☰ Menu eFinancialCareers

Échec ou réussite au CFA : Et après ? Les bonnes stratégies à adopter

Nathalie

Près de 2 mois après l’examen CFA, les résultats sont tombés dans les 3 niveaux. Pour le niveau 1, quel que soit le verdict, faut-il faire une pause, enchaîner sur le niveau 2 ? Pour ceux qui ont échoué, faut-il tenter à nouveau l’examen en décembre ou attendre juin prochain ? Des questions récurrentes que se posent les candidats et auxquelles Nathalie Columelli*, formatrice de candidats au CFA depuis 10 ans et fondatrice de Finance Training, apporte des réponses.

Vous êtes parmi les 43% à avoir réussi le niveau 1 :

Bravo, dans un premier temps profitez de la pause estivale en oubliant le stress des révisions, de l’examen et de l’attente des résultats. Savourez votre réussite, reprenez des forces et attaquez tranquillement le niveau 2 à la rentrée.

Ce second niveau est considéré comme le plus difficile par la plupart des candidats que nous avons accompagnés. Ce qui m’amène à vous donner un conseil : par rapport au niveau 1, prévoyez d’augmenter votre allocation de temps d’études d’environ 25%. Vous lisez certes plus vite en anglais, mais les lectures en niveau 2 sont bien plus denses et demandent plus de concentration, et vous avancerez donc beaucoup plus lentement.

Le volume d’heures d’étude supplémentaire pour appréhender le niveau 2 va dépendre également de vos résultats au niveau 1 et de votre profil : ajoutez 30 à 40 heures si vos scores dans les différentes matières ont été presque tous supérieurs à 70% mais prévoyez 75 à 100 heures si vous avez plus de 2 matières faibles (en-deçà du seuil des 70%), pas de complaisance. De même, si vous êtes plutôt faible dans les matières telles que méthodes quantitatives, fixed income et dérivatives, forcez la dose.

Dans tous les cas, inscrivez-vous pour le niveau 2 avant mi-septembre afin de bénéficier des meilleurs tarifs d’inscription puis débutez les lectures en octobre ou en novembre, selon vos scores en niveau 1, afin de ne pas transformer vos futures semaines en « double job » en débutant votre étude… trop tard.

Vous êtes parmi les 57% des candidats à avoir échoué au niveau 1 :

Ce qui suit devrait vous convaincre que rien n’est perdu, au contraire. Il s’agit maintenant de mettre en place la stratégie pertinente et gagnante.

Le CFA est un projet à long terme alors traitez-le comme tel

Très souvent, échouer au niveau 1 dissuade la plupart des candidats de se réinscrire (« le CFA ce n’est pas pour moi » « j’ai réussi toutes mes études sans redoubler, je suis très déçu par cet échec que je ne digère pas »). Pourtant, la plupart des CFA Charterholders ont redoublé très souvent au moins un niveau. Et quel que soit le nombre de tentatives, réussir les 3 niveaux du programme CFA consiste finalement à étudier plus de 1.000 heures pendant plusieurs années.

Dès le début, le candidat doit donc avoir conscience de l’implication que son projet de formation aura sur sa vie quotidienne. Le report de quelques mois de la réussite du premier niveau ne devrait donc pas ébranler d’un seul millimètre la mobilisation d’un candidat qui a initialement bien réfléchi à l’implication de son projet, et surtout bien mesuré l’intérêt d’être titulaire de la certification CFA en terme d’évolution professionnelle : augmentation de l’employabilité, mobilité accrue à l’international et promotion interne.

Choisir juin ou décembre ?

Si vous avez passé le niveau 1 pour la première fois en juin 2016, vous avez fait le bon choix : s’inscrire à la session de juin en toute première approche permet d’avoir le cas échéant une seconde tentative avant de s’inscrire à l’examen du niveau 2 de l’année suivante, sans pour autant perdre de temps par rapport à la minorité de candidats qui valident leur niveau 1 dès la première tentative. Or, cette seconde chance n’est pas offerte aux candidats qui passent leur niveau 1 pour la première fois au mois de décembre car l’examen de niveau 2 n’est pas proposé par le CFA Institute à l’heure actuelle au mois de décembre (c’est dommage d’ailleurs).

L’opportunité d’augmenter significativement vos chances de réussite au niveau 2

Sachez qu’un échec au niveau 1 vous donne l’opportunité de mettre en place la stratégie gagnante et augmenter très significativement vos chances de finalement réussir le niveau 2 dès votre première tentative. En effet, dans mon expérience, les candidats qui réussissent le mieux en niveau 2 sont ceux qui ont eu les meilleurs scores en niveau 1.

Réussir le niveau 1 aurait certes été une bonne nouvelle, mais l’avoir réussi de justesse aurait impliqué de prévoir un volume horaire bien plus important pour l’étude du niveau 2, ce que les candidats mettent rarement en œuvre lorsqu’ils réussissent leur niveau 1 du premier coup car « ce qui a fonctionné est généralement répliqué à l’identique ». Le taux de redoublement en niveau 2 est de ce fait très élevé : sur les candidats qui ont réussi le niveau 1, moins d’un sur 2 passe en niveau 3. Il faut donc être dans le premier quartile en niveau 1 pour être bien positionné pour augmenter ses chances de réussir le niveau 2 à la première tentative !

En résumé, vous avez l’opportunité de mettre les bouchées doubles d’ici au mois de décembre pour décrocher un niveau 1 solide et dans la foulée maximiser vos chances de valider le niveau 2. Cette mauvaise nouvelle qui vous oblige à peaufiner vos connaissances de base est un signal qui vous permet en fait de renforcer les compétences qui de toute façon seront nécessaires à la réussite de votre niveau 2. Ce travail de fond est donc un passage quasi-obligé.

Faites le point de vos scores dans chaque matière

Vos scores ne doivent a priori pas vous « étonner ». Si c’est le cas, faites la liste des matières pour lesquelles vous obtenez des scores inattendus : des scores élevés dans les matières que vous ne pensiez pas maitriser ou des scores décevants dans vos matières fortes. Il y a de fortes probabilités que vous ayez un fort potentiel de progression et une bonne efficacité d’étude sur ces sujets lors de votre prochain examen.

Décidez en fonction de votre décile (entre 1 et 10)

– Si vous êtes proche du « décile 10 », alors vous faites partie des candidats qui ont raté l’examen de justesse, il ne faut donc pas hésiter à s’inscrire à l’examen de décembre.

– En dessous du décile 7 (votre décile est entre 1 et 6), mon avis est plus partagé :

  • Si vous avez conscience d’avoir clairement manqué de temps (3 ou 4 semaines) et obtenez de très bons scores dans un bon nombre de matières, vous devriez également vous inscrire à l’examen de décembre. Conservez votre bon niveau sur ces matières « fortes ». Dans cet esprit, étudiez les questions de fin de chapitre des livres du curriculum CFA (pas les study guides), testez-vous en déroulant les  « topic based practice questions » et révisez avec les « mock exams » proposés sur le site du CFA Institute. Les lectures que vous n’avez pas eu le temps de bien couvrir devraient, elles, être étudiées en allouant le temps nécessaire à leur maîtrise et en utilisant dans un second temps les mêmes ressources.
  • Si en revanche, dans la plupart des matières votre score est inférieur à 70%, il faut alors repenser vos méthodes.
                  • Si vous décidez de poursuivre avec l’examen de décembre 2016, ne vous autorisez aucune pause supplémentaire mais prenez le temps d’organiser vos révisions en allouant au moins 200 heures de travail selon votre décile d’ici à l’examen. Vous pourriez ensuite faire une pause et passer l’examen du niveau 2 en 2018 en laissant passer celui de 2017, soit  embrayer directement sur le niveau 2 en 2017 selon votre forme, vos disponibilités et votre ressenti post-exam.
                  •  Ce que je préconise en alternative à ces 4 mois intenses est de vous reposer cet été et de vous réinscrire au niveau 1 pour l’examen de juin 2017, puis passer ensuite le niveau 2 en 2018. Cette approche vous permet de gérer votre énergie pendant les 3 années à venir et d’avoir une vie quotidienne confortable avec des pauses annuelles de plusieurs mois, ce qui vous met en position d’attaquer chaque niveau avec motivation et énergie.

 

Pour tous les candidats qui passent le niveau 1 en décembre (première tentative ou non), un dernier conseil : Si en sortant de la salle d’examen, vous estimez avoir réussi votre prestation, empruntez dès le 15 décembre à vos collègues du niveau supérieur un de leurs livres de CFA niveau 2 et commencez à étudier. Vous gagnez un bon mois avant la publication des résultats qui sont publiés vers le 25 janvier 2017, et donc 20% du temps qui reste jusqu’à l’examen de niveau 2. Le mieux est d’emprunter le livre traitant votre matière préférée, car votre cerveau aura tendance à vous trouver des excuses pour repousser l’étude d’un sujet peu enthousiasmant (« car en plus si je ne valide pas, j’aurai vraiment perdu mon temps »).

Dans tous les cas, des solutions existent à condition de mettre en place une stratégie solide basée sur vos résultats au niveau 1, vos contraintes et votre énergie. Bien vous connaître afin d’utiliser efficacement vos ressources et vos potentiels sera l’atout déterminant pour ce marathon en finance ! Tous mes vœux pour la suite.

*Nathalie Columelli est une ancienne trader de la Deutsche Bank. En 2005, elle a fondé Finance Training à Paris, organisme de formation spécialisé dans l’accompagnement des candidats au CFA dans la région EMEA. 

https://www.linkedin.com/in/nathaliecolumelli

https://www.facebook.com/FinanceTrainingCFA/

 

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici