☰ Menu eFinancialCareers

Pourquoi il faut changer d’emploi en finance tous les 5 ans

Fish-2

Au cours des dernières semaines, plusieurs banquiers de haut rang faisant presque partie des murs de leur établissement, ont pris le large. Prenez Blythe Masters qui après avoir passé 27 ans chez JPMorgan, où elle dirigeait le desk des matières premières, a décidé de quitter la banque au début du mois. Citons également la star du cash equities chez UBS Phil Allison, qui a donné sa lettre de démission après 18 ans de bons et loyaux services, ou encore Ewen Stevenson, qui a tiré un trait sur 25 ans de carrière chez Credit Suisse pour rejoindre Royal Bank of Scotland comme directeur financier.

Chacun de ces banquiers ont évolué, depuis leur premiers pas en banque, au sein de la même structure. Faut-il suivre leur exemple ? C’est assurément une mauvaise idée, répondent en cœur les experts.

« En règle générale, il est conseillé de changer d’emploi au moins tous les 5 ans, affirme Michael Moran du cabinet britannique de conseil en management 10Eighty. Pendant vos 18 premiers mois dans un nouveau poste, vous apprenez beaucoup sans contribuer énormément du point de vue de l’employeur. C’est sur les 18 mois suivants que ce dernier s’attend à ce que vous rentabilisiez son investissement, qui correspond à votre période d’apprentissage. Après cette période, si vous n’apprenez rien de nouveau, rien ne sert de rester ! ».

LIRE AUSSI :

Quatre choses à ne jamais dire à un recruteur

CV : ce qu’il faut y mettre pour faire mouche auprès des recruteurs en finance

« Si vous avez travaillé pour la même entreprise pendant 15 ans, il y a deux choses que je peux vous garantir, lance Moran. Tout d’abord, vous serez payé 10-15% de moins que la moyenne du marché. Deuxièmement, vous serez moins employable que si vous avez travaillé pour différents employeurs du secteur. » Pour le consultant, il ne fait aucun doute que vous gagnerez en respect si votre parcours est jalonné d’expériences chez la concurrence. Car travailler pour 3 sociétés différentes, c’est aussi l’assurance d’accroitre significativement votre réseau.

Mais que dire de tous ces grands banquiers qui ont commencé comme stagiaire et, à force d’obstination, de travail et de dévouement pour leur entreprise, ont fini dans la lumière 20 ans plus tard ?

Ignorez ces cas, conseille un directeur au sein d’un cabinet de chasse. Ils sont les survivants d’une autre époque, plus paisible. « Ce ne sont que des vieux de la vieille prêts à faire leur bagages. N’importe quel professionnel qui est entré sur le marché du travail au cours de la dernière décennie change d’emploi tous les deux ou trois ans », observe ce chasseur de têtes.

Quand votre confort de travail se transforme en piège

Heather McGregor, un ex-banquier reconverti dans la chasse de têtes au sein du cabinet Taylor Bennett à Londres est convaincue que l’absence de mobilité professionnelle est aussi dommageable que les changements d’emploi trop fréquents. « Si vous changez régulièrement d’emploi après moins de deux ans passés dans le poste, vous perdez votre crédibilité. À l’inverse, si vous êtes resté sur un poste plus de sept ans, vous devriez vous challenger régulièrement – Suis-je toujours en train d’apprendre ? Est-ce que je progresse encore dans ma carrière ? », conseille cette consultante.

Les femmes ont particulièrement tendance à s’accrocher au même job pendant des années et des années, constate McGregor : « Plus vous travaillez dans un poste ou au sein d’une entreprise et plus il devient facile de faire votre travail – vous savez où sont les choses. Ce qui arrange les femmes, qui ont peut-être plus souvent des contraintes extérieures qui pèsent sur leur organisation du temps »

La règle d’or est de ne jamais se sentir trop à l’aise dans son travail. La véritable tragédie, c’est lorsque les employés du secteur bancaire consacrent 20 ans à travailler pour la même entreprise et sont mis à la porte une fois la quarantaine passée, explique Moran. À ce moment-là, il peut être très difficile de décrocher un nouveau poste. « Si votre employeur cherche à se séparer de vous parce que vos compétences ne répondent plus à ce qu’elle recherche aujourd’hui, la probabilité est forte pour que le reste du marché ne vous veuille plus non plus, juge Moran. En travaillant pour deux à trois établissements différents, vous augmentez nettement vos chances d’avoir des compétences à jour. »

LIRE AUSSI :

La phrase qui fait fuir n’importe quel recruteur

OPINION : « Banquiers français, arrêtez de râler et reconcentrez vous sur votre travail ! »

commentaires (0)

Comments

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici