☰ Menu eFinancialCareers

De fausses bonnes nouvelles pour SG

Il y a de quoi se laisser griser. SG, qui compte recruter 500 personnes sur dix-huit mois dans les activités de marchés, affiche un bénéfice net de 1,06 milliard d’euros au premier trimestre, loin de la perte de 278 millions enregistrée un an plus tôt. Un résultat au-dessus des attentes des analystes.

Une page douloureuse se tourne-t-elle enfin ? Pas si sûr, le tableau n’est pas aussi réjouissant qu’il n’en a l’air.

1) Des résultats trompeurs pour sa BFI

La bonne nouvelle ? À 2,1 milliards d’euros, les revenus du pôle s’inscrivent en nette hausse par rapport à la même période l’an passé, soit +78%.

Pourtant cette belle performance ne s’appuie pas sur les activités pérennes, dont les revenus sont en baisse de 24% sur un an. Elle s’explique en fait par une moindre dépréciation du portefeuille d’actifs à risque : celui-ci a coûté à la banque de la Défense 169 millions d’euros, contre 1,22 milliard un an plus tôt.

Les résultats du pôle banque privée, gestion d’actifs et services aux investisseurs sont également décevants : le produit net bancaire est en baisse de 12% sur un an. Seuls les réseaux, surtout en France (+7%), et le pôle financements spécialisés et assurances (+10%) ont fait mieux.

2) Les revenus FICC sérieusement rognés

Alors que de nombreuses banques ont été portées ce trimestre par les bons résultats de leurs activités de fixed income, currencies and commodities, SG semble au contraire avoir été plombée par ces dernières, du fait d’un environnement de marché mitigé en Europe , se justifie-t-elle.

Sur un an, les revenues des activités de taux, change et matières premières ont augmenté de 12% chez JP Morgan, 13% chez Goldman Sachs, 16% chez Bank of America Merrill Lynch et de 118% chez Morgan Stanley. Ils ont baissé de 25% chez Deutsche Bank, 34% chez Credit Suisse, 46% chez Citigroup et … 51% pour SG, pas si loin du dernier de la classe BarCap (-67%).

Les activités actions de SG, son fer de lance, ne compensent pas suffisamment. Les résultats sont en hausse de 21% sur un an, tirés par des bonnes performances de la vente sur les produits de flux en Asie et aux Etats-Unis ainsi que la demande des distributeurs sur les produits structurés.

3) Des rémunérations à la traîne

Les frais de gestion de la BFI, unique donnée disponible pour mesurer l’évolution des rémunérations, sont en hausse de 20% sur un an, en comparaison avec +4% sur l’ensemble du groupe.

La banque n’oublie toutefois pas de préciser dans son communiqué que ces frais évoluent à un rythme sensiblement inférieur à la progression des revenus du pôle sur la même période (+78%).

3) Exposition massive au risque souverain grec

Quand un nuage s’en va, un autre vient porter de l’ombre à la banque. Au-delà de sa participation de 54% dans Geniki, la banque a fait état d’une exposition sur le risque souverain grec de 3 milliards d’euros fin avril, un chiffre bien plus élevé que ceux déjà communiqués par ses homologues françaises BNP Paribas (“tout à fait négligeable”) et Crédit Agricole (850 millions).

4) Kerviel vient titiller là ou ça fait mal

Drôle de timing. Sortir son livre, L’Engrenage, mémoires d’un trader , le jour de la publication des résultats de son ex-employeur, c’est un peu cheeky , diraient les Anglais !

La guerre de communication dans laquelle s’est engagé Kerviel à un mois de son procès n’est pas de bon augure pour la SG, dont l’image continue pendant ce temps d’être écornée. L’histoire d’amour entre Kerviel superstar et les médias continuent donc, au détriment de la banque.

Cela dit, Kerviel, qui aurait un emploi de programmeur payé 24K euros/an, selon le New Zealand Herald, serait aussi celui qui a le plus à perdre : jusqu’à 5 ans de prison, 375.000 euros d’amende et théoriquement jusqu’à 5 milliards d’euros de dommages et intérêts.

commentaires (5)

Comments
  1. le graphique historique du cours de bourse me suffit pour juger de la situation globale de la SG et de la pertinence de ses choix strategique depuis les annees 90 ; meme si rien n est figé

    a chacun de se faire son opinion !!

  2. La sogé est structurellement en mode veilleuse:
    Recap des principaux events/coup durs, depuis 2008:
    -> l’affaire du rogue trading
    -> le package du top management
    -> l’affaire SGAM et tous ses sous-marins
    -> les activités de marché vanille en chute libre
    Résultat des courses :
    => capital-marque effrité
    => des stars comme Jeremy Wien et confrères jettent l’éponge
    Seule l’activité dérivés actions résistent tant bien que mal, mais il est communément admis que c plus la vache à lait de la maison.

  3. Apres avoir pu evaluer le fonctionnement (procedures, systemes,…) de l interieur, on comprends pourquoi ils ont pu se faire avoir de 5 milliards
    un peu d honnetete intellectuelle aurait permis de faire un mea culpa honorable sans pour autant gratifier Jerome Kerviel .

    une banque qui il y a 15 ans etait au meme niveau que BNPP., une vrai banque par opposition a une banquette. A mediter. je crois que trop de personnes vivent sur le dos de la bete et la motivation reste encore extremement perfectible.

    Meme a vouloir derouler un modele anglo saxon qui ne pourra pas prendre racine en raison du mindset general, on se demande pourquoi il n ont pas fait leur ambition 2015 plus tot.

  4. Je trouve ça plutôt étrange pour un trader VIX de jeter l’éponge à cette époque de l’année :)

  5. C’est vraiment bien fait pour la SG et la bande de banksters irresponsables qui la gouvernent. Même si les employés ne peuvent faire entendre leur voix à cause d’un système d’intimidation fondé sur le contrôle à tout crin des comportements digne des méthodes employées par les systèmes totalitaires, le mastodonte bancaire reste vulnérable à une faute majeur commise par un rouage à l’intérieur d’une machinerie faite de faux-semblants et d’hypocrisie morbide.

    Tout le monde sait que les comptes des grands groupes bancaires sont massivement falsifiés du fait des règles d’évaluation des produits financiers à leur “fair value “qui ouvrent la porte à toutes les manipulations comptables via les opérations de financement obscures avec les banques centrales et entre camarades du monde interbancaire.

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici