☰ Menu eFinancialCareers

Le Canada, une destination à surveiller de près par les financiers francophones

montreal_best_student_cities

Les événements visant à promouvoir la destination Canada auprès des professionnels francophones se sont multipliés ce mois-ci. Pêle-mêle, on peut citer les journées Journées Québec début juin à Paris et à Bruxelles ou bien le Forum Expat où le Canada était l’honneur avec de nombreux stands dédiés. Avec à chaque fois la présence d’établissements bancaires (Banque Nationale du Canada, Banque Laurentienne du Canada), d’assureurs (Standart Life Canada, Industrielle Alliance) ou bien de groupes de conseil comme Alten et Larochelle.

Mais avant de postuler, encore faut-il savoir à quoi ressemble le marché de l’emploi en finance au Québec et plus largement au Canada : qui recrute ? quels sont les profils les plus recherchés ? combien de nos compatriotes font-ils le saut chaque année ? est-il facile d’être embauché quand on parle français ? Autant de questions auxquelles nous avons tenté de répondre sur la base d’échanges avec des recruteurs et des institutions spécialisées dans la finance canadienne.

Une place financière dynamique…

Pour mieux appréhender les opportunités d’emploi de la finance canadienne, un rapide tour d’horizon s’impose. D’après les derniers chiffres du Conseil emploi métropole qui a établi un diagnostic des besoins en main-d’œuvre dans le secteur financier, le Grand Montréal a employé en 2012 près de 100.000 personnes (dont 25.000 spécialistes) répartis dans plus de 3.000 entités parmi lesquelles 400 banques et intermédiaires financiers (50.000 emplois), 900 sociétés d’assurance et d’activités connexes (30.000 emplois) et 1.500 sociétés de gestion (15.000 emplois).

Sachez enfin que quelques 250 fonds de pension de tailles variées sont situés à Montréal (Fonds de pension du Canadien National, d’Air Canada, d’Hydro-Québec, etc.). Et le Québec entend bien consolider son leadership dans le domaine de la gestion des retraites, “en accroissant le volume des actifs gérés, en développant d’autres niches de marché et en proposant une offre de services-conseil au niveau international“, résume Michael Sabia, président de la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Grâce à la Bourse de Montréal, la métropole du Québec jouit également d’une présence importante sur le marché mondial des produits dérivés. “On peut construire sur la présence de la bourse des dérivés à Montréal en y ajoutant de nouveaux produits, en attirant de nouveaux participants et en prenant part au développement de ce marché à l’échelle planétaire“, note pour sa part Alain Miquelon, président de la Bourse de Montréal. Autre ambition clairement affichée : “faire de Montréal un centre de développement de logiciels financiers en attirant des entreprises qui produisent ce type de logiciels“, indique Louis Vachon, président de la Banque Nationale du Canada. Avec évidemment des postes à la clé. Aux Journées Québec, l’assureur Industrielle Alliance cherchait ainsi à recruter des informaticiens développeurs.

…où il faut savoir se faire désirer

Certes, la tentation d’aller frapper à la porte d’une banque française présente sur place comme BNP Paribas ou Société Générale peut être grande pour les financiers français. Néanmoins, “la taille des filiales canadiennes des banques françaises reste assez faible : elles n’emploient sur place que quelques centaines de personnes“, nous confie un ex-banquier de BNP Paribas à Montréal qui travaille désormais chez Banque Nationale du Canada. Sans compter que la politique de recrutement n’est pas forcément agressive. “Dans notre secteur, l’expansion ne se traduit pas nécessairement par l’embauche de personnel additionnel et par l’agrandissement de locaux. Nous devons constamment trouver des moyens de faire plus avec les ressources dont nous disposons“, explique Anne Marie Verstraeten, présidente de BNP Paribas Canada.

Il est vrai que les budgets alloués aux recrutements sont moindres que dans les banques américaines“, reconnaît un recruteur en contact régulier avec de grandes banques canadiennes et qui a souhaité garder l’anonymat. Dans ces conditions, guère étonnant que les banques canadiennes (TD Bank, RBC, Bank of Canada, Bank of Montreal, Scotiabank, CIBC) aient toutes dévissé de plusieurs places dans le classement Universum 2014 des 100 employeurs idéaux au Canada. Quant au marché de l’emploi, il a tendance à fléchir, y compris dans les secteurs de la finance et des assurances, selon les derniers chiffres de Statistique Canada.

En dépit de cela, le taux de chômage global se maintient à moins de 7% contre plus de 10% dans l’Hexagone. Et la situation pourrait être amenée à s’améliorer rapidement, la plupart des banques canadiennes ayant réalisé un bon début d’année, notamment par rapport à leurs homologues américaines et européennes. Dans le classement de mars 2014 du Global Financial Centres Index publié par le Z/Yen Group, Montréal gagne même deux positions et se classe au 16e rang mondial. Quant à BNP Paribas, elle pourrait bientôt transférer à Montréal les fonctions back-office de son activité taux basées à New York. Et à l’heure où la banque finalise un accord avec la justice américaine, incluant une amende de 8 à 9 mds de dollars mais aussi potentiellement une interdiction jusqu’à un an des opérations de compensation en dollars, BNP pourrait vouloir remettre en cause son plan de développement et ses embauches aux USA. Au profit du Canada ? Affaire à suivre….

Vous n’êtes pas en terrain conquis !

Plutôt qu’attendre les bras croisés qu’un chasseur de têtes vous approche, vous feriez mieux d’aller faire un saut sur les sites carrières des principaux employeurs en finance (banques, assurances, institutions financières…) dont Finance Montréal – l’équivalent canadien de Paris Europlace – a dressé une liste assez exhaustive. Vous pourrez toujours compléter ces recherches en consultant les annonces qui paraissent chez eFinancialCareers Canada. À défaut d’offres d’emplois visibles, rien ne vous empêche d’envoyer votre candidature spontanée.

Vous ne serez néanmoins pas seul : la destination Canada attire particulièrement les jeunes diplômés français et arrive en tête des pays où ils aimeraient s’expatrier pour travailler, devant les Etats-Unis et le Royaume-Uni, révèle le baromètre de l’Humeur des jeunes diplômés 2014 publié par Deloitte. Et bien que le Québec accueille chaque année 3.500 Français, ces derniers “ne représentent qu’une petite partie des effectifs des grandes banques canadiennes, qui recrutent des talents dans le monde entier“, poursuit notre banquier canadien. Si la langue de Molière est bien sûr la bienvenue dans la province du Québec, elle ne saurait à elle seule faire la différence. “On parle la même langue mais pas le même langage“, prévient Rachel Sorin du bureau de représentation de la Banque Nationale du Canada à Paris, lors d’une conférence au Forum Expat sur les opportunités d’emploi dans la province du Québec.

L’important est donc avant tout d’apprendre à connaître la culture du pays d’accueil et de s’y adapter. Et cela dès le début du processus de recrutement. ” Il faut passer les entretiens avec un esprit nord-américain : des actions, des chiffres, des réalisations“, témoigne un candidat. “Mes 3 premiers échecs en termes d’entretien étaient dus au fait que j’ai essayé d’être très généraliste dans mes réponses, comme à mon habitude en France. J’ai donc changé de stratégie en essayant d’être plus concret et ça a donné des résultats “. Le jeu semble en valoir la chandelle puisque d’après l’agence Bloomberg, les banquiers canadiens sont en effet parmi les mieux payés d’Amérique du Nord.


commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici