Euros (2.000€ de vol + 1.000€ hotel + bonne bouffe) …chaque semaine c’est déja une bonne moyenne..
    Budget global +/- 300 millions d’€ .. Aller soyons méchants méchants et coupon la somme en 2 .. voire même 3…. 150 à 200 millions d’Euros d’économies potentielles dans des machines à fric sensées cracher 1-1.5 ards par TRIMESTRE … C’est une blague non ?

    Par expérience c’est juste la communication de vieux loosers recaser dans ces services d’optimisation des coûts qui refait surface à chaque moment de crise …. a défaut d’être un créateur de valeur il faut bien être un modérateur de dépense… quelle vie !!!!

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici