☰ Menu eFinancialCareers

Egalité salariale en finance : la route sera longue…

Eclipsée pendant la crise, la problématique de l’égalité hommes-femmes fait un retour en force dans l’arène politique. Alors que le débat sur l’instauration de quotas dans les instances dirigeantes va bon train en Belgique et en France, les députés luxembourgeois semblent plus portés sur le combat de l’égalité salariale (lessentiel.lu).

A fonctions égales, les femmes gagnent toujours 14% de moins que leurs collègues masculins au Luxembourg. Le secteur financier est certes globalement généreux avec ses employés. Selon les données du Statec, l’intermédiation financière est le secteur où l’on retrouve le salaire brut moyen le plus élevé. Avec cependant un net avantage donné aux employés (4.651€ pour les hommes) par rapport aux employées (seulement 3.283€ pour les femmes). Cela reflète en partie le fait que les hommes trustent encore les postes de management. Mais pas uniquement.

L’écart salarial calculé sur le salaire brut mensuel moyen (hors gratifications et heures supplémentaires) est de 26% dans la branche Intermédiation financière . Beaucoup plus que la moyenne du secteur privé (15%).

Quelques élèves modèles

Fin 2009, le gouvernement a voulu aider les entreprises à remédier au problème en faisant la promotion de l’outil LOGIB, un tableur excel permettant de détecter les discriminations salariales entre les employés (communiqué). Des cessions de formation ont même été organisées pour les entreprises intéressées. 25 entreprises ont suivi la formation donnée en décembre, mais aucune n’appartient à l’industrie financière. Et nous n’avons pas non plus vu de manifestation d’intérêt concernant les prochaines formations organisées , commente une porte-parole du ministère de l’Égalité des chances.

En revanche, cette dernière rappelle qu’il existe quelques établissements volontaires, tels Dexia BIL et ING, qui travaillent avec le ministère sur l’instauration de bonnes pratiques (rémunération, promotion/carrières, équilibre vie familiale/travail) dans le cadre du programme actions positives . Rappelons que Deloitte a été la première entreprise à adhérer au programme en septembre dernier. Credit Agricole est également en négociation pour y participer.

commentaires (1)

Comments
  1. Rien ne justifie une loi sur l’égalisation de la rémunération salariale homme-femme. La rémunération est déterminée par le marché et non par la loi. Il s’agit d’une mauvaise dérive, un peu comme la fixation des prix des denrées alimentaires.

    La différence de rémunération s’explique par les différences de carrières choisies par les femmes. Une politique bien pensante hypocrite ne suffit pas pour changer le cours des choses et les répercutions de différences biologiques entres les sexes sur le marché du travail. En tant qu’homme, je n’ai jamais pris de congé maternité. Le temps passé au bureau se paye!

Votre commentaire est en attente de modération. Il apparaîtra sur le site une fois validé

Réagissez

Pseudo

Adresse e-mail

Consultez notre règlement concernant notre communauté ici